Six bonnes questions à se poser avant la retraite

PrévoyanceLa fin de l’activité professionnelle rime souvent avec perte de revenus. Afin de ne pas être démunis une fois la bise venue, les assurés doivent prendre en main la calculette.

Ci-dessus Madelaine résidente de l'EMS Cottier-Boys à Orny.

Ci-dessus Madelaine résidente de l'EMS Cottier-Boys à Orny. Image: Jean-Paul Guinnard

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Le nez sur le guidon durant sa vie active, on oublie souvent que les années passent. D’abord flous, les contours de la fin des activités professionnelles se précisent. Au moment de la retraite, les pertes de revenus peuvent être importantes. Adieu le rêve de somnoler sous les lointains cocotiers ou les plus proches palmiers, les doigts de pied en éventail… Les plus prudents commencent à y songer à 50 ans. Les avisés à 55 ans. Les étourdis à 60 ans. Les imprudents au moment de la retraite. Mais c’est alors trop tard pour se constituer une épargne.

Avant toute décision, il est important d’estimer ses besoins minimaux en reprenant les postes principaux et les dépenses incompressibles: logement, assurance maladie et frais médicaux (qui ont tendance à s’alourdir avec l’âge), transports, télécoms, nourriture. Si la vie à Genève est plus chère qu’à Lausanne, Sion ou Neuchâtel, la charge fiscale d’un couple de retraités y est plus basse: environ 10 000 francs de moins par an par rapport à la capitale vaudoise! (lire notre graphique) Mais des décisions peuvent aussi être prises en amont de la quille pour préserver sa fortune et engranger davantage de revenus. Un livre du consultant VermögensZentrum (VZ) fourmille de conseils. À lire à la plage avant de faire les bons choix, à la fin de l’été.

Effectuer des rachats?

Ces rachats au sein de sa caisse de pension, destinés à combler des lacunes, sont intéressants car ils sont fiscalement déductibles. C’est le cas lorsque les revenus sont plus considérables, peu avant la retraite. Les rachats assureront ensuite une rente annuelle plus importante. Même si le futur rentier paiera ensuite davantage d’impôts puisqu’il recevra plus de revenus, il s’en sort généralement gagnant. Par ailleurs, les experts de VZ conseillent d’effectuer plusieurs opérations de ce type, de manière échelonnée, plutôt qu’une grosse transaction. Ces rachats peuvent aussi, sous certaines conditions, provenir de comptes du 3e pilier. Attention: trois ans doivent ensuite s’écouler entre ces rachats et la perception sous forme de capital de tout ou partie de l’avoir de la caisse. Un retrait effectué avant ce délai débouche sur le remboursement des impôts économisés. Il est donc prudent de conserver des liquidités pour assurer d’éventuels besoins importants de fonds.

Changer de canton?

Chaque canton dispose d’une marge appréciable pour percevoir l’impôt en cas de retrait du capital. Le fisc genevois est alors nettement moins vorace que celui de Lausanne, Neuchâtel ou Fribourg. Les personnes mariées qui résident à Genève et effectuent un retrait de 500 000 francs paieront environ 20 000 francs d’impôts en moins que celles habitant dans la capitale vaudoise ou sur les bords de la Sarine (lire notre graphique). En revanche, un résident de Coire ne déboursera que 24 400 francs contre près de 36 000 francs à Genève. Pour un retrait de 250 000 francs, c’est Schwytz qui est la ville la plus douce (10 656 francs). Mais que faire à Schwytz sauf une excursion sur la plaine du Grütli le 1er août?

Investir dans l’immobilier?

Être propriétaire de son logement à la retraite, dans le canton? Ce choix peut s’avérer judicieux afin d’éviter un litige toujours possible avec son bailleur. Les taux hypothécaires actuels sont très bas. Des prêts fixes à dix ans peuvent se conclure aux alentours de 1%! Mais il faudra prendre le risque de puiser un montant important de votre 2e pilier ou de votre épargne, car les banques exigent une part de fonds propres importante et effectuent leurs calculs sur une base fictive de 5% d’intérêts afin que leurs clients ne soient pas pris à la gorge. Par ailleurs, les revenus chutant fortement à la retraite, le coût global d’un bien immobilier peut même entraîner une vente forcée.

À la Caisse de pension de l’État de Genève (CPEG), les assurés peuvent se procurer un bien immobilier en choisissant deux options: le versement anticipé d’une partie de sa prestation de libre passage ou la mise en gage de celle-ci. La mise en gage (au sein d’une banque ou d’une assurance) a l’avantage de ne pas faire diminuer les prestations si le gage n’est pas réalisé. En revanche, la dette hypothécaire est plus élevée, tout comme les intérêts qui lui sont liés, détaille Marc Baijot, responsable de la division Assurance de la CPEG. Le retrait entraîne une diminution des prestations, mais la dette hypothécaire comme ses intérêts sont plus bas. Les deux options peuvent se combiner. Le pourcentage d’assurés utilisant cette possibilité reste faible, car la mise en gage n’est possible que pour des biens situés en Suisse. «Or, la plupart de nos demandes d’accession à la propriété se font sur des biens en France», précise encore l’expert de la CPEG.

