Passer au contenu principal

Le séisme électoral secoue des Italiens de Genève

Au lendemain des victoires populistes, des membres de la communauté italienne s’inquiètent de l’avenir de leur pays.

Après les législatives, les Italiens de Genève ne pavoisent pas autant que pour le Mondial.
Après les législatives, les Italiens de Genève ne pavoisent pas autant que pour le Mondial.
Steeve Iunker Gomez

La montée en puissance des mouvements populistes a fait l’effet d’une douche froide pour de nombreux Italiens de Genève. Si la tendance, qui s’était cristallisée dans les sondages ces dernières semaines, n’a pas constitué pour eux une surprise, c’est bien son ampleur qui a marqué les esprits.

«Je suis inquiet de ce durcissement et des avancées de la droite populiste et du Mouvement 5 Stelle antieuropéen», résume Marco Longo, né à Genève de parents italiens. Pour le président du CS Italien, club de football fondé à Genève en 1944, le retour du désormais inéligible Silvio Berlusconi, «l’increvable» de la vie politique italienne, est proprement «stupéfiant». «Mais ces dernières semaines, on ne voyait que lui dans les médias qu’il possède», ajoute l’Italien.

Les articles ABO sont réservés aux abonnés.