Surprise! Le premier de cordée est Hugues Hiltpold

Élection du Conseil des ÉtatsUn sondage de nos lecteurs montre que la course au Conseil des États n’est pas jouée. Le duo de gauche talonne le candidat PLR.

L’excellent score de l’élu PLR démontre que sa candidature est appréciée à droite et qu’elle séduit bien au-delà des libéraux-radicaux.

L’excellent score de l’élu PLR démontre que sa candidature est appréciée à droite et qu’elle séduit bien au-delà des libéraux-radicaux. Image: Laurent Guiraud

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

La plupart des observateurs estimaient que le tandem de gauche formé par Lisa Mazzone et Carlo Sommaruga partait avec un certain avantage sur le duo de l’Entente, Hugues Hiltpold et Béatrice Hirsch, pour conquérir les deux sièges genevois des États. Mais si l’on en croit les résultats du sondage réalisé auprès du Cercle des lecteurs de la «Tribune de Genève», le PLR Hugues Hiltpold résiste très bien. Et même mieux que bien, puisqu’il caracole en tête du classement avec 35% d’intentions de vote.

Un résultat à pondérer

Le conseiller national devance la Verte Lisa Mazzone (30% d’intentions), elle-même suivie du socialiste Carlo Sommaruga (27%), qui précède la PDC Béatrice Hirsch, légèrement en retrait (21%). À bonne distance, on trouve l’UDC Céline Amaudruz (14%), puis l’étonnant Willy Cretegny (9%). Tous les autres candidats ne se partagent que des miettes dans la suite du classement.

À ce stade, il convient de préciser que l’ordre de classement des quatre premiers candidats doit être relativisé. En effet, les réponses données par les lecteurs de la «Tribune» quant à leurs préférences partisanes montrent une surreprésentation de l’électorat PLR en leur sein (lire ci-dessous).

Cette précaution prise, l’excellent score de l’élu PLR démontre que sa candidature est appréciée à droite et qu’elle séduit bien au-delà des libéraux-radicaux. Ce qui laisse à penser qu’il ne devrait pas trop pâtir des effets de l’affaire Maudet (crise interne du PLR) et des bisbilles préélectorales avec le PDC (tentative ratée de s’allier avec les petits partis du centre).

À ceux qui seraient tentés de balayer un peu nonchalamment ce sondage, il faut rappeler qu’un exercice similaire avait permis, en mars 2018, de prédire que le conseiller d’État PDC Luc Barthassat était en grande difficulté. Ce que les urnes avaient confirmé, puisqu’il n’avait pas été réélu.

De même, la large victoire de Pierre Maudet sur Anne Emery-Torracinta lors de l’élection complémentaire du Conseil d’État en mai 2012 avait été anticipée par notre sondage, alors que la socialiste avait les faveurs des pronostics. Il indiquait que le PLR jouait les premiers de classe en matière de crédibilité, de connaissance des dossiers ou encore de charisme.

En résumé, les résultats que nous vous présentons aujourd’hui sont un excellent indicateur de tendances, particulièrement lorsqu’elles sont claires, comme la montée en puissance des écologistes, confirmée dans le sondage tant en ce qui concerne les Verts que les Vert’libéraux.

À ce propos, il sera également intéressant de vérifier si l’électorat jeune va davantage se mobiliser que d’habitude le 20 octobre après la vague de manifestations qui se sont déroulées contre le réchauffement climatique. Si c’est le cas, leurs voix devraient aller majoritairement aux Verts, augmentant encore la progression que prédit notre sondage.

En revanche, les résultats obtenus par les petits partis ou ceux peu représentés parmi les lecteurs sondés sont à prendre avec des pincettes. C’est le cas particulièrement de l’UDC ou du MCG.

Ce bémol donne encore plus de relief à l’excellent score de l’UDC Céline Amaudruz (14%), sa formation n’obtenant en comparaison que 7% d’intentions de vote au National. Concernant l’élection de 2015, les personnes sondées ont indiqué que 7% avaient choisi Yves Nidegger et 6% Céline Amaudruz. Et que dire du résultat du viticulteur Willy Cretegny, qui devance nettement le MCG François Bärtschi (3%)? Évidemment que son combat suscite visiblement de nombreuses sympathies.

Un quatuor de favoris

En définitive, ce sondage confirme que les deux sièges devraient revenir à deux des membres du quatuor en tête de classement. Cela même si la PDC Béatrice Hirsch semble toutefois partir avec un léger handicap.

Bien entendu, le 20 octobre ne constituera que le 1er tour de l’élection du Conseil des États. Aucun candidat ne pouvant rêver d’atteindre la majorité absolue, il faudra revoter le 10 novembre. Et la donne sera alors peut-être différente.

Tout dépendra en fait de qui se retirera ou pas pour ce second tour. Ces retraits avantageront-ils les champions de l’Entente ou ceux de la gauche? Mystère. Seule certitude, de rudes négociations auront lieu dans l’entre-deux-tours.


Au National, le PLR guetté par un vote sanction?

