Passer au contenu principal

«Restez disciplinés ou nous fermerons les quais»

Le Conseil d’État a pris de nouvelles mesures liées à la pandémie et lancé un avertissement très clair aux Genevois.

«Les contrôles pour éviter les rassemblements vont encore se renforcer, a indiqué Mauro Poggia. N’allez pas dans les lieux où, traditionnellement, les foules se forment, comme au bord du lac!»
«Les contrôles pour éviter les rassemblements vont encore se renforcer, a indiqué Mauro Poggia. N’allez pas dans les lieux où, traditionnellement, les foules se forment, comme au bord du lac!»
Laurent Guiraud

À la veille d’une fin de semaine qui s’annonce en partie ensoleillée, Mauro Poggia et Antonio Hodgers ont appelé vendredi les Genevois à ne pas se relâcher, mais à continuer de respecter les prescriptions sanitaires comme ils l’ont fait jusqu’à maintenant. Le président du Conseil d’État a ensuite proféré une menace: «Nous avons choisi de laisser ouverts les quais et les parcs, mais si, à l’issue de ce week-end, la situation n’était pas satisfaisante, nous avons la base légale pour les fermer.» C’est dit.

Avant cela, Mauro Poggia avait mis sa casquette de responsable de la Sécurité et tenu un discours également ferme: «Les contrôles pour éviter les rassemblements vont encore se renforcer, a-t-il indiqué. N’allez pas dans les lieux où, traditionnellement, les foules se forment, comme au bord du lac!»

Magasins contrôlés

Dans un registre similaire, le conseiller d’État a averti que, dès lundi, des contrôles seraient effectués à l’intérieur des commerces pour vérifier le respect des dispositions en matière d’hygiène et de distanciation sociale. À nouveau, le ton est ferme: «Je rappelle que des sanctions peuvent être infligées, et que cela peut aller jusqu’à la fermeture du magasin. Les sanctions peuvent aussi concerner des clients indisciplinés.»

Si nos autorités haussent le ton, c’est que sur le front de l’épidémie, la partie est loin d’être gagnée. «Nous n’avons pas encore atteint le pic, et de loin pas, a prévenu Antonio Hodgers. On ne pourra voir les premiers effets des mesures prises que la semaine prochaine. Il est par conséquent impératif de poursuivre l’effort.»

Des loyers suspendus

Auparavant, le gouvernement avait informé sur ses dernières initiatives. Il a ainsi détaillé une série de décisions destinées à amortir le choc de la crise du point de vue économique. La Fondation pour les terrains industriels a accepté de suspendre durant toute la durée de la crise l’encaissement des loyers et rentes pour les entreprises rencontrant de grandes difficultés de trésorerie. Au rétablissement de la situation, elles pourront échelonner le paiement des loyers sur une période de six mois au maximum.

Les Fondations immobilières de droit public sont allées un peu plus loin. Elles accordent la gratuité des loyers d’avril pour les locaux commerciaux. Pour la suite, ils seront suspendus et leur sort sera examiné au cas par cas.

«L’État veut donner l’exemple, a commenté Antonio Hodgers. Nous lançons un appel aux propriétaires privés de faire de même en suspendant les loyers ou en en accordant la gratuité.» Le Conseil d’État en a fait de même pour soutenir le secteur agricole. Il a écrit un courrier aux distributeurs genevois les enjoignant à mettre davantage en évidence les produits du terroir et à en offrir davantage.

Élections du 5 avril

Enfin, Michèle Righetti, la chancelière d’État, a fait un point sur les dispositions prises pour assurer le second tour des élections municipales du 5avril. Elles concernent 21communes sur 45. La chancelière a précisé qu’un courrier vient d’être transmis à l’ensemble du corps électoral pour l’informer des modalités de vote.

Les deux principaux changements sont le renoncement à utiliser les locaux de vote ainsi qu’une prolongation des délais pour transmettre son bulletin de vote directement au Service des votations et élections. Ce sera possible du jeudi2 au samedi4, de 9heures à 16heures, et le dimanche de 9heures à 12heures.

Finalement, le Conseil d’État a pris un arrêté permettant exceptionnellement aux communes de mettre en place un service de récolte des enveloppes par des agents de police municipale

Cet article a été automatiquement importé de notre ancien système de gestion de contenu vers notre nouveau site web. Il est possible qu'il comporte quelques erreurs de mise en page. Veuillez-nous signaler toute erreur à community-feedback@tamedia.ch. Nous vous remercions de votre compréhension et votre collaboration.