Skatepark couvert de tags: la Ville cherche des solutions

GenèveUn concours de graffitis de qualité ne semble pas à l'ordre du jour. Une peinture antitag est à l'essai.

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Depuis le fond du bowl, Cédric Bodinier contemple le skatepark. Le responsable des lieux est dépité: «Tous ces tags, c'est moche. C'est quand même dommage. Il y en a de plus en plus.» Autour de lui, la structure de béton de la plaine de Plainpalais est couverte de dessins et d’inscriptions quasi illisibles. La dernière en date: «Pour mes légend (sic)», en lettres géantes noires.

Du côté de la Ville, on est conscient du problème. La solution adoptée? Le nettoyage régulier de la structure. Claudio Deuel, du Service de la jeunesse, juge la méthode suffisamment efficace: «Ça a bien marché jusqu'à présent. La Voirie intervient en urgence en cas de messages ostensiblement haineux. Pour le reste, c'est l'association Partage qui s'en charge.» Alors comment expliquer la situation actuelle? «En hiver c'est un peu différent, précise Claudio Deuel. Les produits nécessaires à l'entretien, ne peuvent pas être appliqués à basse température. Mais il y aura un grand nettoyage de printemps.»

En octobre 2012, au moment de l'inauguration du skatepark, la Ville avait envisagé une autre solution: un concours de graffitis. Un moyen de recouvrir les murs de la structure de frises travaillées et colorées sur lesquelles les tags sauvages auraient du mal à ressortir. A l'époque, le projet était tombé à l'eau, les riders estimant que l'adhérence du bowl s'en trouverait réduite. Mais aujourd'hui Cédric Bodinier reconnaît que l'option est à reconsidérer: «La jeune génération associe skate et graffiti et cherche des espaces pour s'exprimer. On n'y coupera pas. Alors autant lui offrir les murs du skatepark et obtenir quelque chose de réussi. Pour ce qui est de l'adhérence, le gore – sorte de gravier – de la plaine est bien plus problématique. Il s'attaque au béton.»

Mais pour Claudio Deuel, «le concours de graffiti n'est pas à l'ordre du jour. Il faudrait une volonté générale des riders allant dans ce sens pour le faire. Ce n'est pas le cas actuellement.» En attendant, la Ville teste sur une petite section du skatepark une peinture antitag. «En espérant que l'adhérence n'en sera pas réduite», précise le délégué à la jeunesse.

Créé: 14.02.2014, 17h02

Articles en relation

Déprédation sur le skatepark: la Ville renouvelle sa plainte

Plainpalais Un feu de poubelle allumé dans la nuit de vendredi à samedi a fait exploser le revêtement de béton quartzé. La Ville va devoir réparer. Plus...

Pas de graffitis pour le skatepark

Plainpalais Le concours invitant les graffeurs à peindre l'édifice a été annulé. L'option béton brut est privilégiée. Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

Caricatures

Coronavirus et enseignement à la maison
Plus...