Les supporters de Servette manifestent leur colère à la Praille

SportPrès de 80 personnes se sont réunies lundi devant le stade pour réclamer la démission d'Hugh Quennec.

La Section Grenat 1988 manifeste devant le stade de Genève. Ils demandent la démission de Hugh Quennec, président du Servette.

La Section Grenat 1988 manifeste devant le stade de Genève. Ils demandent la démission de Hugh Quennec, président du Servette. Image: Steeve Iuncker-Gomez

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Près de 80 supporters des Grenats se sont retrouvés lundi à 18h30 devant le stade de la Praille pour manifester leur colère et leur déception. L'esplanade a résonné de chants, et d'un refrain repris en boucle: «Quennec, démission!» Une injonction griffonnée sur une banderole, que les supporters sont allés accrocher à l'entrée du stade. Une dizaine de joueurs du Servette se sont également joints au rassemblement, accueillis par des nombreuses accolades.

Les supporters sont en colère mais ils sont surtout dépités. Et ils sont nombreux à demander la tête de Quennec. «Il devait tirer l'alarme bien avant! regrette Bastien, 24 ans. Pourquoi il n'a pas réagi plus tôt? Il aurait pu vendre un joueur par exemple, ça aurait peut-être permis de sauver la saison, ou faire une annonce pour vendre le club, ouvrir les capitaux.» Un autre supporter relève: «Quennec a voulu être seul sur le navire, seul à diriger, c'était à lui d'assumer et il a échoué, il doit partir!»

Quid de la suite, quel avenir pour Servette? «Faillite et relégation c'est sûr», pronostique Antoine, 25 ans. Soit la mort du club? «Xamax a bien réussi à se relever. Mais c'était leur première faillite, alors que nous c'est la deuxième...J'ai peur que ça nous prenne beaucoup de temps cette fois pour remonter la pente. »Un autre s'inquiète aussi: «Je crains que ce ne soit la faillite de trop. Seules les autorités politiques peuvent sauver le club!» Un père de famille, fervent supporter venu avec femme et enfants, ajoute: «Mais on ne veut pas d'une solution au rabais, par exemple une fusion avec le club de Carouge comme certains l'ont laissé entendre. Ce serait perdre l'identité de Servette! On préfère la relégation à ça.»

Bastien conclut: «Le seul point positif c'est que si Servette est relégué et ne joue plus au Stade de Genève, les autorités politiques vont se retrouver avec un stade vide sur les bras. Et là, peut-être qu'elles se décideront enfin à le rénover!»

La manifestation s'est déroulée dans le calme et s'est terminée à coups de quelques pétards et fumigènes.

Créé: 01.06.2015, 20h42

Articles en relation

L’avenir du stade est au cœur du débat

Relégation du Servette FC L’Etat pourrait accorder à Servette un loyer à prix cassé, mais il exige en retour la transparence comptable du club. Plus...

«Il y a un trou de 5 millions. Et aucune proposition sérieuse»

Football Le président du Servette FC relégué ce matin, Hugh Quennec, donne sa vérité de la situation. Plus...

Laurent Moutinot: «Je suis triste pour Servette»

Relégation Le président de la Fondation du Stade de Genève réagit aux déconvenues des Grenat. Plus...

Servette est officiellement mis sur la touche par la Ligue

Football Comme nous l'annoncions hier en exclusivité, le club grenat est relégué en première ligue promotion. La faillite menace Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.