Le soin des bois crée l’unanimité en plénière

MunicipalLes élus ont libéré 1,1 million de francs pour entretenir les 70 hectares de forêts de la Ville de Genève.

Le bois de la Bâtie, 17 hectares, a besoin de soins.

Le bois de la Bâtie, 17 hectares, a besoin de soins. Image: Olivier Vogelsang

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Ce n’est pas tous les jours qu’un projet est voté à l’unanimité par le Municipal. C’était le cas ce mercredi soir: 70 élus ont approuvé un crédit de 1,1 million de fr. destiné à prendre soin des forêts dont la Ville est propriétaire.

Ces «poumons de verdure» représentent 70 hectares – contre 1800 à Lausanne – répartis en 29 massifs. Le bois des Frères (19 ha) et le bois de la Bâtie (17 ha) comptent parmi les plus vastes, tout en figurant dans les zones les plus mal en point. Car tous ces espaces boisés – le bois de Châtillon, le sentier des Falaises, les falaises de l’Arve, Cayla… – ont été délaissés durant des décennies. Guillaume Barazzone, magistrat PDC en charge de l’Environnement urbain et de la Sécurité, a rappelé la nécessité de ces étendues vertes en pleine cité, «alors que nous vivons dans l’une des villes les plus denses d’Europe». «Les forêts sont des lieux essentiels à la qualité de l’air, à la biodiversité, à la qualité de vie. Elles permettent de fixer les particules fines et de diminuer la pollution. Grâce à ce crédit, vous allez sauver les forêts de la Ville de Genève, qui nécessitent une intervention humaine pour être en bonne santé.»

Jusqu’à présent, seuls des travaux nécessaires à la sécurité, comme l’abattage et l’élagage des spécimens les plus dangereux, ont été réalisés. Résultat? Les bois sont trop denses et trop âgés. Or, la densité n’est pas un signe de vitalité: les espèces ont besoin d’espace et de lumière pour se développer. La forte fréquentation des bois urbains appelle aussi à un important entretien et à davantage de sécurité. En 2014, sur le sentier des Falaises, 185 000 passages ont été relevés.

Si le crédit, qui couvrira quatre ans de travaux, a été plébiscité par tous, il n’a toutefois pas manqué de créer quelques échauffourées. Le PS a demandé à ce que le magistrat PDC présente tous les deux ans un rapport détaillant les activités. L’UDC et le PDC ont critiqué une attitude suspicieuse. «Depuis les coupes budgétaires de décembre, la gauche s’attaque systématiquement à notre magistrat. Si on continue comme ça, on n’arrivera pas à s’entendre», a soufflé le PDC Jean-Charles Lathion.

(TDG)

Créé: 10.02.2016, 22h56

Articles en relation

La Ville veut bichonner ses 70 hectares de forêts urbaines

SEVE Une forêt trop touffue n’est pas en bonne santé. Eclaircies sélectives en vue. Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

Caricatures

Conférence sur le climat de Katowice
Plus...