Un système d’échange entre balcons

SolutionPour permettre aux enfants d'un immeuble de communiquer, des habitants ont mis en place un système ingénieux de fils et de poulies.

Ce système ingénieux a été conçu par les habitants pour permettre aux enfants de l’immeuble de communiquer entre eux dans le respect des directives du Conseil fédéral pour limiter la propagation du coronavirus.

Ce système ingénieux a été conçu par les habitants pour permettre aux enfants de l’immeuble de communiquer entre eux dans le respect des directives du Conseil fédéral pour limiter la propagation du coronavirus. Image: Laurent Guiraud

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Une gigantesque toile d’araignée. Voilà l’image qui nous traverse l’esprit lorsqu’on passe devant le No 44 de l’avenue de la Roseraie, à Plainpalais. Un entrecroisement complexe de fils relie six des huit balcons de l’allée depuis mercredi dernier. Ce système ingénieux a été conçu par les habitants pour permettre aux enfants de l’immeuble de communiquer entre eux dans le respect des directives du Conseil fédéral pour limiter la propagation du coronavirus.

Le semi-confinement imposé par les autorités en début de semaine passée a chamboulé les interactions des Genevois. Des grands comme des petits. Lou, 11 ans, qui habite au 2e étage, en a fait l’expérience: «Comme nous ne pouvions plus nous voir avec ma copine du 4e, nous avons commencé à nous déposer des mots devant la porte. Puis, on s’est demandé s’il n’y avait pas un moyen plus facile pour communiquer.»

Des ficelles et des poulies

La jeune fille se souvient alors du dispositif installé deux ans plus tôt par son père et sa sœur aînée avec les voisins du premier étage. Il s’agit d’un système de ficelles activable à l’aide de poulies fixées aux balcons. À peine évoquée, l’idée fait l’unanimité au sein de la coopérative d’habitation. Le mécanisme est étendu par les enfants à l’ensemble de l’immeuble. «Cela les a occupés un moment», se souvient Soraia Glarner, la maman. La grande sœur de Lou, Olivia, précise: «À la fin, c’était un peu compliqué, car on devait faire attention à ce que les fils ne se croisent pas.» Pour éviter les intermédiaires inutiles, chacun des six balcons dispose de cinq poulies. «La semaine passée, avec le beau temps, tous les enfants étaient dehors», note, enthousiaste, Perrine Magnenat-Wyss, au 3e étage.

Sur les fils tendus défilent beaucoup de petits mots coincés dans une pince à linge ou au fond d’une chaussette, mais également des dessins réalisés par les plus petits. Au total, une douzaine d’enfants âgés de 20 mois à 13 ans utilisent ce système. «C’est sympa de les voir échanger par ce biais-là, c’est une manière de conserver les liens à distance», relève Perrine Magnenat-Wyss. Soraia Glarner ajoute: «Cela leur permet de communiquer sans utiliser les téléphones. On évite ainsi les FaceTime et les WhatsApp en continu.» Terre à terre, sa fille aînée confie: «Le plus amusant dans tout ça, c’est quand même de tirer la ficelle.»

Un risque d’infection?

Si les familles contactées indiquent veiller à ce que leurs enfants respectent les règles d’hygiène de base, ce système d’échange présente-t-il un risque d’infection? «Non, à moins que certains s’amusent à cracher sur les fils, répond le professeur Didier Pittet, responsable de la prévention et du contrôle de l’infection aux HUG, ravi par le dispositif mis en place. L’important est que les enfants se lavent les mains régulièrement, en particulier avant de les mettre à la bouche ou au visage. Il ne faut surtout pas mettre fin à ces belles initiatives.»

Le retour de la fraîcheur et de la bise cette semaine a réduit drastiquement le nombre d’échanges entre les appartements. Mais les habitants ne sont pas à court d’idées pour animer l’immeuble. En moins de dix jours de confinement, ils ont déjà organisé un blind-test, un concert classique improvisé sur les balcons et une exposition de dessins dans l’ascenseur. Le tout en respectant bien entendu les distances de sécurité préconisées par les autorités.

Créé: 25.03.2020, 08h12

Le problème

Pour limiter la propagation du coronavirus, la Confédération demande à tous les habitants de rester le plus possible chez eux, de ne sortir qu’en cas de nécessité et de respecter une distance sociale de deux mètres. Ces mesures s’ajoutant à la fermeture des écoles, les possibilités d’interactions et d’échanges entre les enfants se trouvent fortement réduites. C.G.

Articles en relation

Fermeture des parcs de jeux en ville de Genève

Reportage Les terrains de sport dans les préaux d’écoles ou encore les aires de jeux sont désormais interdits au public partout dans la ville. Plus...

«L'épidémie ne sera probablement pas contenue avant le mois de juin»

Revue de presse Que vaut la chloroquine, médicament miracle selon certains? À quel choc économique faut-il s'attendre? Qui profite de notre confinement et comment s'en protéger? Les réponses des quotidiens européens du 23 mars. Plus...

Les enfants en foyer et leurs parents piégés par le coronavirus

Crise sanitaire Fini les visites! Une pétition demande au Conseil fédéral et aux cantons un peu de souplesse sur le confinement dans les foyers d'enfants. Plus...

«Avec un confinement total, les gens deviendraient fous!»

Crise du coronavirus La classe politique valdo-genevoise approuve la stratégie du Conseil fédéral dans la lutte contre la pandémie. Plus...

Confinement? Le bon moment pour écouter les podcasts de la «Tribune de Genève»

Audio Quatre séries, allant des affaires criminelles à l’urbanisation de Genève, sont à disposition sur notre site. Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

Caricatures

Quand reprendre le travail?
Plus...