Pour son retour, la Lake Parade ouvre sagement les feux

FêteParole de vendeur de ballons et de colliers haïtiens: il y a moins de monde et d'excentricité que d'habitude dans le défilé. La foule est enfin arrivée vers 17h30. La fête va se poursuivre jusqu'à 3h.

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Les treize chars sont alignés le long de l'avenue de France. Il est 14h, on a un peu de peine à imaginer que dans une heure, la Lake Parade va démarrer. Le seul rythme qui résonne pour l'instant, c'est le ronronnement des camions. Il y a plus de Securitas et de bénévoles que de fêtards, les costumes les plus colorés sont ceux des jeunes filles qui distribuent des chips gratuits. «C'est normal, les gens vont arriver dès qu'on va lancer la musique», rassure Roxane Kupferschmid, l'organisatrice. Cette étudiante en marketing, et fille de Christian Kupferschmid, qui a créé la Lake en 1997, a repris le flambeau de la manifestation avec une amie, Kelly Dupertuis. Le duo relance l'événement, après un an de pause (il n'y a pas eu d'édition 2016).

«Moins de monde mais on s'éclate quand même!»

15h tapantes, le cortège démarre. Le char de tête crache un remix des White Stripes. Les rangs ont légèrement grossi mais sur les flancs des chars, le vide prend toute la place et les cordons de sécurité font tapisserie. La parade avale lentement les quais, sous les yeux et les objectifs des spectateurs. A la hauteur de l'hôtel Président Wilson, on l'admire depuis la terrasse, la bedaine à l'air et la chaîne qui brille, un cocktail à la main. Au ras du sol, on immortalise, on sourit, mais on se déhanche peu. Le démarrage de Lake se regarde plus qu'il ne se danse sauf aux abords de quelques chars, à l'ambiance hardcore ou carnaval.

Vidéo: © GlobalVision

Dans l'ensemble, tout ça reste bien sage. Il faut dire que la chaleur n'encourage pas vraiment à la frénésie. «J'ai l'impression qu'il y a moins de monde que les autres années, relève Priscilla, habituée de la manifestation venue avec ses deux enfants, aux oreilles protégées par des Pamir. Et il y a peu de jeunes, c'est plutôt un public de trente-quarante ans, des vieux habitués!»

Mo est l'exception qui confirme la règle. 24 ans, une fausse moustache, des traits oranges sur les joues et un pêle-mêle d'accessoires, il vient pour la première fois. «C'est LE rendez-vous à ne pas manquer à Genève. On m'avait dit qu'il avait plus de monde mais bon, c'est pas grave, on s'éclate quand même!»

Kasimie, 36 ans, a douze éditions à son actif. Il fait partie des cinq vendeurs ambulants de ballons, sprays pour les cheveux, colliers hawaïens, entre autres gadgets de fête. Lui aussi pointe une affluence moindre. «Ca n'a rien à voir avec les années précédentes. Je n'ai pratiquement rien vendu. Mais je vais attendre que les gens boivent un peu!» Et d'avancer quelques hypothèses: «Avant, la Lake avait lieu pendant les Fêtes de Genève, ce n'est plus le cas et ça change la donne je pense. Et avec la pause de l'an passé, les gens ne sont peut-être pas revenus.»

Geraldy, lui, est plus enthousiaste. «Il faut attendre encore un peu, là les gens ont chaud, ils vont venir plus tard, pour la Lake sensation dès 18h.» Lui en tout cas y sera, et il aura troqué son mini-short jaune contre une tenue surprise, «ce soir, je serai une créature de la nuit!»

Pantalon en cuir et costume en polaire: ils sont fous ces fêtards!

Moins de monde et aussi moins de corps dénudés, tout juste croise-t-on quelques fesses qui prennent l'air (dont une paire en string rose et tatouage inspiré: «Prêt à foutre le b...comme un Rolling Stone»). Il y a en quand même, des bribes d'excentricité, avec des danseuses brésiliennes, des licornes (mâles), des anges et des démons. La touche de folie est à chercher ailleurs, chez ceux qui ont décidé de braver la canicule. Comme cette jeune fille en pantalon de cuir. Oui, du cuir noir sous 35° degré. La cuisse emballée sue à l'étouffée. Il y aussi ceux qui ont osé les costumes, des cocottes-minute en forme de Tyrannosaures, de Dark Vador (masque compris), de renard. En matière polaire, l'animal.

Des porteurs d'eau pour les déshydratés

Les fêtards ont chaud et ils ont surtout soif. Pour éviter les déshydratations en cascade, le dispositif instauré lors de l'édition 2015 a été reconduit. «On a installé davantage de points d'eau et ils sont plus visibles. De plus, cette année, des porteurs d'eau sillonnent le cortège», indique Roxane Kupferschmid.

Le pont du Mont-Blanc est franchi pile dans les temps, à 16h30, une Lake bien sage vous disait-on. Et au bout du pont, le bout du tunnel: des grosses grappes de fêtards. Une foule bigarrée vient nourrir le cortège aux joues creusées, ça bouge enfin, l'alchimie prend. Il faut dire aussi que la canicule a faibli, moins de chaleur pour moins de torpeur, quelques degrés de moins suffisent à réveiller les corps.

La fête jusqu'à 3h sur les quais

Les chars s'alignent le long du quai Gustave Ador, la parade prend fin. Aucun incident n'est venu entacher le défilé, indique le porte-parole de la police genevoise, Silvain Guillaume-Gentil. Qui tient à relever la «très bonne collaboration et le professionnalisme des organisateurs». Place maintenant à la Lake sensation, qui démarre à 18h. La fête va se poursuivre jusqu'à 3h avec quatre scènes, près de vingt dancefloors, de nombreux bars et stands.

Les dispositifs sanitaire et de sécurité des années précédentes ont été reconduits, avec notamment un périmètre de sécurité renforcé sur les quais pour la soirée de la Lake sensation (blocs de béton et sorties de secours supplémentaires), ainsi que des zones de fouille à chaque entrée. Un poste médical avancé est installé au parc des Eaux-Vives et des samaritains interviennent directement sur le terrain.

(TDG)

Créé: 08.07.2017, 20h24

Articles en relation

Bilan positif pour le labo testeur de drogues installé à la Lake

Manifestation Le projet-pilote de «drug checking» a reçu neuf fêtards, venus surtout pour tester leur ecstasy. La soirée a été calme, aucun incident majeur à déplorer. Plus...

Une nouvelle Lake Parade se prépare en coulisses

Évènement Après l’annulation en 2016, des démarches sont en cours en vue d’une 20e édition. Retour sur une épopée dansante. Plus...

La Lake Parade revient le 8 juillet, relancée par deux étudiantes

Divertissement Même formule, mais avec un coup de jeune. Les organisatrices attendent 200'000 personnes pour la 20e édition. Plus...

L’organisatrice Roxane Kupferschmid. (Image: S. Iuncker-Gomez)

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

Caricatures

Manifs partout en Suisse
Plus...