Les polices et les gardes frontière suisses mobilisés

Attentats de ParisBardonnex, Thônex-Vallard et Ferney sont contrôlés. Ailleurs, la surveillance est inexistante ou sporadique.

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Le contrôle accru des frontières, annoncé par le président François Hollande vendredi autour de minuit suite aux attentats de Paris, n'a vraiment concerné que les trois points principaux de passage routiers, Bardonnex, Thônex-Vallard et Ferney, Cornavin et l'aéroport et sporadiquement quelqu’uns des trente-trois points de passages carrossables de la frontière franco-genevoise. A Cointrin, des patrouilles armées assurent une surveillance visible accrue.

Un pointage effectué, samedi entre 14 et 15 heures, de tous les petits postes de douane situés entre Veyrier et Soral-Viry - il y en a neuf - indiquait qu'aucun n'était surveillé, celui de Perly St Julien non plus. Dimanche, même situation. La circulation était fluide partout, un peu plus dense peut-être à Saint-Julien lequel recevait une partie du trafic de l'autoroute. En effet à douane de Bardonnex, les contrôles français à la sortie de France ont été systématiques créant un bouchon d'un kilomètre environ sur deux files. En revanche de Suisse en France, on roulait au pas et il n'y avait aucun contrôle quand nous sommes passé samedi vers 15 h.

Mobilisation des gardes frontière et des polices suisses

La police genevois a indiqué samedi peu après 11 heures que l'état-major des corps de police romands (EMCOR VIGIPOL) était informé des «derniers développements à Paris afin de coordonner les mesures à prendre en Suisse romande». Des contacts sont permanents avec les services de la Confédération et toutes les polices en Suisse. «Même si aucune menace concrète visant des intérêts en Suisse n'a été identifiée à ce jour, indiquait un de ses porte-parole, Jean-Claude Cantiello, le risque d'actes isolés de la part d'un individu perturbé agissant par mimétisme ne peut être complètement écarté.»

Le niveau de vigilance des policiers en Suisse romande a été élevé et des mesures de sécurisation de certains sites à risque peuvent être prises dans les cantons. Les contacts avec la France sont intensifiés, tout comme la recherche du renseignement par les spécialistes suisses. Dans un souci de sécurité publique, les mesures prises ne seront pas communiquées pour l'instant. L'EMCOR VIGIPOL a tout mis en œuvre pour garantir une vision exhaustive de la capacité opérationnelle des polices romandes, assure le service de presse de la police genevoise.

«Ne changez pas vos habitudes et portez une pièce d'identité»

Les gardes-frontière suisses ont également renforcé leurs moyens d'intervention et procèdent à des contrôles aux postes de douane mais aussi dans le territoire, notamment dans les gares, a indiqué également samedi peu avant midi le porte-parole des gardes-frontière, Michel Bachar. Ils ont également augmenté leur capacité d'observation de sorte qu'«un poste de douane non gardé peut tout de même être sous l’œil d'un agent».

Michel Bachar, recommande à la population de se munir d'une pièce d'identité sans changer pour le reste de comportement. Des informations seront données plus tard dans la journée par la cellule de crise qui regroupe la police, les gardes-frontière et d'autres unités et qui est, indique encore Michel Bachar, en contact étroit avec les forces françaises notamment dans le domaine du renseignement.

A la douane de Thônex-Vallard, le renforcement des contrôles était visible samedi matin. Trois douaniers contrôlaient systématiquement les entrées sur le territoire français. L'un porte gilet pare-balle. Un responsable indiquait que «les instructions de Paris étaient en voie de mise en oeuvre», et que le dispositif allait évoluer au fil des heures. Interrogés des automobilistes ont manifester leurs craintes, une fois passés en France, de ne plus pouvoir revenir en Suisse. Mais une fermeture totale, évoquée par le président français dans sa première allocution, n'était pas pas envisagée.

Un dispositif de contrôle accru est également en place à la douane autoroutière française de Bardonnex, ce qui a généré toute la journée de samedi des ralentissements surtout dans le sens France - Suisse. Un bouchon d'un kilomètre s'est formé côté français, comparable aux bouchons quotidiens qui se forment au passage des dizaines de milliers de frontaliers qui empruntent les points de passage franco-genevois matin et soir.

