Passer au contenu principal

Scénario catastrophe sur le Lac: les secours exercent leur collaboration

Une simulation d’explosion sur un bateau a mobilisé près d’une centaine de personnes à Hermance vendredi soir.

Hermance, le 19 mai 2017. Opération de sauvetage de nuit sur le lac. Un bateau a pris feu à la tombée de la nuit. L'exercice grandeur nature a mobilisé environ 80 personnes: sauveteurs, pompiers, policiers, plongeurs ou ambulanciers. ©Tribune de Genève/Pierre Albouy
Hermance, le 19 mai 2017. Opération de sauvetage de nuit sur le lac. Un bateau a pris feu à la tombée de la nuit. L'exercice grandeur nature a mobilisé environ 80 personnes: sauveteurs, pompiers, policiers, plongeurs ou ambulanciers. ©Tribune de Genève/Pierre Albouy
Hermance, le 19 mai 2017.  Opération de sauvetage de nuit sur le lac. Un bateau a pris feu à la tombée de la nuit. L'exercice grandeur nature a mobilisé environ 80 personnes: sauveteurs, pompiers, policiers, plongeurs ou ambulanciers.©Tribune de Genève/Pierre Albouy
Hermance, le 19 mai 2017. Opération de sauvetage de nuit sur le lac. Un bateau a pris feu à la tombée de la nuit. L'exercice grandeur nature a mobilisé environ 80 personnes: sauveteurs, pompiers, policiers, plongeurs ou ambulanciers.©Tribune de Genève/Pierre Albouy
Hermance, le 19 mai 2017.  Opération de sauvetage de nuit sur le lac. Un bateau a pris feu à la tombée de la nuit. L'exercice grandeur nature a mobilisé environ 80 personnes: sauveteurs, pompiers, policiers, plongeurs ou ambulanciers.©Tribune de Genève/Pierre Albouy
Hermance, le 19 mai 2017. Opération de sauvetage de nuit sur le lac. Un bateau a pris feu à la tombée de la nuit. L'exercice grandeur nature a mobilisé environ 80 personnes: sauveteurs, pompiers, policiers, plongeurs ou ambulanciers.©Tribune de Genève/Pierre Albouy
1 / 17

Il était 20 heures 20 vendredi soir. Le ciel dégagé offrait un cadre idéal pour une sortie en voilier sur le lac. C’est ce qui a inspiré un groupe de neuf personnes, mu par l’appétit d’une bonne fondue au large de la Savonnière, à Collonge-Bellerive. Mais l’idée tourne mal. Le réchaud manque de gaz, il faut le remplir. L’erreur est fatale, le réchaud explose, le bateau prend feu. Cinq personnes sautent à l’eau, les quatre autres restent sur le pont et laissent le navire dériver jusqu’au débarcadère d’Hermance. L’alerte peut être donnée.

Double objectif

Le scénario catastrophe n’est bien sûr qu’un exercice, qui a mobilisé près d’une centaine de personnes, sur terre, sur l’eau et dans les airs. «Il y avait deux objectifs, détaille Florian Ozainne, enseignant à l’école supérieure de soins ambulanciers et coordinateur de l’exercice. Faire travailler les étudiants de 2ème et 3ème années sur le tri des patients mais également entraîner la collaboration entre les différents corps de métiers.» Durant la soirée sont intervenus les samaritains, les ambulanciers, les cardiomobiles (SMUR), les pompiers, la police de la navigation, plusieurs sections de la Société internationale de sauvetage du Léman (SISL) ainsi que l’hélicoptère de la REGA. Du beau monde qui doit savoir se coordonner.

A quai, la première étape est de recueillir les patients. Les samaritains, présents en marge d’une manifestation communale, ouvrent le bal. Très vite, le 144 est alerté. Soit les étudiants en soins ambulanciers, qui sont mis à l’épreuve. «S’il y a trop de patients, explique un superviseur, la première ambulance travaille à la gestion du site. Puis, la seconde fait le tour des blessés, afin de déterminer les priorités.» Les premières victimes, des figurants qui ont bien assimilé leur rôle, sortent du voilier en panique. La difficulté: établir le nombre de personnes qui étaient sur le bateau. Les secours comprennent vite qu’il y a des gens à l’eau entre la Savonnière et Hermance.

Les troupes de sauvetage du Léman arrivent en trombe. Elles s’équipent en circonstances et sautent sur les bateaux. Ils sont deux à quitter la section d’Hermance. Sur le 247, gyrophares bleus allumés, Théo, 19 ans, est à la barre. A ses côtés, Matteo (18 ans) et Anaïs (24 ans) tiennent les spots lumineux pour éclairer le lac. Enfin, les yeux du doyen Christian, 54 ans, sont à l’affut de toute silhouette humaine.

L'hélicoptère de la Rega mobilisé

Naturellement ou presque, la recherche s’organise. Des renforts arrivent de Genève, Bellevue, Versoix, La Belotte-Bellerive et Coppet. Ils parcourent le plan d’eau en ligne, séparés d’une centaine de mètres chacun. On longe la rive gauche et ses splendides demeures. L’hélicoptère de la REGA est là, lui aussi. Pendant de longues minutes, rien n’apparaît. Puis, la radio crache: «Il y a quelque chose vers la rive.» La voix reprend: «Fausse alerte, ce sont des oiseaux.»

Après une heure de recherches, les choses s’accélèrent. Un bateau trouve une première victime, puis deux autres. Dans l’enchaînement, sur le 247, on voit émerger une tête à une dizaine de mètres, près d’Anières. Matteo s’agite pour lui porter secours. Ce plongeur réquisitionné pour l’exercice est resté tout ce temps dans l’eau. Il grelotte. Théo fonce pour le ramener à quai, à Hermance. Dans l’intervalle, la dernière personne est retrouvée, l’exercice est réussi.

Au débriefing, la satisfaction prime. Un plongeur souligne toutefois que «l’hélicoptère m’est passé trois fois au-dessus mais n’a rien vu.» Il est heureusement indemne. Détail cocasse de l’histoire: «Parmi les personnes qui ont sauté à l’eau, il y avait le capitaine, sourit Florian Ozainne. C’est un peu un scénario à la Costa Concordia.»

Cet article a été automatiquement importé de notre ancien système de gestion de contenu vers notre nouveau site web. Il est possible qu'il comporte quelques erreurs de mise en page. Veuillez-nous signaler toute erreur à community-feedback@tamedia.ch. Nous vous remercions de votre compréhension et votre collaboration.