Saveurs togolaises au parc Trembley

Barbecue dans les communautés (2/5)Pour les communautés étrangères de Genève, le barbecue est l'occasion de manger «comme là-bas».

Yao et Kossi concoctent des spécialités togolaises au parc Trembley.

Yao et Kossi concoctent des spécialités togolaises au parc Trembley. Image: GEORGES CABRERA

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Bernice, Pélagie et Andrea sont déjà installées tranquillement sur une jolie nappe bleue, à l’ombre d’un arbre du parc Trembley, lorsque Yao arrive chargé d’une immense boîte de rangement en plastique. A l’intérieur marinent de belles cuisses de poulet. Il est 14 h. Dans ce groupe d’une quinzaine de personnes, quelques boubous africains colorent ce splendide samedi d’été. Un haut-parleur à roulettes diffuse déjà les enivrantes sonorités du continent noir. En attendant que les spécialités du Togo et du Bénin préparées ce jour-là ravissent nos papilles.

Lire aussi Sucuk, salade, tomate, oignon et halay

«Vous allez être déçue, s’amuse Kossi, nous n’allons pas vous faire goûter du serpent! Seulement du poulet, de la dinde et du bœuf. C’est vrai qu’au Togo, certains mangent de la vipère, mais c’est rare. Moi, je n’en ai jamais goûté. Par contre, on fait griller la chèvre et le mouton.» Une tige traverse alors la bête, afin de pouvoir la faire tourner. Parfois aussi, le mouton est planté directement dans le feu, à la verticale, et chacun vient découper ses morceaux. On jette un œil un peu plus bas, du côté des quatre barbecues installés sur la pelouse par la Ville de Genève. Autant dire qu’ils ne sont pas prévus pour la traditionnelle grillade togolaise. «Avec tous les immigrés qu’il y a ici, il faudrait qu’ils adaptent le système», plaisante Kossi.

Lire aussi Un anniversaire sur le gril à La Grange

Yao, qui a appris le métier de cuisinier en arrivant à Genève, est déjà au travail. Ses cuisses de poulet, il les a fait mariner avec de l’oignon, de l’échalote, de l’ail, du poivre, du piment, de la mayonnaise, du gingembre et du curry. Elles partagent l’espace avec la viande d’une pique-niqueuse tunisienne. A côté, des calamars rôtissent au-dessus d’épis de maïs disposés directement dans les braises.

Malgré le peu de place disponible, l’ambiance est détendue. On discute en faisant la queue. On échange charbon et ustensiles contre quelques conseils. Pourtant, certains sont moins fair-play. Un groupe s’est carrément approprié l’une des installations, sur laquelle mijotent de gros poissons, en la surmontant d’un abri de jardin. «Ce n’est vraiment pas normal, cette attitude», s’indigne notre voisine de gril en nous tendant une merguez.

Yao n’a pas le temps de s’énerver. Il nettoie une grille qui se libère, dispose les fines tranches de bœuf que Kossi a préparées et desquelles s’échappe instantanément une forte odeur d’ail et de poivre. «J’ai faim comme la femme d’un voleur», s’exclame-t-il! L’expression du pays tombe à pic: «Ce que j’aime dans la cuisine, lance Yao, c’est le fait de donner à manger aux autres, à mes amis, à ma famille.» En tout cas, ils ne partiront pas d’ici en ayant faim… «Vous savez pourquoi nous avons préparé autant de mets? Parce qu’on aime qu’il y ait des restes. Cela signifie qu’on a bien mangé.» Pâte de piment et poivronnade

A l’ombre du grand arbre, les accompagnements ont été sortis des sacs. Les bières et les limonades sont toujours fraîches. De quelques bols en plastique, Bernice sort des portions individuelles d’akpan, une pâte blanche à base de farine de riz, de Maïzena et de vinaigre, qui sert à accompagner une poivronnade à la tomate. Les enfants, eux, préfèrent le riz aux carottes et aux petits pois. Quant à nous, nous testons la traditionnelle pâte de piment, dont on nous recommande de n’en prendre que très peu. Tout le monde nous observe, un sourire en coin. «Attention, c’est un piment pour les garçons!» Rien qu’en y trempant le coin de la fourchette, on comprend que notre palais n’est pas forcément adapté à cet assaisonnement togolais. Il apprécie bien plus les saveurs de la viande marinée de Kossi.

A 18 h, les restes pourraient nourrir un régiment! Ça tombe bien, d’autres amis se joignent au groupe. Alors que les petits s’agitent alentour, Yao, qui a enfin cédé sa place derrière le gril collectif, profite du repos du guerrier. Et laisse cavaler ses pensées. «Dans mon pays, vous savez où on fait les barbecues? Sur la plage. Avec les vagues qui claquent sur le sable.» A l’heure de quitter le parc Trembley, on est soudain traversé d’un petit air marin.

Créé: 09.08.2016, 15h13

Articles en relation

Baseball, rhum et reggaeton à Vessy

Barbecues et pique-niques dans les communautés (5/5) Tous les dimanches, de mars à septembre, le sport réunit des familles originaires des Caraïbes. Plus...

Un anniversaire sur le gril à La Grange

Barbecues dans les communautés (4/5) Le barbecue en dit long sur les coutumes des uns et des autres. La Tribune y consacre une série d'été. Aujourd'hui: le Portugal et la Bolivie. Plus...

Sel de l'Equateur, épices du Brésil

Barbecues dans les communautés (3/5) Pour les communautés étrangères de Genève, le barbecue est l'occasion de manger «comme là-bas». Plus...

Sucuk, salade, tomate, oignon et halay

Barbecue dans les communautés (1/5) Pour les communautés étrangères de Genève, le barbecue est l'occasion de manger «comme là-bas». Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.