Passer au contenu principal

Requérants au Grütli: la Ville pose un ultimatum

Après avoir proposé, en vain, un hébergement provisoire, la Ville demande «formellement» de libérer les locaux du Grütli.

Des requérants d'asile du Foyer des Tattes ainsi que les manifestants s'opposent ce lundi à leur transfert dans des abris PC. (mardi 16 juin 2015)
Des requérants d'asile du Foyer des Tattes ainsi que les manifestants s'opposent ce lundi à leur transfert dans des abris PC. (mardi 16 juin 2015)
Keystone
Ils investissent, dans le calme, le centre culturel du Grütli a Plainpalais, ce mardi 16 juin 2015, à Genève. (mardi 16 juin 2015)
Ils investissent, dans le calme, le centre culturel du Grütli a Plainpalais, ce mardi 16 juin 2015, à Genève. (mardi 16 juin 2015)
Keystone
Des contacts ont aussi été pris pour obtenir des lieux d'hébergement alternatifs. (mardi 16 juin 2015)
Des contacts ont aussi été pris pour obtenir des lieux d'hébergement alternatifs. (mardi 16 juin 2015)
Keystone
1 / 7

Au terme d’un long week-end de tractations et de manifestations de soutien, la question de l’hébergement de la trentaine de requérants d’asile déboutés qui refusent les abris PC est dans l’impasse.

Samedi, alors qu’une manifestation de soutien rassemblait plusieurs centaines de personnes, les requérants d’asile qui occupent les locaux du Grütli depuis une semaine refusaient une proposition d’hébergement provisoire. La Ville mettait en effet à disposition un local dans le quartier du Seujet. Une proposition rejetée par les migrants, rassemblés en collectif, en raison de l’absence de douches et de l’emplacement dans un quartier où les contrôles de police sont fréquents.

Les articles ABO sont réservés aux abonnés.