Ce soir, grand débat Tribune sur les votations

Votations du 28 févrierMAH, Caserne, Criminels et Gothard, quatre des douze/treize objets soumis au verdict des Genevois.

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Parmi les treize objets (quatre suisses, huit genevois et un en Ville de Genève) soumis au vote des Genevois le 28 février prochain, se dégagent quatre scrutins majeurs: l’extension du Musée d’art et d’histoire (ouvert uniquement au corps électoral de la Ville de Genève), le déménagement de la caserne des Vernets (ouvert au corps électoral du Canton), le renvoi des criminels étrangers et le second tube du Gothard (ouvert à tous les citoyens suisses).

Ce jeudi 11 février, la «Tribune de Genève» organise un grand débat à Uni Dufour (20 h, entrée libre) autour de ces quatre votations, sous forme de face-à-face. On résume les enjeux.

La Ville déterminera l’avenir du MAH


Par Anna Vaucher

Le 28 février, les Genevois résidant en ville de Genève scelleront le sort du Musée d’art et d’histoire, en se prononçant sur le crédit de 132 millions de francs destiné à sa rénovation et à son agrandissement par Jean Nouvel. Un peu plus de la moitié de la facture sera néanmoins financée par des privés. Ce qui est en jeu? Rénover le plus grand musée encyclopédique de Suisse, qui tombe en ruine. Il s’agit aussi d’agrandir une institution à l’étroit, en offrant 50% de surfaces d’exposition supplémentaires et en doublant les espaces d’accueil pour les visiteurs. Ce gain permettra d’exposer 8% des collections au lieu du 1,5% actuel. Le projet répondra aux besoins en termes de muséographie contemporaine, notamment grâce à un meilleur agencement des salles. Le credo des partisans: ne pas prendre davantage de retard sur les autres villes de Suisse, et d’Europe, qui parviennent à rendre attractifs leurs musées.

Mais le projet multiplie les oppositions. Si le PS, l’Entente et le MCG le soutiennent, Ensemble à Gauche, l’UDC et les Verts s’y opposent, soutenus par les milieux de protection du patrimoine. Ils dénoncent un projet architectural irrespectueux, notamment en raison du comblement de la cour par des mezzanines de verre. Ils contestent l’attribution en 1998 du dossier à Jean Nouvel, sans procéder à un concours mais sur simple appel d’offres. Les opposants dénoncent aussi «une privatisation du musée». Ils s’attaquent ainsi à la convention qui lie la Ville, de manière trop contraignante, à Jean Claude Gandur, principal partenaire privé. L’homme d’affaires contribue au projet à hauteur de 40 millions de francs et prêtera ses collections au musée durant 99 ans.

Jeudi soir, Sami Kanaan, magistrat socialiste en charge de la Culture en Ville, et Robert Cramer, président de Patrimoine suisse Genève et conseiller aux Etats écologiste, défendront leurs arguments sur ce dossier ouvert il y a dix-huit ans.
Haut de la page

Gothard, un duel alpin enflamme les Genevois


Par Marc Moulin

Berceau de la Suisse, le Gothard fait l’objet d’une bataille électorale. La gauche, ainsi que les Vert’libéraux et le Parti évangélique combattent le projet de percement d’un second tunnel routier sous le col, voté par les Chambres en 2014. C’est l’un des sujets les plus chauds des votations fédérales de ce 28 février. Mis en service en 1980, réparé et doté d’une sécurité accrue après le terrible incendie qui a fait 11 morts le 24 octobre 2001, le boyau doit à nouveau être rénové au vu de son âge. Il s’agit d’un tube bidirectionnel où chaque sens de circulation dispose d’une voie. La majorité à Berne a suivi l’option du Conseil fédéral: elle consiste à creuser d’abord un second tube qui pourra assurer le trafic transalpin durant la réfection du tunnel historique. Une fois ce labeur achevé, chaque sens de trafic disposera d’une voie unique, flanquée d’une bande d’arrêt d’urgence dans des tubes séparés, ce qui prévient mieux les collisions latérales ou frontales. Coût de l’opération: 2,8 milliards de francs.

Les autorités garantissent que la Constitution et la loi interdiront d’accroître les capacités routières sur l’axe. Les opposants n’y croient pas: ce qui a été payé finira par être utilisé, polluant davantage les vallées. Cela contreviendrait à l’Initiative des Alpes (votée par les Suisses contre l’avis de leurs autorités en 1994), constituerait une dépense exagérée pour un axe accueillant 17 000 véhicules par jour (contre 67 000 pour le pont du Mont-Blanc à Genève) et ferait fi des possibilités de ferroutage offertes par les nouveaux tunnels ferroviaires alpins creusés pour 24 milliards de francs. Celui du Gothard, le plus long du monde, sera justement inauguré en juin.

La Tribune de Genève mettra face à face ce jeudi soir deux personnalités de droite aux avis opposés. Le conseiller national genevois Benoît Genecand (PLR) croisera le fer avec le vice-président national des Vert’libéraux, le Genevois Laurent Seydoux.
Haut de la page

La caserne qui cache 1500 logements


Par Christian Bernet

Faut-il dépenser 20,8 millions de francs pour reconstruire un bâtiment militaire sur le site de Meyrin-Mategnin? Derrière cette simple question, posée aux électeurs du Canton le 28 février, se cache un enjeu bien plus important. Il s’agit de faire déménager l’armée du site des Vernets pour y réaliser un quartier de 1500 logements, dont 300 pour des étudiants. Ensemble à Gauche et le Groupe pour une Suisse sans armée (GSsA) ont lancé le référendum contre ce crédit. C’est au peuple de trancher. Les référendaires estiment que Genève offre un cadeau injustifiable à l’armée. Outre la caserne à Meyrin, il s’agit de créer un centre d’instruction des troupes de sauvetage à Epeisses et d’agrandir le site d’Aire-la-Ville. Coût de ces travaux: 73 millions de francs. Pour les référendaires, il est inacceptable que le Canton – et donc les contribuables – assume ces coûts. D’autant plus que l’armée a réduit ses effectifs. Les installations vaudoises de Bière seraient suffisantes pour les besoins de l’armée.

