Téléguidée, leur voiture est un jouet qu'ils chérissent

Modélisme automobileL’association Geneva Model Cars réunit près de 70 membres passionnés pour qui chaque détail compte.

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur?

Ici, le coup de tournevis se fait avec une minutie extrême. Les bolides que l’on manie valent jusqu’à plus de 2000 francs. Alors, tous les détails comptent. Au repos, les pneus sont enrobés d’une couverture chauffante. Comme dans les paddocks de Formule 1. Sauf qu’ici personne ne prend le volant: les voitures sont reproduites au dixième et sont dirigées à distance. Bienvenue dans le monde du modélisme automobile. Geneva Model Cars, le seul club du canton qui promeut la pratique, organisait une manche du championnat genevois samedi sur son circuit de Meyrin. Étaient inscrits près de cinquante participants, essentiellement des hommes, toutes générations confondues, pour qui la voiture télécommandée de l’enfance prend une dimension autrement plus sérieuse.

«Mais on reste dans le même cadre, assure Jonathan Porta, président de l’association. Il n’y a qu’une seule différence avec le jouet: notre voiture est réparable.» David, 17 ans, passionné depuis tout petit, est plus pragmatique: «Quand la voiture vaut 700 francs ou plus, ce n’est plus un jeu.» L’engin sur lequel il s’attarde ne lui a cependant rien coûté. Le collégien est sponsorisé, le matériel lui est fourni. «Moi, je fais ça pour la compétition, clame-t-il. Même pendant un entraînement, j’ai l’esprit compétitif. Je cherche chaque fois à rouler plus propre, à être plus rapide.» Dans sa catégorie, il a été trois fois champion de Suisse junior et une fois champion de Suisse amateur.

Des pointes à 70 km/h

Au club, David fait partie de ceux qui roulent avec des ambitions. A 47 ans, Roland est dans une autre optique. Venu avec Alexandre, son fils de 12 ans, il assure rester «raisonnable, aussi bien dans le temps qu’on y laisse que dans l’argent investi. Nous avons du matériel bon marché. Nous ne sommes pas assez bons pour ressentir l’importance des moindres détails. Ce que nous recherchons, c’est le plaisir. Et pour ça, le club est vraiment sympa. Nous sommes partis de zéro. A force de conseils que les autres membres nous donnent, nous progressons, et aujourd’hui nous arrivons à finir les courses sans trop de problèmes.» Sauf que ce jour-là, tant le père que le fils ont vu leurs voitures les lâcher. C’est un poil frustrés qu’ils remballent leurs affaires.

Les courses sont intenses. Elles durent cinq minutes, durant lesquelles la concentration est à son paroxysme. «Lorsque les manches sont plus longues, on est obligé d’avoir une stratégie de course, tellement on a les nerfs qui tremblent», soutient Jonathan Porta. Du haut de leur estrade, les pilotes ont les yeux rivés sur leur engin, lequel atteint 70 km/h en bout de ligne droite. Sur le bitume, les erreurs se payent cash et les sorties de route sont communes. Des volontaires se tiennent prêts à remettre en piste chaque bolide en difficulté.

Travail à la coupe cuticule

Entre les sessions de course, chacun se retranche dans son atelier mécanique en version réduite. Sous les tentes installées pour la journée, chacun y va de ses ajustements. Le système de direction, les amortisseurs, l’électronique, tout est passé au crible. Un membre, qui veut garder sa passion pour lui et rester discret, se retrouve ainsi à travailler un pneu à la coupe cuticule. «J’en bave toute la semaine, cette passion me permet de me changer les idées. C’est mon moment d’évasion. Quand j’étais petit, je voyais ces voitures tourner mais je n’avais pas les moyens de m’en offrir une. Car c’est un investissement. Je dépense environ 1500 francs par année pour ça.»

S’y ajoute la cotisation au club, qui s’élève à 120 francs par an. Le prix est dérisoire, assure-t-on. De quoi attirer beaucoup de Genevois, mais aussi des Français et des Romands. Danil vient par exemple de la vallée de Joux. «Ici, la piste est démentielle, s’enthousiasme-t-il. C’est la moins chère de Suisse. Et en plus, ce ne sont que des voitures électriques.» Car il existe aussi des modèles à essence. Mais, notamment pour éviter les nuisances sonores, il a été décidé en accord avec la Ville de Genève, qui est propriétaire, de restreindre le nouveau circuit à l’électrique.

Cela fait deux ans que le club exploite la piste de Meyrin. Auparavant, le circuit était à Frontenex, mais il a dû être déplacé en raison de la construction de la nouvelle école de commerce. Canton et Ville ont pris en charge le transfert et l’aménagement à la route du Nant-d’Avril, pour une valeur de 710 000 francs. Le club y a ensuite tracé le circuit. «On a aujourd’hui le top du top, sourit Jonathan Porta. Depuis le relogement, nous voyons que beaucoup de gens se passionnent pour le modélisme. Avant, nous avions 35 membres; aujourd’hui, ce nombre a doublé.» Avec au moins autant de grands enfants.

(TDG)

Créé: 01.05.2017, 18h31

Articles en relation

Les engins les plus fous volent à Versoix

Aéromodélisme Ce week-end, les passionnés d’aéromodélisme se lancent le défi de faire voler les appareils les plus improbables à Versoix Plus...

Avions et locomotives miniatures continuent de fasciner le public

Salon du modélisme Une trentaine de collectionneurs présentent jusqu’à ce dimanche soir des pièces souvent artisanales dans la galerie marchande de la garde CFF de l’Aéroport. Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

Caricatures

Donald à l'ONU
Plus...