Passer au contenu principal

Le Salève est le plus dangereux de Haute-Savoie après le Mont Blanc

Créée en 1897 par deux Genevois et deux Français, la société de secours en montagne du Salève est la plus ancienne de France.

Ils sont bénévoles, montagnards et déterminés. Depuis 1897, ces civils volontaires crapahutent dans les monts voisins à la recherche de randonneurs égarés ou de parapentistes blessés. Créée il y a près de cent vingt ans par deux Genevois et deux Français sous l’appellation Sauveteurs volontaires du Salève, leur association est devenue la société de secours en montagne du Salève. Elle compte aujourd’hui 27 membres, dont 23 actifs. Formés au secours en montagne grâce à des stages aux côtés de professionnels, ces derniers veillent au grain dans un massif particulièrement accidentogène, le plus dangereux de Haute-Savoie après le Mont-Blanc.

«Notre association est la plus vieille société de secours en montagne de France et peut-être même d’Europe», souligne Jean-Claude Bourigault, ancien président. Habitant Collonges-sous-Salève, le retraité a participé à plus de 150 opérations de secours sur les 300 effectuées entre 1977 et 2010. Ses tabelles sont précises. «A l’époque, dans les années 80 et 90, on en faisait entre 12 et 15 par an», se souvient-il.

Les articles ABO sont réservés aux abonnés.