Les partisans rappellent que l’armée peut rester jusqu’en 2040 aux Vernets. C’est pour accélérer son départ que l’Etat leur propose ces installations, qui serviront aussi pour la sécurité civile. Sans départ de l’armée, pas de logements, disent-ils. Pour alléger la facture, les constructeurs des Vernets paieront 22 millions de francs.

Cet apport fait bondir les référendaires. Ils estiment que ces 22 millions seront inévitablement répercutés sur les loyers, et donc payés par les locataires.

Les partisans rétorquent que les promoteurs se sont engagés par écrit à ne pas répercuter ces frais sur les loyers. D’ailleurs, disent-ils, les constructeurs sont en majorité des coopératives ou des institutions parapubliques genevoises. Une bonne partie des logements sera subventionnée.

Pour en débattre, la Tribune de Genève a invité Rémy Pagani, conseiller administratif en Ville de Genève, et Daniel Sormanni, député MCG.
Haut de la page

Quels criminels étrangers renvoyer?


Par Laure Gabus

«Pour le renvoi effectif des étrangers criminels». Un petit air de déjà-vu? Effectivement. En 2010, 52,9% des votants ont accepté l’initiative UDC «Pour le renvoi des étrangers criminels». Un texte qui implique de modifier la Constitution pour expulser les étrangers jugés coupables d’infractions graves ou ayant perçu abusivement des prestations sociales. Pourquoi l’UDC a-t-elle lancé une nouvelle initiative sur le sujet? La réponse réside dans la nuance entre «renvoi» et «renvoi effectif». L’initiative adoptée en 2010 oblige le parlement à réviser la Constitution et les lois pour permettre son application dans un délai de cinq ans. En 2012, alors que les travaux législatifs étaient en cours à Berne, l’UDC a décidé de prendre les devants en lançant cette nouvelle initiative populaire également dite «de mise en œuvre». Le texte établit, sur trois pages, une ample liste d’infractions graves et légères, à inscrire dans la Constitution comme motifs d’expulsion des étrangers les ayant commises.

Le parti agrarien a expliqué agir de la sorte par «crainte que le parlement national n’applique pas strictement sa première initiative» et car il voulait «le mettre sous pression». Or de nombreuses voix, dont celle du Conseil fédéral, se sont élevées contre cette nouvelle initiative. Les opposants relèvent que ce texte court-circuite le travail du parlement et méprise les règles démocratiques. Ils s’inquiètent aussi de l’impossibilité, pour les tribunaux, de prendre en compte les circonstances particulières ayant conduit à un délit ou la situation familiale des personnes visées par un renvoi.

A noter que le parlement a terminé les travaux de révision du Code pénal permettant la mise en œuvre de la première initiative de 2010 «Pour le renvoi des étrangers criminels». Et qu’en cas d’acceptation de l’initiative dite «de mise en œuvre» le 28 février, ce texte parlementaire ne pourra pas être appliqué. Pour en débattre, la Tribune de Genève réunit les conseillers nationaux Céline Amaudruz (UDC) et Carlo Sommaruga (PS).
Haut de la page

Créé: 11.02.2016, 08h40

Sondage

Pour ou contre la rénovation Nouvel du Musée d'art et d'histoire?

Pour

 
39.4%

Contre

 
55.1%

Je ne sais pas

 
5.6%

2005 votes au total


Sondage

Etes-vous pour ou contre l'initiative UDC qui durcit l'expulsion des criminels étrangers?

Pour

 
57.1%

Contre

 
38.4%

Je ne sais pas

 
4.5%

1407 votes au total


Sondage

Faut-il un deuxième tube routier au Gothard?

Oui

 
34.3%

Non

 
59.5%

Je ne sais pas

 
6.2%

1467 votes au total


Articles en relation

Le peuple votera sur l’avenir d’un musée qui s’effrite

Travaux Le 28 février, les Genevois diront s’ils veulent du projet d’extension et de rénovation du Musée d’art et d’histoire, chiffré à 132 millions de francs. Reportage dans les murs de la vieille dame centenaire. Plus...

Logements aux Vernets: le projet vaut-il un «cadeau» à l’armée?

Votation Un crédit de 20 millions pour une caserne à Meyrin est attaqué par référendum. Il permettra à l’armée de libérer les Vernets au profit de 1500 logements. Les Genevois voteront le 28 février. Plus...

Renvoi des criminels étrangers: quatre cas sous la loupe

Étrangers criminels Dans chaque camp, on se jette des cas à la figure. Avec plus ou moins de bonne foi. Éclairage. Plus...

Quitte ou double au Gothard

Transit alpin Deux politiques des transports s’affrontent autour de la réfection du tunnel routier. Plus...

La rédaction sur Twitter

Restez informé et soyez à jour. Suivez-nous sur le site de microblogage

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

Caricatures

Regula Rytz vise le siège d'Ignacio Cassis
Plus...