Des soirées autour du cigare font tousser les antitabac

PréventionDes dégustations de cigares et d’alcools fins sont accusées de violer la loi sur l’interdiction de fumer dans les lieux publics.

Un association antitabagisme déplore une certaine impunité pour les bistrots qui ne respectent pas l’interdiction de fumer.

Un association antitabagisme déplore une certaine impunité pour les bistrots qui ne respectent pas l’interdiction de fumer. Image: Keystone

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur?

Sous couvert de dégustation, des bars et restaurants chercheraient à contourner la loi sur l’interdiction de fumer dans les lieux publics. C’est ce que soupçonnent les milieux antitabagisme à Genève. Président de l’association Oxyromandie, Pascal Diethelm a toussé en découvrant il y a quelques jours, dans sa boîte à lettres, un flyer annonçant une soirée de dégustation de cigares et d’armagnac dans un bar à tapas près de Rive. «Fumer dans un établissement public est illégal, même si c’est à l’occasion d’un événement ponctuel», tonne-t-il. L’association a dénoncé le cas à la Police du commerce et de lutte contre le travail au noir.

D’autres soirées de ce genre ont déjà été organisées dans divers établissements publics ces derniers mois. Pascal Diethelm déplore une certaine impunité pour les bistrots qui ne respectent pas l’interdiction de fumer: «En organisant des soirées occasionnelles, les tenanciers sont pratiquement sûrs de passer entre les gouttes, car il y a du laxisme de la part de l’Etat. Mais il faut faire respecter la volonté populaire, qui s’est clairement exprimée en votation pour l’interdiction de fumer dans les lieux publics.»

Sanctions jugées trop faibles

Le Dr Jean-Paul Humair, directeur du Cipret (Centre d’information pour la prévention du tabagisme) à Genève, estime aussi que la loi est trop douce pour les contrevenants: «Au pire, ils risquent une amende de mille francs, alors que dans d’autres pays, ils sont susceptibles de perdre leur autorisation d’exploiter. Mais la police du commerce a des ressources limitées et, visiblement, ce problème n’est pas une priorité pour elle.»

La porte-parole du Département de la sécurité et de l’Economie (DSE), Emmanuelle Lo Verso, rappelle que la seule exception à l’interdiction de fumer dans un établissement public est que celui-ci soit équipé d’un fumoir: «La loi ne prévoit pas le concept d’événement ponctuel», précise-t-elle. Les clubs privés font aussi exception, mais la privatisation d’un établissement public pour une soirée est interdite. «Un lieu public doit rester accessible au public. Aucun événement de ce type n’a jamais été autorisé.»

La version des responsables

Les responsables du bar à tapas en question assurent n’avoir pas violé la loi: «Il s’agissait de la présentation d’une nouvelle marque de cigares. Les personnes qui ont fumé l’ont fait sur la terrasse.»

L’affirmation est évidemment impossible à vérifier a posteriori, mais pour Pascal Diethelm, c’est de l’enfumage: «Il faisait très froid ce soir-là, je doute que les amateurs de cigares aient fumé leurs barreaux de chaise à l’extérieur.»

(TDG)

Créé: 05.11.2017, 16h24

Articles en relation

«Il faut débattre de la place de la nicotine et du vapotage»

Journée sans tabac L'Hôpital organise ce mercredi des conférences d’information, dont l’une consacrée à la cigarette électronique. Plus...

Fumette, buvette, cigarette, même combat

Cannabis Une initiative veut traiter le chanvre comme l’alcool ou le tabac. Cette nouvelle loi réglementerait la culture, le commerce, la taxation et la prévention. Plus...

Jamais la cigarette n’a autant tué dans le monde qu’aujourd’hui

Tabagisme Toujours plus de gens fument et meurent de la cigarette, selon une étude de l’institut Global Burden of Diseases (GBD), publiée cette semaine dans la revue The Lancet. Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

Caricatures

Bruxelles veut que ses frontaliers chôment en Suisse
Plus...