Passer au contenu principal

De la sueur, du muscle et des hurlements

Le club de crossfit d’Adrien Chardet réveille les Pâquis tous les matins. Le jeune entrepreneur s’apprête à ouvrir une deuxième salle.

Après plusieurs années dans la finance, Adrien Chardet, 34 ans, a ouvert Force Fit aux Pâquis.
Après plusieurs années dans la finance, Adrien Chardet, 34 ans, a ouvert Force Fit aux Pâquis.
GEORGES CABRERA

«Allez! On y va, on ne lâche pas!» En ce mardi matin, à 7 heures tapantes, les cris d’encouragement résonnent dans cette ruelle silencieuse des Pâquis. Deux coaches en maillot de corps motivent une quinzaine de personnes venues pour une séance intense de cross training (méthode d’entraînement regroupant des exercices dans diverses disciplines). Chez Force Fit, on court, on saute et on hurle tous les jours, matin, midi et soir, depuis l’ouverture de l’arcade en juin 2016.

Le Genevois Adrien Chardet, 34 ans, est le fondateur de cette salle de sport qui transpire l’enthousiasme. «J’ai moi-même suivi une formation de crossfit et de personal training au Brésil et aux Etats-Unis. Après plusieurs années dans la finance à Genève, j’ai décidé d’ouvrir mon propre club aux Pâquis.»

Pour financer son projet, il a reçu l’aide de la Fondetec, qui a pour but de promouvoir les nouvelles entreprises en ville de Genève. L’offre trouve rapidement son public: Force Fit compte aujourd’hui 300 membres. Le plus jeune a 6 ans – des cours sont réservés aux enfants – et le plus âgé 70 ans. «Les exercices sont les mêmes pour tout le monde, mais il existe des variantes en fonction du niveau.» Le Genevois insiste sur l’aspect social du club. «Nous organisons régulièrement des événements tous ensemble. Je nous vois comme une grande famille. Quatre couples se sont d’ailleurs créés depuis l’ouverture!»

Le jeune entrepreneur s’apprête à ouvrir un deuxième centre à Genève. La pratique est en vogue: les adeptes du crossfit, et les clubs, se multiplient. Mélange d’exercices cardio-vasculaires, de gymnastique et d’haltérophilie, le cross training, dérivé du crossfit, n’inclut aucune machine de musculation. «Nous travaillons avec le poids du corps et les poids libres. Le but est de se mobiliser et de renforcer la totalité des muscles, et ne pas se focaliser sur un seul à la fois.»

Craint-il la concurrence des nombreuses salles de fitness du canton? «Nous ne jouons pas sur le même terrain: les fitness souhaitent avoir un grand nombre de clients. Nous misons plutôt sur l’attention et la qualité de l’entraînement que nous donnons à nos membres.»

----------

Force Fit Rue Abraham-Gevray 5. 1201 Genève, www.forcefit.ch

Cet article a été automatiquement importé de notre ancien système de gestion de contenu vers notre nouveau site web. Il est possible qu'il comporte quelques erreurs de mise en page. Veuillez-nous signaler toute erreur à community-feedback@tamedia.ch. Nous vous remercions de votre compréhension et votre collaboration.