Requérants au Grütli: la Ville pose un ultimatum

AsileAprès avoir proposé, en vain, un hébergement provisoire, la Ville demande «formellement» de libérer les locaux du Grütli.

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Au terme d’un long week-end de tractations et de manifestations de soutien, la question de l’hébergement de la trentaine de requérants d’asile déboutés qui refusent les abris PC est dans l’impasse.

Samedi, alors qu’une manifestation de soutien rassemblait plusieurs centaines de personnes, les requérants d’asile qui occupent les locaux du Grütli depuis une semaine refusaient une proposition d’hébergement provisoire. La Ville mettait en effet à disposition un local dans le quartier du Seujet. Une proposition rejetée par les migrants, rassemblés en collectif, en raison de l’absence de douches et de l’emplacement dans un quartier où les contrôles de police sont fréquents.

Dimanche, les discussions se sont poursuivies. Décidément volontaire, la Ville est revenue avec une proposition de local municipal. Une proposition cette fois-ci refusée par le Département de l’emploi, des affaires sociales et de la santé de Mauro Poggia et par l’Hospice général, qui compte parmi ses missions l’hébergement des requérants d’asile.

Ainsi, la Ville s’est vue contrainte d’autoriser, une nuit encore, l’occupation des locaux du Grütli. Mais cette fois-ci, les deux magistrats municipaux Esther Alder et Sami Kanaan précisent que le «bâtiment n’est pas adapté à l’hébergement et doit maintenant être libéré dans les meilleurs délais.» La nuit de dimanche à lundi pourrait donc être la dernière. Ensuite? «Proposition a été faite au collectif de disposer de la plaine de Plainpalais pour faire valoir ses revendications», apprend-on lors du dernier point de situation.

Nommé médiateur, le conseiller national Ueli Leuenberger est contraint à l’optimisme: «Je ne perds pas espoir que tout le monde y mette de la bonne volonté et que nous puissions trouver une solution acceptable.» (TDG)

Créé: 21.06.2015, 20h57

Articles en relation

Pourquoi les migrants refusent la proposition de la Ville

Asile Samedi, les requérants d’asile déboutés qui occupent le Grütli depuis six jours ont décliné une proposition de logement temporaire. Plus...

La vie en abri PC, «trois semaines au maximum»

Requérants d’asile Des experts condamnent l’hébergement prolongé sous terre. Le mouvement contre le recours aux abris PC continue Plus...

Le Collectif d’occupation du Grütli reçoit plusieurs soutiens

Logement des requérants La Ville de Genève a proposé une solution de relogement aux requérants refusant de vivre en abri PC, Carouge examine des pistes. Plus...

La résistance contre les abris PC s'organise

Logements en abri PC Troisième jour de mobilisation d’hier contre le transfert de requérants dans des abris souterrains. Un médiateur mandaté. Plus...

«Genève n’a plus de places d’hébergement»

Requérants en abri PC Magistrat de tutelle de l’Hospice, Mauro Poggia répond à ceux qui refusent que les requérants d’asile soient logés sous terre. Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

Caricatures

Sortie du livre 'Sodoma, enquête au coeur du Vatican'
Plus...