Un rescapé d’Auschwitz face aux élèves du Renard

Commémoration de la Shoah Noah Klieger a raconté son histoire dans l’aula du Cycle, «pour que les jeunes soient les témoins des témoins».

«Avec d’autres, nous avons fondé une organisation clandestine pour faire passer de jeunes Juifs vers la Suisse. J’avais 15 ans.»

«Avec d’autres, nous avons fondé une organisation clandestine pour faire passer de jeunes Juifs vers la Suisse. J’avais 15 ans.» Image: © Georges Cabrera

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur?

«Je vais vous parler d’un temps qui vous semble impossible, sans téléphone portable, sans Whats App, sans iPad.» Rires dans la salle. «Je vais vous parler d’un temps, quand j’étais un adolescent juif, entre 1933 et 1945.» Silence. Les élèves de 11e année du Cycle du Renard, réunis vendredi dans l’aula, ne soufflent plus un mot. Leurs yeux sont rivés sur l’interlocuteur de 90 ans. Noah Klieger est l’un des derniers rescapés du camp d’Auschwitz. Depuis soixante ans, il raconte l’innommable dans les écoles «pour que les jeunes deviennent témoins des témoins». Il est présent à Genève pour la journée du souvenir de la Shoah mardi.

En vie grâce à des miracles

Noah Klieger est né à Strasbourg mais sa famille part pour la Belgique lorsque Hitler accède au pouvoir. Il raconte l’étoile jaune, le couvre-feu, la résistance. «Avec d’autres, nous avons fondé une organisation clandestine pour faire passer de jeunes Juifs vers la Suisse. J’avais 15 ans.» Un jour vient son tour: deux groupes tentent de passer la frontière. Le premier y parvient; le second se fait arrêter par la Gestapo. C’est le groupe de Noah Klieger.

«Je suis arrivé à Auschwitz le 18 janvier 1943. Au début, on croyait à cette histoire de camp de travail. On a compris après qu’on n’y était pas envoyé pour survivre mais pour crever. Je dis «crever» car un homme ne meurt pas de la façon dont on mourrait là-bas.» A l’arrivée, il faisait -25°, «on nous a parqués dans un hangar sans toit pendant 22 heures. Nous étions 650, les deux tiers sont morts de froid.» Noah Klieger passera deux ans à Auschwitz. S’il a survécu, c’est grâce à une succession de «miracles». Quand un jeune SS yougoslave le fait descendre d’un camion qui filait droit vers les chambres à gaz; quand il s’invente un passé de boxeur pour intégrer des combats qui distraient un gradé allemand et lui donne droit à une ration de soupe. Quand il survit à la «marche de la mort» avec 60 000 autres déportés d’Auschwitz vers d’autres camps, ou à dix jours dans un wagon entassés à 150 «où les morts restaient debout entre nous, où nous étions assis sur des cadavres». Bruissements d’horreur dans la salle.

«Moi je n’aurais pas tenu»

Pendant plus d’une heure, le rescapé passe le témoin à la jeune génération. Celle qu’on dit souvent dissipée est sincèrement captivée. Au moment des questions, les mains se lèvent. «Comment avez-vous fait pour retrouver de l’énergie après ça?» «Avez-vous revu vos parents?» «Avez-vous essayé de vous révolter?» «Après ce que les Allemands vous ont fait, que pensez-vous d’eux?»

Les maîtres ont préparé le terrain en classe. «Cette rencontre s’inscrit dans un programme qui s’étend sur l’année, expliquent Birgit Foti et Thierry Bubloz, enseignants d’histoire qui ont organisé la venue du rescapé. Nous sommes allés au Festival du film juif, nous avons invité une artiste allemande pour travailler sur la Rose blanche (groupe de résistants allemands), entre autres.»

Lirie, 14 ans, n’oubliera pas cette rencontre. «C’est une chance, mes enfants à moi n’auront pas cette opportunité. C’est inimaginable ce qu’il a vécu, je n’aurais pas tenu à sa place.» Erleta, 15 ans, ajoute: «Il arrive à parler de tout ça devant nous et même à sourire. Moi si j’avais vécu ça, j’aurais pleuré pendant toute ma vie.» Morgane souligne l’importance du témoignage, «il faut en parler pour que les gens qui n’y croient pas cessent de le faire et pour éviter que ça ne se reproduise». Lirie espère qu’un «truc aussi grave» n’aura plus jamais lieu. «Mais les gens se prennent tellement la tête pour rien, alors je ne sais pas…» La rencontre se termine par des applaudissements nourris. Et par une cohue sur la scène, pour prendre un selfie avec leur invité.

Une cérémonie de commémoration de la Shoah a lieu mardi à 19 h 30, à la salle des fêtes de Carouge, avec Noah Klieger.

(TDG)

Créé: 29.04.2016, 20h38

Articles en relation

Le procès d'un ex-infirmier d'Auschwitz est ajourné

Justice Le procès en Allemagne d'un ancien infirmier du camp d'Auschwitz âgé de 95 ans a de nouveau été ajourné lundi. Plus...

Le pape François visitera l'ancien camp d'Auschwitz

JMJ 2016 Le pape François se rendra à Auschwitz, dans le sud de la Pologne, le vendredi 29 juillet, dans le cadre de sa participation aux Journées mondiales de la jeunesse. Plus...

L'homme le plus vieux est un survivant d'Auschwitz

Record Le doyen de l'humanité est un homme né en Pologne. Il a notamment connu les camps de concentration durant la Seconde Guerre mondiale. Plus...

Quand des écoles servaient de camps pour trier les réfugiés

Commémoration de la Shoah La Ville a inauguré hier une plaque commémorative à l’école des Cropettes. En 1943, l’armée y décidait du sort des réfugiés. Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

Caricatures

Les insectes débarquent dans nos assiettes
Plus...