Passer au contenu principal

La «révolution» au travail gagne du terrain aux SIG

Ils sont aujourd’hui 650 employés au siège de la régie publique à être passés en mode «EquiLibre».

La nouvelle organisation des bureaux des SIG propose, entre autres, des espaces informels ouverts.
La nouvelle organisation des bureaux des SIG propose, entre autres, des espaces informels ouverts.
Steeve Iuncker-Gomez

Questionnez les employés des Services industriels de Genève (SIG) sur le projet «EquiLibre», ils vous parleront spontanément du quotidien. De ces petites choses de la vie qui font que la journée au travail se déroule plus ou moins bien. La possibilité de se lever trente minutes plus tard pour l’un. Le besoin de s’asseoir près de la fenêtre pour l’autre. «Dit comme ça, ça peut paraître anodin, souligne Virginie Serpollet, responsable éditorial digital aux SIG. Mais peut-être que mis bout à bout, on obtient un tout autre rapport au travail.»

Les articles ABO sont réservés aux abonnés.