Passer au contenu principal

«La sécurité était en phase test» aux Tattes

L’Hospice répond au rapport critique du Service d’incendie et de secours, après le sinistre à Vernier.

Photo d'archives.
Photo d'archives.
Laurent Guiraud

Des problèmes techniques semblent avoir compliqué la situation lorsque le feu s’est déclaré, dans la nuit du 16 au 17 novembre, au centre d’hébergement des Tattes (nos éditions de lundi). Interrogé le 19 novembre dans nos colonnes, le directeur de l’Hospice général, Christophe Girod, indiquait toutefois que le dispositif de sécurité était en «phase d’amélioration». Des portes antifeu avaient été posées au cours de cette année et selon lui, «sans tout cela, le bilan aurait pu être encore plus grave».

Les articles ABO sont réservés aux abonnés.