A Satigny, le casse-tête de la gestion des ordures

EnvironnementLa suppression de la levée des poubelles fait l’objet de plusieurs pétitions dans les hameaux.

Sur la route de Peney, de nouveaux points de récupération ont remplacé la levée des déchets.

Sur la route de Peney, de nouveaux points de récupération ont remplacé la levée des déchets. Image: Pierre Abensur/Tamedia

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

On ne change pas les habitudes sans risque. Surtout lorsqu’il s’agit des ordures ménagères. Avec quatre pétitions adressées au Conseil municipal de Satigny et une motion largement débattue, la fin de la levée des poubelles dans les hameaux périphériques ne s’est pas faite sans réaction. Signature

Lors de la dernière séance du Conseil municipal, les discussions n’ont tourné qu’autour des containers, ou presque. Certains demandent même aux autorités de revenir à l’ancien système, celui qui prévalait avant le 1er octobre. Car depuis cette date, les éboueurs ne passent plus dans les neuf villages disséminés dans la commune la plus étendue du canton. Ainsi, il revient aux habitants de porter leurs poubelles vers des points de collecte.

«Ma mère n’arrive pas à soulever le couvercle du container», disent les uns. «L’endroit est mal choisi», renchérissent d’autres. Alors qu’un tel changement a déjà été opéré en 2012 pour le centre du village de Satigny, en périphérie les distances entre les habitations et les containers peuvent s’avérer plus importantes. «Quelques centaines de mètres dans les cas extrêmes, concède Philippe Poget, conseiller administratif en charge de l’Environnement. Mais nous nous sommes assuré que les habitants de ces maisons éloignées peuvent se déplacer.»

Une équation complexe

En réalité, la nouvelle politique de gestion des déchets a été pensée depuis de nombreux mois et le Conseil municipal, dans sa très large majorité, l’a acceptée. Elle part du principe que les containers enterrés permettent d’augmenter significativement les taux de triage, ce qui s’est vérifié dans les nombreuses communes qui l’ont mis en pratique. Problème: à Satigny, certains containers n’ont pas pu être enterrés.

Pour les autorités de Satigny, le choix des emplacements s’est également révélé un casse-tête. D’abord en raison de la dispersion des neuf hameaux sur ce territoire de 1892 hectares. Puis des contraintes patrimoniales sont venues compliquer la tâche dans les villages protégés. Enfin, ces points de collecte ont dû être placés sur des parcelles communales «pour éviter des longues négociations avec des propriétaires», ajoute le conseiller administratif de l’Alternative.

Quelques semaines après le lancement, les autorités mesurent donc la résistance populaire. Sur le front politique, une motion PLR a été déposée mardi. Elle réclame la maintien d’un service de levée des déchets pour les personnes âgées et à mobilité réduite. «On peut entrer en matière», annonce Philippe Poget.

Entrepreneurs mécontents

Enfin, la grogne s’est propagée parmi les entrepreneurs situés hors des trois zones industrielles de Satigny. Ces derniers sont désormais assujettis à une taxe pour la levée de leurs déchets. «Nous l’avons instaurée par souci d’équité vis-à-vis des entreprises de la zone industrielle qui, elles, se débrouillent seules et ne bénéficient pas du ramassage de la Commune», éclaire Philippe Poget. Après avoir été accueillie froidement par les vignerons notamment, la taxe a été renvoyée en commission pour être réexaminé.

Quant à la levée des déchets ménagers, elle promet d’animer bien des conversations ces prochains mois à Satigny. Philippe Poget, lui, s’est fixé un objectif: «Je pense qu’on peut réussir à enterrer nos containers dans les six mois.»

Créé: 23.11.2014, 21h06

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

Caricatures

Les Genevois se ruent sur les masques
Plus...