Pierre Maudet a reconnu avoir déduit de ses impôts de l'argent de tiers

Crise politique La direction du PLR genevois a décidé ce lundi de soutenir la demande de démission de Pierre Maudet. Mercredi, ce dernier a admis devant les cadres du parti suisse avoir utilisé les attestations fiscales.

Vidéo Aymeric Dejardin-Verkinder

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Encore une journée clef pour l'affaire Maudet. Le Comité directeur (Codir) du Parti libéral-radical (PLR) genevois réuni ce lundi matin «a pris une décision extrêmement claire et invite Pierre Maudet à démissionner pour le bien de nos institutions, de la République et Canton de Genève», a déclaré, à sa sortie, le président genevois Alexandre de Senarclens. Son appel a donc été entendu. Tout comme celui du PLR suisse, qui a fermement encouragé mercredi le conseiller d’État chargé de la Sécurité à quitter son poste. Une intervention inédite du parti central dans une crise cantonale.

Mercredi toujours, poussé dans ses retranchements par ses pairs, Pierre Maudet a confirmé avoir déduit de ses impôts de l'argent reçu de tiers via son association de soutien. Et ce, durant plusieurs années, excepté en 2016, comme nous l'avons révélé dans notre édition de samedi.

Un élu alémanique lui a posé cette question: «Est-ce que tu as déduit 10 000 francs des impôts, une ou plusieurs fois, malgré le fait que l'argent venait de ton comité de soutien? Tu peux répondre en français par oui ou non.» Agacé par sa réponse, il l'a de nouveau interrogé. «La question lui a été posée deux fois par la même personne. Il a fini par dire qu'il avait déduit certaines années et pas d'autres», témoigne un autre membre du PLR suisse présent. Des propos, confirmés par deux autres témoins. La réaction de Pierre Maudet n'a pas tardé. Dans un tweet publié ce lundi après-midi, il a dénoncé des «sources anonymes pour diffamer». Et d'affirmer: «Je n'ai jamais dit au PLR CH que j'avais triché! Tous les moyens sont bons pour détruire.»

Intox : « sources » anonymes pour diffamer. Je n’ai jamais dit au PLR CH que j’avais triché ! Tous les moyens sont bons pour détruire !

— pierremaudet (@pierremaudet) 3 décembre 2018

Toujours est-il que l'aspect fiscal a été de nouveau évoqué ce lundi matin durant les discussions du comité directeur genevois. Il s'ajoute aux mensonges de Pierre Maudet et à sa mise en prévention pour acceptation d'un avantage lié à son voyage à Abu Dhabi.

«Conscient de ses responsabilités à l'égard de la République et Canton de Genève et soucieux de la bonne marche de ses institutions, le Comité directeur du PLR est d'avis que la situation dans laquelle se trouve Pierre Maudet rend très difficile l'avancée des dossiers politiques importants du Canton», précise-t-il dans un communiqué.

Son vote est net: «Le Comité directeur a invité ce matin, à majorité de 21 voix pour, 7 contre et 0 abstentions, son magistrat à démissionner de sa fonction de conseiller d'Etat. Il souhaite que Pierre Maudet consacre toute son énergie à sa défense.»

A la sortie de ce troisième rendez-vous de crise en trois semaines, l'intéressé a éludé la question brûlante du jour sans employer le mot «démission». Pour le magistrat, la messe n'est pas dite: «Après une brève discussion politique et une plus longue discussion juridique relative aux récentes acrobaties (ndlr: liées à la validité des décisions), une troisième déclaration a été élaborée. Elle appelle à une Assemblée générale extraordinaire. Je ne peux que m'en réjouir. Vous savez que j'ai toujours été favorable à une consultation de la base.»

Les soutiens de Pierre Maudet l'ont appuyé juste avant l'ouverture de la séance, en distribuant un courrier aux médias présents devant le siège du parti. Ils ont sommé la présidence et le Codir du PLR genevois de convoquer «sans délai» cette assemblée, pour qu'elle se tienne dans la première quinzaine du mois de décembre. Objectif: mobiliser la base du parti afin de sauver Pierre Maudet, pendant qu'il est encore temps.

Ils déplorent les méthodes de la présidence du PLR genevois: «Le 29 novembre 2018, sans aucun motif, en violation des statuts du PLR Genève et en violation de la décision prise par le Codir le 23 novembre 2018, la présidence du PLR Genève a appelé à la démission de Monsieur Pierre Maudet. Il est permis de rappeler que seul le Codir exerce la direction politique du PLR Genève.» Ils contestent au passage la légitimité du comité directeur, qui «n'est visiblement pas constitué valablement puisque trois sièges demeurent vacants». Le psychodrame politique continue. (TDG)

Créé: 03.12.2018, 08h09

Articles en relation

Pierre Maudet sous la menace d’une exclusion

Politique Cette question pourrait être abordée en janvier par la Conférence des présidents cantonaux du PLR. Plus...

Pierre Maudet a déduit de ses impôts de l’argent versé par un comité de soutien

Affaire Maudet Le magistrat a retranché de ses impôts des milliers de francs provenant de tiers. La question de la soustraction fiscale se pose. Plus...

Hodgers: «Pierre Maudet sera traité comme n’importe quel citoyen»

Interview vidéo Alors que l'affaire n'en finit pas de rebondir, le président du Conseil d’État Antonio Hodgers fait le point. Plus...

Depuis Berne, le PLR Suisse fusille Pierre Maudet

Crise Le comité directeur demande à l’unanimité au conseiller d’État de démissionner. «Il a foulé aux pieds les valeurs du PLR.» Récit d’une folle journée à rebondissements Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

Caricatures

Brexit: Theresa May à Bruxelles
Plus...