Rénovation d’Uni Bastions: 3071 au secours criés aux députés

PétitionDes étudiants de l'Université de Genève ont remis une pétition à l'intention du Grand Conseil pour dénoncer le délabrement du bâtiment.

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur?

3071 signatures contre l’oubli. Les étudiants du collectif Unibastions.ch ont déposé ce mercredi une pétition à l’intention du Grand Conseil. Ils demandent «la rénovation complète de l’Université des Bastions à l’occasion de ses 150 ans en 2018.» Sans illusion. Les paraphes, réunis «en moins d’un mois», rapporte l’un des initiants, Denis Ates, répondent aux travaux entrepris en avril dernier par l’Etat. «Nous avons vu arriver des peintres, rapporte l’étudiant. Ils sont vite repartis, laissant derrière eux des murs à moitié peints». Des travaux qualifiés «de rafraîchissements mineurs, qui ne trompent personne». Or le bâtiment se meurt, rongé de l’intérieur. (Lire: Etudiants et profs se plaignent de bâtiments délabrés)

Un site Internet, unibastions.ch, dresse avec humour et rigueur un inventaire des soucis à Uni Bastions. Ainsi, le lecteur découvre qu'il manque un morceau de plafond à l'aile Jura, que l'hiver est rigoureux dans la salle B302, faute d'isolation adéquate et qu'il fallait avoir la foi et une lampe de poche pour arpenter les rayons de la bibliothèque consacrée à l'histoire des religions en décembre et en janvier. Sans oublier les urinoirs hors-service, les «néons qui clignotent» ou encore «une poignée de porte qui reste dans la main», photos à l'appui.

Du Rectorat à la direction de l'Office des bâtiments, tous sont conscients des problèmes de délabrement, mais aucune rénovation d’envergure n’est prévue avant 2023, faute de budget. En septembre dernier, l’enveloppe initialement attribuée à la rénovation d’Uni-Bastion a été supprimée du plan décennal des investissements du Conseil d’Etat. «Nous n’avons pas un espoir démesuré que cette pétition fasse avancer le dossier, reconnaît Denis Ates, mais cela démontre que nous restons mobilisés avec nos moyens.»

La pétition, qui sera examinée par la commission éponyme du Grand Conseil, est soutenue par la majorité des associations universitaires, mais aussi par des professeurs, des usagers du bâtiment, Patrimoine suisse Genève et des personnalités du monde académique.

Galerie photos Les travaux réalisés en avril 2014, qualifiés par les étudiants «de rafraîchissements mineurs»

(TDG)

Créé: 28.05.2014, 16h22

Articles en relation

Uni Bastions s’offre une première couche de peinture

Genève Les étudiants se plaignaient du délabrement des lieux. Ils ont été en partie entendus. Plus...

Etudiants et profs se plaignent de bâtiments délabrés

Uni Bastions L’Etat dit tenir compte des critiques, mais aucune rénovation d'importance n'est prévue, faute d'argent. Plus...

Les étudiants ont remis les signatures mercredi 28 mai 2014 à la Chancellerie. (Image: Page Facebook Uni Bastions)

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

Caricatures

Amherd, première femme à la tête de l'armée suisse
Plus...