Des retraités se font dérober 1400 francs en plein hôpital

Vol à la tireLes faits se sont déroulés dans un ascenseur pour handicapés. Les victimes ont déposé une plainte.

Image: Enrico Gastaldello

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur?

Alain Ottavy, 79 ans, oscille entre colère et tristesse: «Il y a dix jours, alors que j’accompagnais ma femme, clouée dans une chaise roulante, à l’Hôpital cantonal, on nous a volé 1400 francs. On venait de les retirer au bancomat de la BCGE, à l’intérieur du bâtiment.»

Coincé contre la paroi

Que s’est-il passé au juste? Après leur retrait au distributeur, les époux se dirigent vers un petit ascenseur pour handicapés. Là, selon Alain, tout va très vite. «Deux hommes, grands, sont entrés juste après nous. Ils devaient nous suivre depuis le bancomat. L’un d’eux m’a coincé contre la paroi. Je lui ai dit de se pousser, il m’a répondu dans une langue que je ne comprenais pas mais n’a pas bougé. Du coup, je ne voyais plus rien. L’autre, son complice, a dû en profiter pour dérober le sac qui était posé derrière la chaise roulante de ma femme. Ce n’est qu’en sortant de l’hôpital, quand on a voulu aller dans un tea-room, que j’ai découvert le vol.»

Le retraité est amer: «S’attaquer à des handicapés, c’est dégoûtant. On ne peut pas se défendre. L’argent que nous venions de retirer, c’était les 1075 francs de l’aide sociale et les 265 de prestations complémentaires. Comment va-t-on finir le mois? En plus, il y avait un smartphone, nos papiers d’identité, nos clés de voiture et d’appartement...»

Alain a déposé une plainte auprès de la police, «mais je n’ai pas grand espoir parce qu’il n’y a pas de caméras de surveillance dans l’hôpital, m’a-t-on dit. Et la sécurité est visiblement insuffisante.»

Vidéosurveillance: les HUG sont équipés

Aux Hôpitaux universitaires de Genève (HUG), on regrette évidemment ce triste épisode. Leur porte-parole, Nicolas de Saussure tient néanmoins à préciser plusieurs choses: «D’abord, l’Hôpital ne fait pas l’objet de davantage de vols que d’autres lieux publics, notamment grâce à la présence d’agents de sécurité des HUG. Par ailleurs, des caméras de vidéoprotection sont placées dans différents lieux quand d’autres moyens de sécurisation n’existent pas, par exemple des badges. Elles sont utilisées dans le respect de la sphère privée des patients, visiteurs et collaborateurs conformément à la législation sur la protection des données du canton de Genève.»

Les recommandations du Guide du patient

Le Guide du patient des HUG précise en outre d’éviter de garder une somme d’argent importante ou des objets précieux sur soi ou dans les chambres: «Il y a toujours la possibilité de les remettre à un soignant pour qu'il les dépose à la caisse de dépôt où vous vous trouvez», poursuit le porte-parole des HUG, qui ajoute que les chambres du nouveau bâtiment d'hospitalisation comportent des coffres-forts pour les patients. Par ailleurs, «en cas de perte ou de vol, la responsabilité des HUG ne peut être engagée.» Quant à la sécurisation des bancomats, «elle incombe à la BCGE» précise-t-il.

Conseils de prévention

Porte-parole de la banque catnonale, Hélène De Vos Vuadens précise: «Il y a de la vidéosurveillance dans le périmètre des bancomats, et les images sont confiées à la police en cas de dépôt de plainte». Des conseils de prévention figurent en outre sur le site Internet de la BCGE.

Il y a donc encore un petit espoir de retrouver les agresseurs du couple Ottavy. Tout en rappelant les règles élémentaires de sécurité pour les utilisateurs de bancomats, telles que composer son code à l’abri des regards et éviter de retirer en une fois de trop grosses sommes d’argent. (TDG)

Créé: 21.08.2018, 18h35

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

Caricatures

Manuel Valls candidat à la mairie de Barcelone
Plus...