Soupçon de fraude électorale: l'affaire rebondit

JusticeDonnée pour pratiquement éteinte en avril par le Ministère public, l’affaire semble relancée. L’avocat de la prévenue s’insurge.

Photo d'illustration

Photo d'illustration Image: Thierry Parel

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Mais qu’y a-t-il dans le dossier? Courant avril, la presse dévoilait une sombre affaire de potentielle fraude électorale. Peu après l’arrestation de son auteure, le Ministère public désamorçait toutefois la bombe: «Le procureur général a entendu cet après-midi la personne mise en cause (...) Le résultat de l’audition permet d’envisager un abandon des charges». Bref, l’affaire avait fait pschitt.

Sauf que sept mois plus tard, elle n’est toujours pas classée, au contraire! Interrogé, Me Benjamin Grumbach, avocat de la prévenue, s’inquiète: «La procédure renaît, des audiences de confrontation sont agendées en janvier et février». Que se passe-t-il? En avril dernier, à une encablure des élections au Grand Conseil, un candidat du Groupement Genève en Marche (GeM) est approché par une colistière.

D’origine étrangère, la candidate lui aurait fait savoir qu’elle disposait d’un réseau lui permettant d’obtenir des votes en sa faveur. Par ailleurs, elle affirmait disposer de bulletins et d’enveloppes dans laquelle elle pouvait ajouter des noms ou des votes, ce qu’elle prétendait avoir fait à diverses occasions. Par exemple: lors de la votation de la Loi sur la police en 2015, en faveur du texte défendu par Pierre Maudet, ou lors des municipales en Ville de Genève de 2017, en faveur du candidat du PDC Guillaume Barazzone. Chaque signature aurait été tarifée à 50 francs. Le candidat du GeM tombe des nues. Il prévient le président du parti, qui appelle la police. Une souricière est organisée à la Boursière à Carouge. Son entretien détaillé avec la colistière est intégralement enregistré, l’homme est ensuite interrogé durant cinq heures par le Procureur général. Quelques jours plus tard, le communiqué sort.

Rebondissement politique: s’estimant «potentiellement lésé» par le comportement de la candidate de GeM, «ainsi que par d’éventuels inconnus, coauteurs ou complices de ses actes», le candidat d’Ensemble à Gauche et avocat Pierre Bayenet dépose alors deux recours afin que «toute la lumière soit faite sur cette affaire et afin d’écarter ou de confirmer les faits allégués». Dans un communiqué, le député Pierre Bayenet réclame en outre la récusation d’Olivier Jornot «du fait de son appartenance au Parti libéral-radical, lequel est mis en cause par des échanges attribués à la prévenue». S’il ne s’agit «nullement de remettre en cause son impartialité générale, il est inadmissible qu’un magistrat instruise une affaire de fraude électorale impliquant son propre parti». Les recours sont balayés.

Alors que la procédure visant la fraude renaît, comme l’a relaté ce jour «20 minutes», Me Grumbach dénonce l’insistance du Ministère public: «Ma cliente nie tout ce qui lui est reproché. Et rien dans le dossier ne permet de dresser un acte d’accusation à son égard. Elle a profité de ses réseaux pour mener campagne avec des personnes de même origine, c’est très courant. En revanche, elle n’a ni acheté, ni pris le moindre bulletin de vote».

Contacté, le conseiller d’État Pierre Maudet fait savoir par le biais de son service communication, que «par principe, il ne commente jamais une procédure pénale en cours». Quant au conseiller administratif, Guillaume Barazzone, il réagit: «J’ignore tout des agissements que cette personne revendique et je conteste catégoriquement avoir, de près ou de loin, sollicité ou bénéficié d’une quelconque manière de ses prétendues manœuvres électorales.» (TDG)

Créé: 21.11.2018, 12h07

Articles en relation

Boulettes et polémiques, retour sur la campagne

Élections cantonales Les derniers mois de la campagne électorale ont été riches en mises en cause diverses, à tel point qu’on s’y perd. Tour d’horizon. Plus...

La justice libère l’aspirante députée accusée de fraude

Élections cantonales Après avoir entendu la candidate de GeM, le Parquet envisage l’abandon des charges à son encontre. Plus...

Une femme arrêtée après avoir tenté de vendre des voix

Elections cantonales Les faits ont été dénoncés aux autorités par son parti, Genève en Marche. Des photos et SMS explicites sont en mains des enquêteurs. Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

Caricatures

Brexit: Theresa May à Bruxelles
Plus...