Quitter la Suisse?

Couler une heureuse retraite au soleil? Une démangeaison compréhensible pour de nombreux retraités. Un tel déménagement doit cependant se préparer à l’avance pour des raisons évidentes: résiliation de contrats d’assurance, vente d’un bien immobilier, réservation du transitaire transportant les meubles, changement de plaques d’immatriculation, information détaillée sur les questions médicales, annonce préalable aux assurances sociales, etc… Les Genevois peuvent émigrer et résider au moins cinq ans dans la plupart des pays européens à condition de prouver qu’ils disposent de moyens financiers suffisants et d’une assurance maladie adéquate. Question sensible: les Genevois pourront-ils ensuite se faire soigner en Suisse, et à quelles conditions? Les retraits de capitaux liés à cette décision sont alors imposés à la source. Genève ponctionne également moins d’argent que Zurich ou d’autres cantons romands. Si des Genevois décident de s’expatrier au moment de la retraite, ils sont aussi nombreux à planifier leur retour quand le grand âge arrive, dès 80 ans.

Travailler après la retraite?

Dans les années à venir, plusieurs tendances se dégagent. L’âge de la retraite pourrait passer de 64 à 65 ans pour les femmes. Le moment du départ à la retraite pourrait aussi être librement choisi entre 62 et 70 ans. Les rentiers AVS pourront ajourner le versement de la prestation, d’une année au moins à cinq ans au plus. La rente sera ensuite plus élevée. Il est aussi important de réclamer à l’AVS ce à quoi on aura droit quelques années avant la retraite.

Ultime conseil: il arrive que des assurés, en particulier d’origine étrangère, oublient de retirer une partie de leur avoir de libre passage. Mais la Fondation institution supplétive LPP (dont l’agence régionale pour la Suisse romande est située à Lausanne) garde en principe les dossiers des assurés: chaque caisse de pension qui a perdu les traces d’un salarié doit en effet verser cet argent à cette institution. Des bonnes surprises peuvent arriver en l’appelant!


Faut-il choisir la rente ou le capital?

Faut-il recevoir son argent placé dans le 2e pilier sous forme de rente ou de capital? De prime abord, la rente semble plus sûre: elle est régulière jusqu’à la fin de sa vie. Mais à long terme, indiquent les experts de VZ, «le versement du capital est plus intéressant sur le plan fiscal». Et le consultant de prendre deux exemples: celui d’un retraité disposant de 500 000 francs et recevant une rente annuelle de 30 000 francs sur la base d’un taux de conversion de 6%. Et, par comparaison, le retraité qui a choisi de toucher son capital et de l’épuiser sur vingt ans. VZ estime alors que l’impôt, lors du retrait, est en moyenne nationale de 42 500 francs.

Net d’impôts, le rentier reçoit 22 500 francs par an. Durant les neuf premières années, il paiera moins d’impôts que le retraité qui a choisi de retirer son avoir sous forme de capital. À partir de la dixième année, c’est au contraire celui qui gère lui-même son capital qui verse moins d’argent au fisc. Pour une raison simple: seuls les intérêts et les dividendes liés à ses placements sont imposables comme revenus. Après vingt ans, l’économie fiscale qu’il a réalisée atteint 67 800 francs. Mais VZ base son exemple sur un rendement annuel moyen de 3% de la fortune placée, ce qui est actuellement élevé. Ce taux est intimement lié à l’évolution des marchés financiers. Il peut donc changer.

Second bémol: le retraité qui reste en pleine forme à 85 ans aura alors mangé tout son capital, alors que le rentier recevra sa rente jusqu’à ses derniers jours. Pour ces raisons, les futurs rentiers optent de plus en plus souvent pour une solution mixte: une partie sous forme de rente pour assurer les dépenses minimales et l’autre sous forme de capital pour des coups de cœur, des cadeaux, des loisirs, des voyages. Tout ce qui met du sel dans sa vie.

R.R.

Créé: 12.08.2019, 07h04

L’essentiel

Conseil Dès 50 ans, il faudrait se soucier de ses vieux jours.

Comparaison Sur le plan fiscal, Genève est plus avantageuse que Lausanne ou Neuchâtel.

Rente ou capital Sous quelle forme faut-il choisir de recevoir son argent? Un moment délicat.

Genève serait plus avantageuse

Articles en relation

La retraite des femmes à 65 ans se heurte à un mur

AVS Le Conseil fédéral confirme sa volonté d’harmoniser l’âge de la retraite. Son projet est critiqué tant par les patrons que les syndicats. Plus...

Pourquoi est-il si difficile d'épargner?

BILAN Il existe trois freins comportementaux qui peuvent nous empêcher d’économiser pour notre retraite. Voici comment les dépasser. Plus...

Paid Post

CallDoc, assuré malin et flexible
Bénéficiez de consultations médicales 24h/24, 7j/7 et faites des économies! Profitez du rabais de prime sur l’assurance-maladie de base. Demandez une offre maintenant.

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

Caricatures

)6 nouveaux projets en faveur des piétons et des cyclistes
Plus...