Les SIG sont sur le pont 24 heures sur 24

Des mesures ont été prises pour garantir la fourniture d’électricité ou d’eau potable.

L’usine basée aux Chenevriers assure le traitement des déchets hospitaliers.

L’usine basée aux Chenevriers assure le traitement des déchets hospitaliers. Image: Olivier Vogelsang

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Parmi les professions qu’ils remercient avec leurs applaudissements quotidiens du soir, les Genevois pourraient intégrer les employés des Services industriels de Genève (SIG). En tout cas ceux qui, malgré la menace virale, restent sur le terrain afin de garantir – sept jours sur sept et vingt-quatre heures sur vingt-quatre – l’approvisionnement du canton en eau potable, électricité, gaz et chauffage à distance.

Des besoins tout aussi cruciaux que les denrées sur lesquelles les gens se ruent dans les supermarchés. Sans compter que ce sont aussi les SIG qui sont chargés d’éliminer les ordures ménagères et autres déchets, à l’usine d’incinération des Cheneviers. Alors comment fait-on, en temps de confinement et de distanciation sociale, pour continuer d’assurer ces prestations essentielles à la population?

La régie se veut rassurante et écarte tout risque de pénurie. «Depuis plus de dix ans, les SIG se sont dotés d’un plan de gestion de crise, qui inclut des plans de continuité d’activité (PCA), souligne Anne-Claude Steiner-Mellot, porte-parole des SIG. Le dispositif est régulièrement testé avec des entraînements.» Tout cela fait d’ailleurs partie intégrante du plan cantonal en cas de crise, ORCA.

Concrètement, tous les collaborateurs qui n’occupent pas de fonctions dites «critiques» font du télétravail à domicile. Les autres, notamment ceux qui gèrent l’exploitation et la maintenance des réseaux, restent sur le pont, en effectuant des tournus par équipes. Mais seules les activités et interventions prioritaires sont réalisées. Cela comprend bien entendu les interventions d’urgence, comme celles liées aux pannes d’électricité, aux fuites de gaz ou aux ruptures de conduites d’eau.

Cependant, ces techniciens, qui peuvent être en contact avec la clientèle ou qui sont obligés de se rendre sur leur lieu de travail, doivent se protéger du coronavirus. «Les collaborateurs assumant ces fonctions prioritaires ont reçu les équipements de protection nécessaires, tels que des masques, et sont régulièrement tenus informés sur les consignes d’hygiène de l’Office fédéral de la santé publique (OFSP)», assure la porte-parole.

Pour le traitement des déchets, par exemple, les règles spécifiques à la pandémie (lavage régulier des mains, distance entre les personnes, nombre de collaborateurs dans un même lieu, etc.) viennent s’ajouter aux mesures d’hygiène et de sécurité habituelles. «La salle de commande, qui est le centre névralgique de l’usine des Cheneviers, est mise en «confinement partiel» pour que seuls les collaborateurs d’exploitation y aient accès, précise Anne-Claude Steiner-Mellot. Les effectifs sur le site étant limités, les contacts interpersonnels sont réduits le plus possible.» Les règles d’hygiène sont d’autant plus importantes aux Cheneviers que l’usine assure également le traitement des déchets hospitaliers.

Comme l’incinération des ordures ménagères ne connaît pas de répit, le fonctionnement des réseaux de chauffage à distance alimentés par l’usine est lui aussi garanti. Rappelons qu’à lui seul, le réseau Cadiom fournit en chaleur plus de 10'000 logements ainsi que plusieurs sites d’activités tertiaires sur les communes d’Aire-la-Ville, de Bernex, de Confignon, d’Onex et de Lancy.

Des collaborateurs des SIG ont-ils contracté le Covid-19? «La situation évoluant tellement rapidement, et s’agissant de données médicales, nous préférons ne pas communiquer sur cette question.»

Créé: 24.03.2020, 21h02

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

Caricatures

Quand reprendre le travail?
Plus...