Lignes TPG D, G, M et Y retardées à la frontière

Les autres postes de douane de la région sont restés sans surveillance tout le week-end, comme nous avons pu le constater à la douane de Perly Saint-Julien et à celle de Moillesulaz et dans aux neuf points de passage entre Veyrier et Soral. Pas de barrières (sauf la nuit ordinairement fermés pour certains), pas de douaniers français visibles, ni policiers. Pas de bouchon, trafic fluide. Cependant, samedi vers 11 heures, le site internet des TPG a annoncé de gros retard, jusqu'à 55 minutes, sur les lignes D et 4 en provenance de Saint-Julien, ainsi que sur la ligne G en provenant d'Anières. Dans l'après-midi de cette journée, le trafic sur la route de Saint-Julien était fluide. Toutefois, les lignes 5 et 25 s'arrêtaient au P+R de Sous-Moulin et ne desservaient pas Thônex-Vallard. Dimanche la ligne Y de Ferney-Voltaire était retardée de 18 minutes en raison des contrôles douaniers.

Patrouilles armées à Cointrin

A l'aéroport de Genève, un témoin a signalé avant 7 heures samedi deux équipes de deux policiers de la Police de sécurité internationale munis de mitraillettes et portant gilets pare-balles en train de patrouiller dans le hall de l'aéroport. Des hommes de la sécurité de l'aéroport patrouillent aussi. Cependant l'aéroport fonctionne normalement et aucun vol n'a été supprimé. Il faut toutefois s'attendre à des contrôles plus longs à l'embarquement. A la gare routière de Genève, ce matin, quelques passagers embarquaient dans des bus. Aucune mesure de sécurité particulière n'était visible.

Le communiqué du préfet de la Haute-Savoie

Le Préfet de la Haute-Savoie a diffusé un communiqué résumant ses décisions touchant la sécurité publique:

• Message téléphonique d’alerte à chaque maire leur demandant de respecter les consignes de vigilance en évitant notamment tout rassemblement de recueillement ou de commémoration (minute de silence, rassemblement), ceci dans un souci de sécurité de la population ; la période est à la vigilance et à la défense du territoire, pas encore à la célébration d’un drame national

• Mise en œuvre du contrôle aux frontières par la police aux frontières et la douane : cela veut dire que les forces de l’ordre seront en permanence présentes sur les grands points de passage comme le tunnel du Mont-Blanc ou la douane de Bardonnex et surveilleront les autres points ; les autorités suisses et italiennes ont été contactées

• Protection renforcée des lieux de culte, des points d’importance vitales et des sites sensibles du département

• Surveillance des zones commerciales et grands centres commerciaux par les forces de l’ordre (police et gendarmerie)

• Lettre du préfet aux maires rappelant les dispositions exceptionnelles de l’état d’urgence et les pouvoirs particuliers, rappelant les premières mesures de vigilance

Mesures dans l'Ain

Dans l'Ain, la préfecture de l'Ain a demandé à chaque maire et chaque organisateur de manifestation culturelle ou sportive d'apprécier si elle est compatible avec le deuil national. Pour celles qui sont maintenues, une vigilance accrue et des mesures de protection renforcée à l'entrée de ces lieux doivent être mises en place. Les sorties scolaires sont annulées.

Chaque citoyen est appelé à être prudent et à signaler aux forces de l’ordre toute activité d’un individu ou d’un groupe qui paraîtrait suspecte ou anormale. Cette vigilance a déjà permis de déjouer des tentatives d’attentats et d’actes de malveillance.»

Un numéro d'information a été mis en place: 0800 40 60 05. Pour informer les enquêteurs, contacter le 197.

Créé: 14.11.2015, 15h55

Image

Rassemblement devant le consulat de France à Genève




Sur les réseaux sociaux, des gens de partout et aussi de Genève expriment leur émotion et leur solidarité avec Paris et les Parisiens. Sur Facebook, une personne a créé une page «Rassemblement de soutien #Paris», ce soir à 17 heures, non pas place des Nations comme il avait été prévu, mais devant le consulat de France à Genève.
Dans la ligne de #JeSuisCharlie, plusieurs mots, blancs sur noir, fleurissent sur Twitter, tentant de fédérer l'émotion des démocrates.

La douane française de Perly-Saint-Julien ce samedi matin peu après 8 heures. Aucune force de sécurité n'était présente ni côté français ni côté suisse. (Image: JFM)

Articles en relation

L'état d'urgence est décrété en France

Attentats à Paris Le décret instaurant l'état d'urgence en France à la suite des attentats sans précédent qui ont ensanglanté Paris vendredi soir, faisant au moins 120 morts, est paru samedi au Journal officiel. Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

Caricatures

Levrat quitte la présidence du PS
Plus...