Des Roms distribuent de la fausse monnaie dans les rues de Genève

CommunicationIl s'agit d'un nouveau mode d'information lancé par la Haute école d'art et de design de Genève pour casser les clichés antiroms.

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur?

«Je travaille dans un milieu bancaire et là vraiment... je suis mal barrée... Je trouve qu'on se fiche de la tête des gens.» Assise à une terrasse du Bourg-de-Four, une jeune femme réagit à la distribution des billets de banque «rroma» par des musiciens. Les billets ressemblent aux euros. Il y en a six différents, de 10 à 500 rroma. Les réactions des autres consommateurs filmés par un étudiant de la HEAD et postées sur Youtube sont plutôt contrastées.

Incompréhension, surprise dominent. Une touriste a pris la peine de lire l'information proposée avec le billet. «C'est intéressant, dit-elle, on verra où ça amène.»

Où ça amène? A une meilleure communication sur une population discriminée, à casser les clichés, espèrent Jérôme Baratelli, professeur et responsable de l'opération pour la HEAD, et David Matthey-Dorex actifs dans «Chemins de traverse», une association créée en 2008 à Genève. Son mandat consiste en« la création d’outils inédits pour l’expression individuelle et l’action citoyenne», lit-on sur son site internet.

Poncifs et clichés

«Les Roms sont souvent mis au ban de la société en Europe, conduits vers l’exclusion et le repli. L’actualité les concernant fait dès lors la part belle à une désinformation fondée sur une série de poncifs et de clichés sans lien avec leur véritable histoire», expliquent les deux spécialistes en information humanitaire, citant les travaux d'Elise Thiébaut qui a réalisé la recherche de fond.

«Les billets de banques sont parmi les images qui circulent le plus de par le monde et sont un axe de communication puissant», explique David Matthey-Doret. Actif dans plusieurs ONG, l'ancien président des associations de jeunesses de Genève, qui a eu l'idée de cette monnaie fictive il y a plus d'un an, donne l'exemple des billets suisse. «Ils présentent les célébrités du pays dans les domaines des sciences exactes et des sciences humaines, la série des billets Rromi tente de représenter les fondements historiques et culturels de cette communauté.»

Les «Rroma» distribués n'ont évidemment aucune valeur. Ce sont des feuillets d'information reliés à un site web de la Banque transnationale rrom qui diffuse une information historique et d’actualité sur les Roms. Le projet est une des résultantes du projet de recherche «Global Warning» de la Haute école d’art et de design – Genève. Il est financé par le fonds stratégique de la HES SO, indique un communiqué de presse diffusé ce matin sans citer de montant.

Cours du rromi

Le site internet associé permet de suivre le cours du rromi indexé sur l'information qui circule sur les Roms en Europe. Depuis le lancement officiel de la monnaie fictive en avril, le cours s'est dégradé avant de se redresser ces derniers jours grâce à la publication de deux articles positifs, l'un par La Presse au Canada l'autre par La Plume culturelle à Metz. Le récent démantèlement d'un réseau de mendiants roms par l'action commune des douanes et des polices françaises et suisses à Annemasse pèse lui sur le cours du «rromi».

Planche à billets

«Aujourd'hui l'indice fait un bond car son cours est aussi associé au téléchargement des billets sur le site internet», note David Matthey-Doret. Chacun peut en effet diffuser la monnaie et l'information qu'elle contient grâce à une planche à billets intégrée. Le cours du rromi se met à jour automatiquement, explique encore l'ancien président des Associations de jeunesse de Genève, à partir d'un scan des nouvelles répercutées par GoogleNews, qui contiennent quatre ou cinq occurrences du mot roms.

L'association Chemins de traverse recherche des partenaires (magasins, bars, librairies) qui accepteraient de diffuser la monnaie. Le bilan de l'opération sera tirée à la fin de l'été. A noter encore que le projet Rromi s'inscrit dans une recherche plus vaste d'alerte globale «Global Warning».

(TDG)

Créé: 27.06.2012, 08h59

Les six billets rroma. Ils ont été tirés à deux mille exemplaires. Leur sens est le suivant:; 10 artisanat, 20 agriculture, 50 voyages, 100 culture, 200 famille, 500 citoyenneté. Pour en savoir plus, cliquez ici et cliquez sur l'image pour l'agrandir.

Le nom de rromi (rroma au pluriel) donné à cette monnaie signifie « homme accompli et marié au sein de la communauté », terme adopté par l’Union romani internationale (IRU), souligne Jérôme Baratelli de la HEAD.

Articles en relation

La pétition contre la loi anti-mendicité pénalisée par l'opération «Barbulesti»?

Mendicité L'opération de démantèlement d'un réseau mafieux rom menée mardi à la frontière genevoise risque de compliquer la tâche des pétitionnaires. Réactions. Plus...

Calvinscope : Que pensez-vous de l'exploitation des mendiants par les réseaux mafieux ?

Calvinscope La police d'Annemasse, avec le concours de la police judiciaire genevoise et des gardes-frontière, a démantelé un réseau mafieux roumain. Ses principaux revenus provenaient de la mendicité exercée à Genève. Plus...

Un réseau mafieux exploitait des mendiants roms entre Annemasse et Genève

Mendicité Neuf suspects ont été arrêtés. Selon la police, ils faisaient travailler pour eux des compatriotes dans toute la Suisse romande. Plus...

L'UDC Genève veut la dissolution de l'association Mesemrom

Mendicité Le parti genevois a demandé au Conseil d'Etat de solliciter le Procureur général en vue de la dissolution de l'association de défense des Roms. Plus...

Le film de la HEAD

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

Caricatures

L'accord sur le Brexit divise le gouvernement britannique
Plus...