Les socialistes veulent «balayer» la majorité de droite au Conseil municipal

Ville de GenèveLe PS met l'accent sur la lutte contre la chaleur urbaine. Son second siège à l'Exécutif est menacé par les velléités Vertes.

Des candidats socialistes pour les élections municipales en Ville de Genève dont, au premier plan à gauche, le sortant Sami Kanaan et Christina Kitsos, en lice pour le Conseil administratif.

Des candidats socialistes pour les élections municipales en Ville de Genève dont, au premier plan à gauche, le sortant Sami Kanaan et Christina Kitsos, en lice pour le Conseil administratif. Image: Théo Allegrezza

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

La menuiserie Fazio & Cie, aux Eaux-Vives, cultive «l'art du travail bien fait». C'est sans doute pour cela, mais aussi pour montrer qu'elle défend «l'économie de proximité», que la section Ville de Genève du Parti socialiste a choisi mardi la petite manufacture locale d'un militant pour présenter sa stratégie en vue des élections municipales du 15 mars.

L'objectif est clair: maintenir les deux sièges au Conseil administratif et «balayer» la majorité que la droite élargie impose au Conseil municipal depuis 2011. «Avec 18 sièges, nous sommes le parti le plus fort et entendons le rester. Mais les propositions de la gauche ont souvent été freinées par la courte majorité de droite», regrette Maria Casares. La cheffe de groupe fustige le rôle du MCG, qui se dit «ni de droite, ni de gauche, mais vote la plupart du temps à droite». Pour obtenir le plus de sièges possible, des apparentements ont été signés avec les partis de l'Alternative de gauche: les Verts, mais aussi les deux formations d'Ensemble à Gauche qui se déchirent aujourd'hui, SolidaritéS et le Parti du Travail.

Urgence climatique

Sous la caméra bienveillante d'une agence de communication, les socialistes ont présenté quelques-uns de leurs candidats pour le Conseil municipal. La liste – presque paritaire – en compte 46, 21 femmes et 25 hommes. Ainsi que le souligne leur programme, ils auront à cœur de «résoudre l'urgence climatique, qui est étroitement liée à la justice sociale». Une formule qui met en avant le thème incontournable de ces élections, sans pour autant renier les fondamentaux du parti.

«Nous ne sommes pas tous égaux face à la chaleur urbaine», insiste le conseiller municipal Olivier Gurtner, citant un taux de végétalisation de 38% dans le quartier de Champel contre 6% seulement aux Pâquis. Pour le PS, il faut donc aller plus vite, plus fort. Le plan de végétalisation présenté l'été dernier par Guillaume Barazzone? «Qu'une photographie sans ambition politique.» L'aménagement de nouvelles places comme celles des Grottes et de Saint-Gervais par le département de Rémy Pagani? «Trop minéral.» La dimension écologique doit être systématiquement intégrée dans les plans localisés de quartier. Olivier Gurtner propose par exemple de privilégier certains types de sols (le gravier ou le bois et non toujours le béton) ou de classer certains arbres importants de par leur âge ou leur taille.

Entente «parfaite»

Les socialistes n'en ont dit mot mardi, mais ils craignent de voir les Verts les dépasser. Si c'était le cas, cela pourrait avoir un impact sur l'élection au Conseil administratif. L'Exécutif compte actuellement quatre élus de gauche (sur cinq): deux socialistes, un Vert et un issu d'Ensemble à Gauche. Si les écologistes sont devant, le PS accepterait-il de retirer son candidat le moins bien placé pour le second tour? «On tranchera au soir du 15 mars en fonction des résultats», évacue le coprésident de la section Ville Sylvain Thévoz.

En attendant, le PS compte sur Christina Kitsos et Sami Kanaan pour conserver ses deux sièges. On prête aux deux candidats une relation compliquée. La populaire conseillère municipale de 38 ans, qui n'était pas le premier choix des cadres du parti, ne bénéficierait pas d'un soutien sans faille à l'interne. «C'est une campagne électorale», répond-elle laconiquement. «Le parti et le comité de la section sont entièrement derrière leur candidate», assure Sylvain Thévoz.

Sami Kanaan affirme, lui, que l'entente avec Christina Kitsos est «parfaite». Unique magistrat à se représenter, ne craint-il pas de payer dans les urnes l'affaire des notes de frais? «Si je n'avais pas été maire l'année dernière, et dû à ce titre représenter le Conseil administratif, ma seule déclaration aurait été de dire que mes frais n'ont pas été épinglés par la Cour des comptes.» L’élu soupire: «En tant que seul sortant, on me colle tout sur le dos. C’est tout juste si je ne suis pas responsable du réchauffement climatique.»

Créé: 14.01.2020, 18h26

Articles en relation

Ils sont 16 à viser la Mairie de la Ville de Genève

Politique L'Exécutif, qui sera presque entièrement renouvelé, aiguise les appétits. Les candidatures avaient jusqu'à aujourd'hui midi pour être déposées. Les listes finalisées seront connues jeudi. Plus...

Sami Kanaan présente son bilan de législature

Politique Dans un rapport d'une quarantaine de pages, le magistrat chargé de la Culture et du Sport détaille les actions menées depuis 2015 par son département. Plus...

Christina Kitsos, une Grecque des Grottes aux portes du Palais

Portrait La conseillère municipale socialiste, née à La Chaux-de-Fonds, ambitionne de succéder à Sandrine Salerno en Ville. Plus...

Christina Kitsos accompagnera Sami Kanaan sur le ticket PS

Élections municipales 2020 Le Parti socialiste Ville de Genève s'est réuni mercredi soir en assemblée pour désigner ses candidats à l'Exécutif. Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

Caricatures

Genève féminise ses panneaux de signalisation
Plus...