Alors qu’aux États, la situation lui est plutôt favorable, au Conseil national, le PLR pourrait être victime d’un vote sanction. Avec 18%, le grand parti de la droite bourgeoise reste certes en tête des intentions de vote, mais connaît une chute brutale par rapport aux intentions exprimées par les sondés il y a quatre ans. En 2015, ces derniers leur accordaient 27% des intentions de vote pour un résultat réel de 20,5%. Avec neuf points d’écart par rapport à 2015, cette chute, qui dépasse notre intervalle de confiance, indique au minimum qu’il se prépare quelque chose à droite. Ou vont les voix PLR? En partie chez les Vert’libéraux, qui gagnent quatre points par rapport à 2015, ou Fédéraction, qui en gagne un. Mais les votes panachés bondissent aussi, signe de défiance envers les partis, puisqu’ils les privent des voix de liste. À noter que l’UDC enregistre une petite hausse de deux points de pourcentage par rapport à 2015, un mouvement peut-être lié à l’exode d’électeurs PLR. Mais pour notre sondage, l’UDC pose un problème à nos sondés. Même si le pronostic de son résultat est conforme à celui réalisé par le parti lors des élections cantonales de 2018, son niveau est certainement massivement sous estimé par rapport à son poids réel au moment des élections fédérales. Avec 3% des intentions de vote, le MCG est aussi sous-estimé, comme le PDC, plus légèrement néanmoins, dont le résultat baisserait d’un point. Pour en revenir au PLR, si sa chute se vérifie le 20 octobre, elle trancherait une hésitation sur l’interprétation des deux élections communales en septembre, celles d’Anières et de Bellevue. À cette occasion, les candidats PLR avaient mordu la poussière face à leurs rivaux alors que ces électorats leur sont traditionnellement acquis. Et la question se posait de savoir si ces échecs étaient liés à des bisbilles locales ou à un rejet du PLR en tant que tel.

Si le PLR était sanctionné, resterait à savoir pourquoi: s’agirait-il d’éventuelles séquelles de l’affaire Maudet ou de la prise en compte tardive par le parti suisse de l’émergence de la crise écologique dans l’opinion? À voir. Face à ce signal inquiétant, il ne reste en tout cas au PLR qu’une solution ces prochains jours: serrer les rangs.

Le dernier enseignement concerne la gauche. Si le sondage se vérifie, on pourrait assister à une inversion historique des forces, les Verts passant devant le PS pour la première fois lors d’une élection nationale. Au niveau cantonal, les Verts ont en effet déjà une fois pris le leadership. C’était lors des élections cantonales de 2009. Globalement, la situation de la gauche ne semble guère évoluer par rapport à il y a quatre ans. À moins qu’Ensemble à Gauche n’entre au parlement. Vu l’intervalle de confiance, ce n’est pas impossible, mais loin d’être évident. M.BN

Créé: 14.10.2019, 06h44

Méthode

Sondage Ce sondage a été réalisé du 4 au 9 octobre 2019 par le biais d’un questionnaire en ligne auprès du Cercle des lecteurs de la «Tribune de Genève».

Échantillon 313 lecteurs et lectrices pondérés sur les critères d’âge et de sexe pour correspondre au lectorat de la «Tribune de Genève». En clair, le poids des avis des hommes et des plus de 55 ans a été légèrement abaissé.

Marge d’erreur La marge d’erreur, liée à la taille de l’échantillon, est de 6 points. Cela signifie que chaque chiffre donné peut être augmenté ou diminué de 6. Ce sont donc les grandes tendances qui ont un sens bien plus que les chiffres précis.

Rapport à la population Le Cercle de lecteurs de la «Tribune de Genève » correspond en termes de sexe à la population genevoise. En revanche, le poids des plus de 55 ans y est plus important. De manière générale, les études sur la participation démontrent que celle des hommes est souvent plus élevée que celle des femmes, celle des plus âgés deux fois plus forte que celle des jeunes. La participation augmente aussi avec le niveau de formation. C’est la raison pour laquelle les sondages de notre Cercle de lecteurs sont relativement prédictifs des résultats réels. M.BN

Thèmes de législature: Genève aligné sur la Suisse

Assurances maladie, changement climatique, relations avec l’Union européenne, c’est le tiercé gagnant des préoccupations des Suisses, selon le dernier sondage publié par la RTS en septembre. Celles de nos lecteurs pour la prochaine législature sont en gros alignées sur celles du reste du pays. Quelques différences toutefois: le thème de l’assurance maladie et des coûts de la santé (mentionné par 67% des sondés) est nettement plus virulent qu’ailleurs en Suisse et la question des retraites (49%) dépasse la préoccupation environnementale (47%), alors que c’est l’inverse dans le reste du pays. Ce léger écart est probablement dû à l’âge de notre échantillon. En quatrième position figure enfin le thème européen, mais assez loin (28%). Les autres thèmes en lice sont tous très proches et il est difficile de départager la question de la sécurité de celles des finances, de l’éducation, des infrastructures ou de la compétitivité du pays.

Un point toutefois, la crédibilité militaire sous-tendue par l’achat de nouveaux équipements n’intéresse vraiment pas nos lecteurs. La cause du futur avion de combat qu’il faudra décider d’acheter durant la prochaine législature a donc une belle marge de progression dans le canton.

Marc Bretton

Articles en relation

Les primes subissent-elles un «effet élection»?

Assurance-maladie Certains acteurs de la santé le pensent. D'autres s'en défendent. Retour sur quelques chiffres. Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

Caricatures

Mort de Poulidor
Plus...