Passer au contenu principal

Des restes humains précolombiens inhumés au cimetière Saint-Georges

La collection était en main du Musée d’ethnographie de Genève. Une commission de déontologie a décidé de leur sort.

Le jardin du souvenir au cimetière Saint-Georges. (Image d'illustration)
Le jardin du souvenir au cimetière Saint-Georges. (Image d'illustration)
Pascal Frautschi

Curieuse inhumation, ce jeudi, au cimetière de Saint-Georges. Des restes humains, d’époque précolombienne, ont été enterrés au jardin du souvenir.

Il s’agit de deux corps et de deux têtes momifiées originaires du Chili ou du Pérou, confirme Félicien Mazzola, porte-parole du Département de la culture de la Ville de Genève. «Ils étaient en mains du Musée d’ethnographie de Genève. Les pays d’origine ne souhaitaient pas les récupérer. Le propriétaire de cette collection, lui, voulait s’en défaire. Comme le MEG ne souhaitait pas qu’ils soient détruits ou qu’ils finissent dans un marché parallèle, la Commission de déontologie des musées genevois a été saisie, il y a deux ans, sur impulsion du Conseil administratif, pour savoir quel sort devait leur être réservé.» C’est à l’issue de cette réflexion qu’a donc eu lieu, ce jeudi, cette inhumation particulière «pour ces restes sans intérêt scientifique et patrimonial», précise Félicien Mazzola. D’autres restes humains, de valeur, dans cette collection, ont en revanche été restitués à leur pays d’origine en 2011. Il s’agit de quatre momies précolombiennes rendues au gouvernement chilien.

Les articles ABO sont réservés aux abonnés.