Le rescapé de l’affaire des notes de frais

Un candidat au saut du lit (9/16)Sami Kanaan, qui n'avait pas été épinglé par la Cour des comptes, est l’unique magistrat à se représenter.

Parfois le lundi, Sami Kanaan achète des croissants pour son équipe dans une boulangerie, à Villereuse.

Parfois le lundi, Sami Kanaan achète des croissants pour son équipe dans une boulangerie, à Villereuse. Image: MAGALI GIRARDIN

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Voilà trente ans, ce mois-ci, que Sami Kanaan a posé ses valises à Genève. Trente ans que ce Libano-Suisse, né à Beyrouth d’un père libanais et d’une mère bâloise, réside aux Eaux-Vives. «C’est un quartier très typé, avec une forte identité», lance-t-il, en nous ouvrant la porte de son quatre-pièces.

Un vieil appartement «typiquement genevois», avec hauts plafonds et un parquet en chevrons qui craque sous nos pas. Sami Kanaan, 56 ans, célibataire et sans enfants, y vit seul. Un long couloir, comme on n’en dessine plus, mène à la cuisine. L’ordinateur est allumé sur la table. «J’étais en train d’écrire un post sur Facebook pour dire que quatre villes romandes soutiennent l’initiative pour les logements abordables (ndlr: les Suisses votent le 9 février), je pensais terminer avant que vous arriviez», glisse celui qui est vice-président de l’Union des villes suisses.

Audits lancés

Surtout, Sami Kanaan est l’unique conseiller administratif à se représenter en Ville. Et pour beaucoup, l’homme à abattre. Le socialiste s’en était ému lors d’une récente conférence de presse, rappelant que contrairement à d’autres magistrats, la Cour des comptes n’avait rien trouvé à redire sur ses frais professionnels. «Seul sortant, on me colle tout sur le dos. C’est tout juste si je ne suis pas responsable du réchauffement climatique», avait-il soupiré.

Un comble pour l’ex-président de l’Association Transports et Environnement, qui ne se déplace qu’à vélo et dont la sensibilité écologiste ne date pas d’hier. Que d’attentes lorsque celui qui était le directeur du Département de la cohésion sociale de Manuel Tornare accède au Palais Eynard en 2011! Si on relève son manque de charisme, on n’en vante pas moins son pragmatisme, sa capacité de travail et son excellent CV (diplômé de l’EPFZ en physique et de l’Université de Genève en sciences politiques). Les milieux culturels le voulaient, écrit alors «L’Hebdo», y voyant l’homme qui pourrait «pacifier Genève». Las. Sami Kanaan regrette les échanges clivants, voire violents qui ont émaillé la législature au Municipal, tenu par la droite: «On est parfois trop français dans notre façon de faire de la politique. Il doit être possible de mener un débat vif sans s’engueuler sur le plan personnel, comme lors du vote contre l’agrandissement du Musée d’art et d’histoire.»

Cet échec dans les urnes a pourtant entaché le début de son deuxième mandat. Le socialiste a également dû gérer plusieurs crises au sein du département «mammouth» qu’il dirige, celui de la Culture et du Sport – 1400 collaborateurs. Des conflits ont éclaté dans des bibliothèques municipales, ainsi qu’au Musée d’histoire naturelle. «J’ai essayé de faire bouger les lignes en décloisonnant différents métiers et en instaurant l’ouverture dominicale de bibliothèques.» Jetant un vif coup d’œil sur son ordinateur, il ajoute: «Les foyers de tension étaient souvent anciens. Les audits que j’ai lancés, dont on me reproche les résultats, permettent de remédier à ces situations sur la base d’avis externes indépendants et qualifiés.»

«Absorber» les critiques

Sami Kanaan a entamé 2020 au pas de charge, mettant en avant son bilan. «La nouvelle Comédie et le Pavillon de la danse ouvriront leurs portes à la rentrée. Les musées genevois ont dépassé pour la première fois la barre du million de visiteurs par année.» Côté sportif, le plan d’investissement de 300 millions produit ses premiers effets concrets avec la récente inauguration de salle omnisports de la Queue d’Arve.

En 2010, personne ne le voyait l’emporter contre Jean-Charles Rielle à la primaire socialiste, et encore moins être le mieux élu en 2011 et 2015. «Un collègue socialiste m’avait dit à l’époque qu’avec mon nom, je pouvais oublier toute carrière à Genève», se rappelle Sami Kanaan, qui sait «absorber» les critiques.

L’horloge indique 8h30. Comme parfois le lundi, l’élu va acheter des croissants pour son équipe dans une boulangerie artisanale, à Villereuse. Il empoigne son casque et dit: «Elle fait parmi les meilleurs croissants au chocolat de Genève.» On le croit sur parole.

Créé: 29.01.2020, 07h20

Articles en relation

La nomade qui avait choisi Genève

Une candidate au saut du lit (8/16) Employée d’une grande ONG, Susanne Amsler a vécu dans huit pays ces dernières années avant de s’installer en ville. Plus...

Le paysagiste qui se dope à la politique

Un candidat au saut du lit (7/16) L’ancien conseiller d’État PDC Luc Barthassat, passé au MCG, aimerait bien relancer sa carrière en Ville. Plus...

Le cow-boy des Pâquis

Un candidat au saut du lit (6/16) Affranchi d’Éric Stauffer, Pascal Spuhler entend voler de ses propres ailes. Plus...

Celle qui rêvait de foot et de journalisme

Une candidate au saut du lit (5/16) Mère de deux filles, Marie Barbey-Chappuis est l’une des deux prétendantes PDC à la mairie. Plus...

L'ancien judoka devenu petit patron

Un candidat au saut du lit (4/16) Christo Ivanov est chef d'entreprise depuis vingt-sept ans. Il espère faire entrer l'UDC à l'Exécutif. Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

Caricatures

Mort de Moubarak
Plus...