Le retour d’un cadre de la police crée l’embarras

Emeutes du 19 décembre 2015Après deux mois d’attente, Christian Cudré-Mauroux retrouve un poste. Mais il n’exclut pas un recours.

Christian Cudré-Mauroux, chef des opérations de la police.

Christian Cudré-Mauroux, chef des opérations de la police. Image: Lucien Fortunati

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur?

Blanchi par la justice en juin, le chef des opérations de la police, Christian Cudré-Mauroux, a depuis retrouvé son grade, a été réintégré le 1er septembre, mais s’est vu attribuer deux mois plus tard un autre poste. Celui de chef d’état-major. Embarras.

Après les émeutes du 19 décembre 2015, le chef des opérations avait été dégradé et déplacé par le Conseil d’État. Une sanction annulée en juin par la Chambre administrative. Une longue période de réflexion a suivi, ponctuée par des rencontres entre l’intéressé, la commandante de la police, Monica Bonfanti, et le chef du Département de la sécurité et de l’économie (DSE), Pierre Maudet, pour trouver une solution. Son retour au poste de chef des opérations, rôle central à la police, aurait pu créer, selon certains, des tensions. Christian Cudré-Mauroux a donc été nommé le 30 octobre chef d’état-major, dans un rôle plus administratif.

«Nous sommes très surpris par la décision car les éléments qui figurent dans la motivation ont déjà fait l’objet d’une procédure et ont été écartés par la justice», commente Me Éric Maugué, qui examine la possibilité de faire recours. Au DSE, on n’entend pas s’exprimer sur un cas particulier. (TDG)

Créé: 10.11.2017, 21h58

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

Caricatures

De nombreux morts dans un attentat en Egypte
Plus...