Six gardes du corps de Paul Biya arrêtés et condamnés

JusticeAprès l’agression d’un journaliste de la RTS, la justice a identifié et sanctionné six membres de la sécurité rapprochée du président camerounais.

Image: DR

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Une semaine exactement après l’agression d’un journaliste de la RTS devant l’hôtel Intercontinental, le Ministère public a annoncé, mercredi après-midi, l’arrestation de six membres du service de sécurité du président camerounais Paul Biya. Selon nos informations, les cinq hommes et la femme identifiés par la police judiciaire ont tous été sanctionnés par ordonnance pénale à des peines privatives de liberté avec sursis.

Deux gardes du corps sont condamnés à des peines de 3 mois de prison avec sursis pour contrainte et appropriation illégitime d’un objet (il s’agit du téléphone portable du journaliste) sans dessein d’enrichissement. Les quatre autres écopent de peines de 4 mois de prison avec sursis pour les mêmes faits, auxquels s’ajoute une infraction de dommage à la propriété (les lunettes brisées du journaliste). L’affaire est instruite par le procureur général Olivier Jornot.

Les faits datent du 26 juin. En fin de journée, Adrien Krause, un journaliste de la RTS, se rend à proximité du célèbre hôtel surplombant le quartier des Nations pour «prendre la température» auprès des opposants au président camerounais. En poste depuis 1982, ce dernier loge vraisemblablement à l’hôtel Intercontinental, raison pour laquelle une manifestation se prépare.

Invité de l’émission «Forum» sur la RTS, le journaliste a détaillé les événements, images confuses à l’appui (on y voit uniquement l’assaut du service de sécurité): une dizaine d’hommes à la carrure impressionnante ont fondu sur le groupe réuni sur la voie publique. Si les manifestants ont fui, le journaliste, lui, est resté sur place. Le service de sécurité l’immobilise et arrache sa sacoche, «fait ses poches», saisit son téléphone, son matériel ainsi que son porte-monnaie. Ses lunettes sont jetées au sol et écrasées.

Assistant à l’agression, deux assistants de sécurité publique dédiés à la sécurité diplomatique ne réagissent pas. Les autorités genevoises justifient leur passivité par leur infériorité numérique. Quant au journaliste de la RTS, il a pu récupérer ses affaires plusieurs heures après les faits au terme de longues discussions. Les vidéos qu’il a tournées n’ont pas été effacées. Il souffre d’hématomes et de contusions et a déposé une plainte pénale.

Alors que la Suisse joue actuellement un rôle de médiateur pour apaiser les conflits qui secouent le Cameroun, cet événement a suscité de nombreuses réactions, du Département fédéral des affaires étrangères au Conseil d’État genevois. Ce dernier a qualifié l’agression de «totalement inacceptable».

Créé: 03.07.2019, 20h13

Articles en relation

Un journaliste suisse agressé par des gros bras camerounais

Incident diplomatique à Genève Devant l'Intercontinental, des gardes du corps du président Paul Biya ont saisi le matériel du journaliste. Cet incident tombe mal alors que la Suisse accueille des négociations avec des groupes d'opposition camerounais. Plus...

RSF condamne l'agression d'un journaliste à Genève

Liberté de la presse Reporters sans frontières Suisse déplore que deux policiers genevois ayant assisté à la scène ne soient pas intervenu. Plus...

Pourquoi la police n’a pu intervenir lors de l’agression

Journaliste molesté Deux assistants de sécurité publique, armés, sont restés impuissants devant une rixe visant un de nos confrères de la RTS. Explications. Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.