Comment des restaurateurs genevois s'adaptent au «sans plastique»

ÉcologieDès le 1er janvier, l’utilisation du plastique à usage unique sera prohibée sur les terrasses des restaurants, buvettes, marchés et lors de manifestations. Reportage.

Niels Renard et Boris Balladone présentent leur alternative au plastique: les pailles en bambou.

Niels Renard et Boris Balladone présentent leur alternative au plastique: les pailles en bambou. Image: Lucien Fortunati

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Le bar à thé Lemoncha, établi à la rue des Étuves, n’a pas attendu cette interdiction pour trouver une autre solution à l’utilisation des pailles en plastique. «Nous ne sommes pas concernés par cette nouvelle loi, car elle touche uniquement les espaces publics. Néanmoins, il nous tenait à cœur de proposer une alternative durable et écologique», déclare Niels Renard. Et pour cause, l’établissement genevois utilise entre 100 000 et 150 000 pailles en plastique par année. Pour ses fondateurs, Boris Balladone et Niels Renard, il était temps d’agir.

Le papier et le maïs exclus

La tâche n’a pas été facile, car les deux jeunes patrons se sont montrés exigeants. Ils ont exclu d’office les pailles en papier. «Certaines contiennent du plastique à l’intérieur afin qu’elles ne se décomposent pas une fois dans le liquide», explique Boris Balladone. Bannies également celles en amidon de maïs. «Elles sont compostables mais pas biodégradables. Dans l’eau, elles ne se dissolvent pas», ajoute son collègue.

Depuis près d’un an et demi, les deux hommes cherchent donc une solution adéquate et non contraignante pour leurs clients. La liste de leurs critères se révèle longue. «On voulait une paille qui ne donne pas de goût à la boisson, qui convienne au chaud comme au froid, qui soit biodégradable et compostable. Il nous fallait aussi deux tailles: une normale et une plus large pour laisser passer les perles de tapioca», indique Niels Renard.

Des pailles en bambou

Finalement, à force de recherches et de réseautage, ils trouvent un fournisseur asiatique produisant des pailles en bambou. Celles-ci sont fabriquées avec les chutes de l’industrie du bambou. Cela signifie qu’il n’y a aucune production d’arbres supplémentaire pour les confectionner. La fibre de bambou est réduite en poudre puis façonnée en pailles avec de la colle naturelle.

Le procédé exact est gardé secret. «En contact avec la terre, ces pailles se décomposent en trois mois. Il n’y a donc pas d’impact pour l’environnement», affirme Niels Renard. Petit bémol: cette innovation n’est pas bon marché. En effet, l’objet coûte six fois plus cher que son pendant en plastique.

Pas d’augmentation du prix

Cependant, les deux entrepreneurs ont décidé de ne pas reporter ces frais sur le prix des boissons, mais de réduire leur marge. «Il s’agit de notre contribution pour la planète. Le plus important pour nous est d’éveiller les consciences et pourquoi pas donner l’exemple», explique Niels Renard. Ces nouvelles pailles seront disponibles dans les bars à thé Lemoncha dès l’année prochaine. «Nos clients ne les ont pas encore testées, mais nous avons déjà reçu des retours positifs sur l’initiative», se réjouit Boris Balladone.

Les deux fondateurs avaient néanmoins déjà résolu une partie de l’équation en proposant à leurs clients d’acquérir des pailles métalliques ainsi que des gourdes. «Pour 10 francs, nous leur proposons un kit avec deux pailles de tailles différentes et une brosse de nettoyage. Le tout dans une boîte», révèle Niels Renard. «C’était un premier pas», ajoute Boris Balladone.

Créé: 18.12.2019, 10h56

Le problème

L’utilisation de pailles en plastique est une catastrophe écologique. Selon l’ONG Rethink Plastic, 36,4 milliards de pailles sont utilisées par an dans l’Union européenne. À cela s’ajoutent 86 millions de tonnes de plastique qui encombrent les océans (chiffres du WWF). D’autres solutions durables et écologiques se développent: papier, pâte, bambou, verre, métal ou encore fibres végétales.

Articles en relation

Les communes font la traque au plastique à usage unique

Gaspillage De Vernier à Russin, les mairies travaillent pour limiter l’usage des pailles, couverts et autres ustensiles jetables. Plus...

La Ville va interdire le plastique à usage unique

Environnement Tous les utilisateurs du domaine public municipal devront se passer de pailles, gobelets et autres contenants jetables. Plus...

Nestlé renonce aux pailles en plastique

Mesures La multinationale suisse présentait mardi ses premières mesures pour diminuer son empreinte environnementale. Plus...

L'UE interdit les pailles en plastique. La Suisse se tâte

Déchets Les objets en plastique à usage unique seront interdits en Europe. La Suisse, elle, n’a rien décidé. Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

Caricatures

Coronavirus et enseignement à la maison
Plus...