«Satigny s’est développé beaucoup trop rapidement!»

Des bobos dans mon village 1/5André Pozzi décrypte avec son œil critique et sa malice l’évolution de la plus grande commune viticole du canton.

André Pozzi pose devant les récents immeubles et la toute nouvelle Coop de Satigny.

André Pozzi pose devant les récents immeubles et la toute nouvelle Coop de Satigny. Image: Lucien Fortunati

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

«Satigny aurait pu rester une commune riche et tranquille, mais non, il a fallu qu’elle se développe. Et en plus, beaucoup trop rapidement!» André Pozzi est du genre franc. Avec son tee-shirt bleu pétant et son chapeau de paille, attablé à l’Auberge Communale du coin, il manie autant la provocation que l’humour pour dresser, avec un certain conservatisme, le portrait de la commune où il vit depuis plus de cinquante ans. Et il est bien placé pour en parler: ce passionné d’histoire a même consacré à sa commune un livre intitulé «Satigny, de jadis à naguère».

Il faut dire que les lieux ont effectivement bien changé: si, en 1970, on comptait seulement 1710 habitants dans la commune, ils étaient 4203 en 2018. À 77 ans, cet ancien ingénieur électronique a «de la chance», il est encore épargné par la transformation que subit «la capitale», car il habite dans l’un de ses cinq hameaux: Bourdigny. Son havre de paix, qui semble, lui, presque figé dans le temps, fait de vignes et de vieilles bâtisses avec comme seul défaut d’être en mal de cafés et de bistrots depuis peu.

Bourdigny vu en drone. Photo: Lucien Fortunati

Une Coop flambant neuve

À seulement dix minutes à pied, des commerces ouvrent et de nouveaux immeubles sortent de terre. Un des derniers exemples en date: «Les Côteaux de Satigny». Un ensemble de trois immeubles jaune pâle inaugurés au printemps à la route du Mandement, qui regroupe 66 logements, dont seize «protégés»: des propriétés par étage (PPE), de la location et des appartements à encadrement protégés (IEPA).

«Ça me donne le blues. On se croirait en ville», lance, dépité, André Pozzi, qui nous fait la visite. Ce qui l’énerve le plus? Ce ne sont pas ces nouveaux logements nécessaires, mais leur toit plat, qui jure, selon lui, dans le paysage. Plus récente encore, une Coop, au style résolument moderne, d’une surface de 860 m2, au toit végétalisé (toujours plat), qui trône devant ces immeubles depuis le 10 juillet. Le magasin aurait coûté au grand distributeur la bagatelle de 3 millions de francs et emploie une quinzaine de personnes.

Il y avait bien déjà eu une petite Coop dans le village, il y a des années, mais elle avait fermé. «Il faut avouer que ce nouveau magasin est bien pratique, cela nous empêche de devoir nous rendre au centre commercial de Meyrin, reconnaît André Pozzi. Mais je crains un peu pour la petite épicerie du village.»

La population de la commune est étonnamment jeune (seuls 14,1% des habitants ont plus de 65 ans). Elle est principalement constituée de jeunes familles, de viticulteurs et d’expatriés.

Si la Municipalité souligne la bonne entente entre les «anciens» et les «nouveaux» habitants, pour André Pozzi, ces derniers sont des «bobos qui ont toujours besoin qu’on leur prenne la main et qui sont dans une attente constante de divertissements (concerts, zones de barbecues, etc.). Ils ne savent même plus jouer avec leurs petits dans la forêt, comme avant! Mais ils réclament un sol amortissant dans les aires de jeu pour enfants… Je sais, je suis un «vieux schnock». Et je suis Genevois, je gueule depuis que je suis né», sourit André Pozzi.

Une cave devenue souvenir

À quelques mètres de là, une ruine qui a passablement fait parler d’elle: l’ex-Cave du Mandement, délaissée depuis 2007, est en train d’être démolie. Cinq immeubles prendront sa place, soit 121 logements supplémentaires. La Commune possède 20% du projet.

Plus de 120 logements remplaceront l’ex-Cave du Mandement en cours de démolition. Photo: Lucien Fortunati

À Satigny, les investisseurs ne manquent pas et la Commune a la chance d’avoir les moyens de ses ambitions: une nouvelle salle communale et des locaux de société, à 21 millions de francs, verront le jour, sans compter l’agrandissement de la mairie qui est en cours et la reconstruction de l’école de Satigny-Mairie, afin que Satigny possède deux écoles de seize classes chacune à la rentrée 2023. Un parking sera situé un peu plus haut dans la parcelle.

La maire, en charge de l’Aménagement du territoire et des Finances, rappelle toutefois la stratégie de la Commune: conserver l’identité de Satigny, la plus grande commune viticole du canton, et densifier les zones déjà construites. «Tous les nouveaux projets sont réalisés sur des terrains à bâtir à Satigny, précise Anne Revaclier. Aucun terrain agricole n’est déclassé.» Dans les hameaux, la question ne se pose pas, car les villages sont le plus souvent cernés de terrains agricoles protégés.

À Satigny, on s’accorde toutefois sur un nouveau mal: le trafic. «La densification de la zone industrielle de Zimeysa, avec l’installation de nouvelles grandes entreprises, entraîne forcément une augmentation massive de la circulation», indique Anne Revaclier. Pour tenter de la contrer, dès la mi-septembre, une zone 30 km/h sera inaugurée dans le village de Satigny ainsi qu’une zone de rencontre à 20 km/h sur la route d’Aire-la-Ville. Le tout grâce à un crédit de plus de 1,6 million de francs.

«Avec l’arrivée du Léman Express, on espère que les pendulaires opteront toujours plus pour les transports en commun», ajoute-t-elle.

Créé: 22.07.2019, 07h01

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

Caricatures

Maudet s'oppose au budget 2020
Plus...