Soupe d’Alice et glace aux fraises. Une visite au Cern

ReportageLe centre de recherche a ouvert ses portes au public. Des dizaines de milliers de visiteurs se pressent sur les lieux.

Petits et grands ont apprécié les ateliers proposés lors des portes ouvertes.

Petits et grands ont apprécié les ateliers proposés lors des portes ouvertes.

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Les secrets de la matière, l’origine de l’univers… Autant de questions qui passionnent. Samedi matin déjà des milliers de visiteurs se pressaient à l’entrée du Centre de recherche européen de recherche nucléaire (Cern) de Meyrin. Parmi eux, des élèves d’écoles internationales, des étudiants venus des quatre coins de l’Europe, des passionnés de la science, des conjoints victimes des passions scientifiques de leur moitié.

Depuis décembre 2018, le plus grand accélérateur de particules du Cern, le LHC, est en pause pour maintenance. Et c’est l’occasion pour l’organisation d’ouvrir intégralement son site pour la première fois depuis six ans.

Chemin à choisir

Les secrets de la matière, l’origine de l’univers, il y a bien des manières d’y accéder: par des calculs et des mesures pour les chercheurs ou par des détours pour les néophytes. C’est ce chemin qu’on a suivi samedi, assisté par les 3000 bénévoles du Cern mobilisés sur les quelque 155 activités figurant au programme. Certaines ont été immédiatement prises d’assaut, occasionnant parfois jusqu’à deux heures d’attente.

On débute sa visite en suivant son oreille… Car au détour d’une route, au laboratoire sur les convertisseurs de puissance, c’est l’air de «Pirate des Caraïbes» qui retentit. Les chercheurs ont soigné le spectacle. Dans le hangar, on est accueilli par des éclairs, comme ceux projetés par l’infâme Darth Sidious dans Star Wars... «C’est tout simple, résume un chercheur. Des décharges à haut voltage ionisent l’air et produisent des arcs électriques». Ailleurs, des signaux électriques sont interprétés par un ordinateur qui les met en musique: «C’est une technique, qui permet aux aveugles d’écouter les particules qui cheminent dans les accélérateurs», explique Matteo di Cosmo.

Pas sûr d’avoir vraiment compris, le visiteur peut ensuite pédaler sur un vélo pour produire un peu de courant, aussitôt mis en batterie… C’est pour expliquer qu’au Cern, les batteries et autres convertisseurs de puissance servent à alimenter les puissants aimants des accélérateurs. Leurs champs magnétiques enserrent les faisceaux d’atomes projetés à haute vitesse. «C’est notamment grâce à l’optimisation de l’alimentation électrique que le LHC consomme beaucoup moins que son prédécesseur, le LEP», expose José Miguel Jimenez, chef du département de la technologie.

Piège de la gourmandise

Alors que la chaleur monte, on se glisse dans le laboratoire de cryogénie… On nous a vendu cette attraction parce que l’équipe fabrique une glace à la fraise en mélangeant yogourt et azote liquide.

Mais c’est un piège! Car on nous parle en même temps de supra conducteurs! Et en sortant, on sait désormais que c’est en combinant un froid proche du zéro absolu, des céramiques supraconductrices et des aimants qu’on génère des champs magnétiques qui permettent, lors d’expériences scientifiques, de faire passer plus d’énergie avec moins de pertes ou bien de réduire la consommation d’énergie.

Au coeur de la création

En science, il ne faut pas hésiter à simplifier un peu... La soupe d’Alice, c’est le moyen mnémotechnique pour se souvenir de ce qui suit: Alice, c’est une des quatre entrées du LHC. Sa soupe, c’est l’expérience qui s’y tient à 50 mètres sous terre. Elle vise à recréer la «soupe originelle», mélange de quarks et de gluons créé par la collision d’ions de plomb. En courant, car la visite est rapide, on passe à côté d’un tuyau. C’est là que les faisceaux de particules, plus fins qu’un cheveu, accélérés sans cesse, parcourent 11'000 fois par seconde les 27 kilomètres du LHC, pour finir par se percuter. Les énergies dégagées sont mesurées dans une sorte d’énorme anneau circulaire, dont le cœur est actuellement démonté pour maintenance. «On y vérifie, explique un chercheur, la vitesse de refroidissement et de détente du plasma originel pour savoir comment l’univers a évolué après ses premières secondes».

Et on ressort de tout cela avec des étoiles dans les yeux et des questions qui bourdonnent dans la tête.

Créé: 15.09.2019, 16h21

Articles en relation

Exceptionnel! Le CERN ouvre ses portes

Les 14 et 15 septembre prochain Le CERN ouvre ses portes et propose quelque 150 activités sur neuf sites. Plus de 60 000 curieux sont attendus sur deux jours. Plus...

Le CERN ouvre ses portes aux curieux

Sciences Les installations seront exceptionnellement accessibles au public. Des expériences, des rencontres et des spectacles auront lieu tout le week-end des 14 et 15 septembre. Plus...

Renzo Piano dévoile les mystères du CERN

Recherche Destiné à la vulgarisation scientifique, le Portail de la science a été conçu par le célèbre architecte italien. Financé par des privés, il ouvrira ses portes en 2022. Plus...

La rédaction sur Twitter

Restez informé et soyez à jour. Suivez-nous sur le site de microblogage

Paid Post

CallDoc, assuré malin et flexible
Bénéficiez de consultations médicales 24h/24, 7j/7 et faites des économies! Profitez du rabais de prime sur l’assurance-maladie de base. Demandez une offre maintenant.

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

Caricatures

Le Cycle genevois toujours aussi inégalitaire
Plus...