Le sentier des Saules n’accueillera pas de disco

Vie nocturneLe Canton de Genève renonce au projet de discothèque à la Jonction. Celui des réservoirs au Bois de la Bâtie prend forme.

Le projet devait se faire sur le sentier des Saules.

Le projet devait se faire sur le sentier des Saules. Image: Olivier Vogelsang/Tribune de Genève

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Le projet d’une discothèque dans le sous-sol d’un bâtiment situé entre le sentier des Saules et la rue des Falaises, à la Jonction, a définitivement été abandonné. «L’Etat estime que la priorité dans cette zone doit être accordée au logement. Le terrain a été attribué à une coopérative d’habitation pour y construire des logements d’utilité publique. Les activités bruyantes ne sont pas compatibles avec cet objectif», explique Bernard Favre, porte-parole du conseiller d’Etat François Longchamp, à la tête du Département de l’urbanisme. Le projet émanait de son prédécesseur, Mark Muller, qui avait esquissé une autre intention, celle d’un lieu dévolu à la nuit dans les sous-sols de l’usine Sicli, également abandonnée.

Pour empêcher le projet du sentier des Saules, le quartier s’est mobilisé. «Nous avons fait parvenir une pétition à l’Etat. C’était un projet irréfléchi que Mark Muller a lancé lorsque le Moa Club menaçait de fermer», relève Gerson Wechter, administrateur d’une société propriétaire d’un immeuble dans le quartier.

Les milieux culturels aussi se sont montrés sceptiques. «L’idée de ce projet a été exposée au lendemain des manifestations concernant le manque de lieux nocturnes, fin 2010, précise Albane Schlechten, de l’Union des espaces culturels autogérés (UECA). L’effet d’annonce pour calmer le jeu et l’opposition de la part des riverains étaient évidents. A noter que le prix au m2 des lofts, à côté, est parmi les plus chers en ville…» Une requête en autorisation de construire a tout de même été déposée début 2012. Avant de prendre sa décision, l’Etat a attendu le résultat d’une étude portant sur la transformation de ces lieux en locaux publics, pour un montant de plus de 47 000 francs. Bernard Favre précise: «Nous pourrons réutiliser des éléments de cette étude pour la transformation d’autres lieux, plus appropriés.»

Une autre étude, chiffrée à 23 000 francs et portant sur une analyse des lieux nocturnes, avait été confiée à Nepsa, la société de Frédéric Hohl. «Elle a démontré qu’il y a un déficit dans le domaine. Mais cela ne veut pas dire que l’Etat a pour mission de construire des discothèques. C’est à leurs futurs exploitants d’avoir des projets. L’Etat a ainsi favorisé la réalisation de la Gravière, en partenariat avec l’association Le Bloc, désignée par l’UECA.»

Du côté de la Ville, la perspective d’une discothèque dans les anciens réservoirs d’eau du Bois de la Bâtie «avance bon train», selon le maire de la ville, Rémy Pagani, en charge des Constructions. «Une étude de faisabilité sur la réalisation de deux salles de 400 places, dont les signes sont pour l’heure très positifs, est en cours. Elle devrait aboutir à une demande de crédit de réalisation au Conseil municipal début 2013. Une salle de 400 places va également pouvoir être construite dans le futur écoquartier de la Jonction, en même temps que le parking et les dépôts pour les collections des musées genevois.» L’une des salles du Bois de la Bâtie sera attribuée au MàD, qui s’installera dès janvier et pour une durée maximale de trois ans dans la zone industrielle de Châtelaine. La gestion de deux autres salles sera mise au concours.

Créé: 17.10.2012, 07h36

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.