Six emplois de solidarité à la merci du Municipal

GenèveFaute de budget voté, le Conseil administratif ne peut stabiliser les derniers emplois de solidarité. Il va demander un crédit urgent

Sami Kanaan propose au Conseil municipal d’accepter un crédit budgétaire supplémentaire de 255 000 francs pour éviter aux collaborateurs

Sami Kanaan propose au Conseil municipal d’accepter un crédit budgétaire supplémentaire de 255 000 francs pour éviter aux collaborateurs "en emploi de solidarité" de se retrouver au chômage. Image: Laurent Guiraud

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

En 2012, le Département de la culture de la Ville de Genève comptait 40 collaborateurs en emplois de solidarité (EdS). Il n’en reste aujourd’hui plus que six – tous au Musée d’art et d’histoire (MAH) – le Conseil administratif ayant décidé de sortir du dispositif progressivement. Or ces personnes risquent de se retrouver au chômage. Leur engagement projeté par la Ville est en effet compromis du fait que la commune n’a toujours pas de budget en 2017.

Pour éviter cette issue, le conseiller administratif Sami Kanaan propose au Conseil municipal d’accepter un crédit budgétaire supplémentaire de 255 000 francs. Validé mercredi par le Conseil administratif, l’objet n’est toutefois pas à l’ordre du jour du Municipal de mardi et de mercredi. L’inscription au programme de la session et le traitement en urgence vont par conséquent être sollicités mardi par l’Exécutif municipal.

C’est qu’urgence il y a. Les contrats en EdS de ces six personnes ont été résiliés au 31 décembre 2016 – pour des raisons économiques – par leur réel employeur, la société coopérative Démarche-Artraction. Pour leur éviter le chômage, et après avoir vainement tenté de les aider à trouver un emploi, la Ville leur a proposé des contrats d’auxiliaires de trois mois. Mais ils ne peuvent être prolongés en l’absence de ligne budgétaire.

Le crédit supplémentaire sollicité correspond à la demande formulée dans le projet de budget 2017. Un projet dont l’entrée en matière avait été refusée le 22 décembre par une majorité du Conseil municipal. Les 255 000 francs permettraient la création de trois postes d’agents de surveillance.

Trois postes pour six personnes? Oui car la solution trouvée par le département de Sami Kanaan comprend d’autres éléments. Tout d’abord, un autre poste de surveillant s’est libéré récemment au MAH. Ensuite, un emploi similaire sera disponible dès le 1er août au musée Ariana. Résultat: «Avec ces différentes mesures, et sous réserve du vote du présent crédit budgétaire par le Conseil municipal, il sera possible d’engager toutes les personnes concernées avec un taux d’activité de 70%», écrit le Conseil administratif dans l’exposé des motifs du projet de crédit.

Si une majorité des conseillers municipaux acceptent la proposition, la Ville de Genève en aura fini avec les emplois de solidarité. Ce dispositif destiné aux chômeurs en fin de droits est très critiqué, notamment par les syndicats.

Créé: 15.01.2017, 21h35

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

Caricatures

Assemblée du PLR sur l'affaire Maudet
Plus...