Six mois de prison ferme pour avoir insulté les juifs

JusticeUn quinquagénaire genevois risque de se retrouver en cellule pour discrimination raciale.

Le condamné exprime son antisémitisme à travers son site Internet. D’autres, en 2012, par des tags nazis sur la synagogue (lire ci-contre).

Le condamné exprime son antisémitisme à travers son site Internet. D’autres, en 2012, par des tags nazis sur la synagogue (lire ci-contre). Image: Laurent Guiraud

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur?

Insulter les juifs et la Coordination intercommunautaire contre l’antisémitisme et la diffamation (Cicad) ou tenir des propos antisémites à tout va sur un site Internet n’est pas une activité relevant de la liberté d’expression. Pour l’avoir fait, pour avoir récidivé et pour n’avoir exprimé aucun regret, un quinquagénaire genevois vient d’être condamné à de la prison ferme.

Le Tribunal de police, dans un arrêt transmis aux parties le 19 mai, lui inflige une peine de six mois pour diffamation, discrimination raciale et insoumission à une décision de l’autorité.

L’homme condamné est un trublion de la République. Il y a quelques années, il avait entarté le député Alberto Velasco avec un Baba au Rhum. Plus récemment, il a craché sur une procureure. Au cours de son procès au mois de mars, son avocat, Me Pascal Junod, avait expliqué: «Il est comme il est, haut en couleur et brut de décoffrage.»

Le lobby juif

Mais le côté pittoresque du personnage n’a amusé ni le procureur général, Olivier Jornot, qui soulignait que «peu de gens ont osé écrire des choses pareilles depuis 1945», ni le Tribunal de police considérant que le prévenu avait fait usage «de termes particulièrement haineux et violents à l’égard de personnes de confession juive et n’a pas hésité à chercher à diffuser largement plusieurs articles et commentaires afin d’atteindre le plus de lecteurs possibles.»

Critique politique

Dans un de ses écrits intitulé «Comment peut-on ne pas être antisémite?» l’accusé explique: «Je considère l’antisémitisme non plus comme un préjugé, mais comme un sentiment normal et légitime.» Dans la même veine, «le lobby juif s’efforce toujours d’imposer sa dictature à Genève». Ce même «lobby juif» se caractérise, selon cet homme, par un «style crapuleux, fielleux et intellectuellement malhonnête». Et encore, «il faut chasser les juifs de nos institutions».

Me Pascal Junod, qui avait plaidé l’acquittement au mois de mars, soulignait qu’il n’y avait pas de honte à parler de «lobby juif» puisque ce dernier existait bel et bien. Il indiquait que son client avait pris en grippe l’Etat d’Israël depuis les bombardements de janvier 2009 qui avaient fait de nombreuses victimes civiles. «Il dit les choses sans pincettes, ni dentelles, plaidait l’avocat, mais on est dans une critique de nature politique.»

Il n’a visiblement pas convaincu le tribunal qui souligne au contraire qu’on ne peut considérer ces textes comme une critique d’ordre politique. «Tant la répétition que l’acharnement et la virulence du prévenu démontrent qu’il est mu par des mobiles de haine et de discrimination raciale.» Ses écrits «portent une atteinte grave à la dignité humaine et définissent le cercle des personnes décriées uniquement sur le critère de la religion ou de l’ethnie juive». Malgré des interdictions judiciaires et même une précédente condamnation à 10 jours de prison ferme en 2002, le prévenu a persisté à publier ses pamphlets sur Internet, note encore le tribunal.

Partie plaignante dans ce procès, Philippe Grumbach avait été l’avocat de l’Association des fils et filles des déportés juifs de France dans le procès Amaudruz. Pour lui, les propos de la personne aujourd’hui condamnée «vont beaucoup plus loin encore que ceux d’Amaudruz puisqu’ils incitent clairement à la haine antisémite». Il déplore le fait qu’avec le nouveau Code de procédure pénale de 2011, les associations antiracistes ne puissent plus se constituer parties plaignantes. Une faiblesse. Compensée dans le cas présent par la fermeté du procureur général. De son côté, Me Pascal Junod, avocat du condamné, précise qu’il va faire appel. (TDG)

Créé: 26.05.2015, 21h36

La norme contre le racisme a 20 ans

Cela fait vingt ans que la norme pénale contre le racisme et l’antisémitisme (article 261 bis du Code pénal) est entrée en vigueur. Elle a débouché sur 390 jugements dont 336 condamnations. Dans 27% des cas, les personnes visées sont des juifs, dans 23% des étrangers et dans 16% des noirs.

Il est cependant rare qu’un prévenu écope de la prison ferme en vertu de cette norme. En 2000, le négationniste vaudois Gaston-Armand Amaudruz avait été condamné à un an de prison ferme en première instance, puis à trois mois après recours.

Le Tribunal fédéral avait estimé qu’il ne méritait pas le sursis notamment parce que quelques jours avant le début de son procès, il s’était permis de publier un article intitulé: «Vive le révisionnisme».
C.F. et ATS

Articles en relation

Des croix gammées visent deux synagogues genevoises

Antisémitisme Un individu a tagué la plaque commémorative des déportés de la Shoah la nuit dernière à Genève, ainsi que la librairie Menorah à Malagnou Plus...

Christian Brunier: Ne jamais banaliser le racisme et l’antisémitisme

Les blogs de la Tribune Les équipes d’Hara-Kiri ou de «Charlie Hebdo» ou les Guignols de l’info ont repoussé la frontière des interdits. Jamais, ils n’ont utilisé la dérision pour prôner des idées de haine. Plus...

Arrêté, un négationniste écope de la prison ferme

Interpellation Condamné pour s’en être pris aux juifs et à une organisation de lutte contre l’antisémitisme, il fait appel. Plus...

A Genève, les actes antisémites sont de plus en plus nombreux et de plus en plus violents

Rapport La Coordination intercommunautaire contre l’antisémitisme et la diffamation (CICAD) a sorti son rapport annuel. Le nombre d’actes dirigés contre les juifs ont grimpé de 28% l’an passé. Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

Caricatures

Ignazio bat Maudet
Plus...