Passer au contenu principal

Retraites: le rendez-vous historique des Genevois

La fusion des caisses de pension publiques coûtera 6,4 milliards aux contribuables sur quarante ans. De leur côté, les fonctionnaires payeront plus pour obtenir un peu moins.

Manifestation des fonctionnaires genevois le 6 décembre 2012.
Manifestation des fonctionnaires genevois le 6 décembre 2012.
DR

Les citoyens se plaignent parfois d’être sans cesse consultés sur des sujets mineurs. Pas cette fois. Le 3 mars, le vote sur la fusion des caisses de pension publiques, la CIA (enseignement et administration centrale) et la CEH (santé), modifiera de façon substantielle les conditions faites aux fonctionnaires pour prendre leur retraite (voir infographie). Il signifiera également pour l’Etat employeur – et donc les contribuables – l’engagement de 6,4 milliards de francs sur quarante ans (130 millions par an), plus de trois fois les pertes liées au sauvetage de la banque cantonale. Pour les fonctionnaires, les cotisations augmentent de 30%, la durée pour arriver à une retraite complète augmente et les prestations baissent, même si elles restent confortables: AVS comprise, un fonctionnaire à la retraite touchera entre 92% et 80% de son dernier traitement net. Pas de doute, c’est le vote le plus important de la législature, estiment le Conseil d’Etat et les partis au Grand Conseil, qui soutiennent tous la fusion! L’unanimité peut étonner…

Les articles ABO sont réservés aux abonnés.