Passer au contenu principal

Session extraordinaire compromise?

La demande de levée d'immunité de Pierre Maudet n'a pas été traitée par la commission législative.

Dans la tourmente, le conseiller d’État Pierre Maudet devra peut-être se dessaisir de la présidence du Département de la sécurité et du gouvernement.
Dans la tourmente, le conseiller d’État Pierre Maudet devra peut-être se dessaisir de la présidence du Département de la sécurité et du gouvernement.
LAURENT GUIRAUD

Le PLR est parvenu à déposer les signatures nécessaires à la tenue d'une session extraordinaire du Grand Conseil. Or, celle-ci semble néanmoins compromise. Selon 20 minutes, il manquerait une pièce essentielle, à savoir le rapport de la commission législative, qui se réunissait vendredi en fin de journée et devait traiter de la demande de levée d'immunité de Pierre Maudet en rapport avec le voyage à Abu Dhabi.

Selon le quotidien, la commission n'a pas été saisie de cette demande vendredi et, donc, aucun rapport ne peut être transmis au président du Grand Conseil, le PLR Jean Romain.

Dès lors, la volonté du PLR d'aller au plus vite afin d'éclaircir les faits et de permettre à Pierre Maudet de se défendre pourrait prendre du retard. Si elle traite de la demande du Ministère public lors de sa réunion vendredi prochain, la commission législative pourrait remettre son rapport le lundi 10 septembre seulement.

En comptant le délai imposé de 6 jours ouvrables, les députés ne pourraent tenir une séance extraordinaire qu'à partir du 17 ou du 18 septembre, alors que la session ordinaire a lieu le 20 septembre. Est-ce tout de même utile? «Nous ne gagnerions que deux ou trois jours», a simplement répondu Jean Romain à 20 minutes.

Cet article a été automatiquement importé de notre ancien système de gestion de contenu vers notre nouveau site web. Il est possible qu'il comporte quelques erreurs de mise en page. Veuillez-nous signaler toute erreur à community-feedback@tamedia.ch. Nous vous remercions de votre compréhension et votre collaboration.