La Cour européenne déboute un handicapé refusé au cinéma Rialto

JusticeLa Cour des droits de l'homme de Strasbourg déclare la requête d'un paraplégique genevois irrecevable.

Les escaliers du cinéma Rialto où le handicapé s'est vu refuser l'accès.

Les escaliers du cinéma Rialto où le handicapé s'est vu refuser l'accès. Image: Pierre Abensur / Archives

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

La jurisprudence du Tribunal fédéral n'est pas renversée. Quelques jours après le refus polémique d'accès au festival «Sion sous les étoiles» à des handicapés, la Cour européenne des droits de l’homme (CEDH) vient de déclarer irrecevable la requête d’un paraplégique genevois qui s’était vu refuser l’accès à un cinéma proche de la gare. «Cette décision est définitive», précise l’institution dans un communiqué de presse.

Marc Glaisen se déplace en fauteuil roulant. Il se plaignait de s’être vu refuser l’accès à une salle de l’ancien cinéma Pathé Rialto pour des raisons de sécurité. Selon la Cour, l’article 8 (droit au respect de la vie privée) de la Convention européenne des droits de l’homme n’octroie pas «un droit d’avoir accès à un cinéma particulier pour y voir un film spécifique dès lors qu’un accès aux cinémas se situant dans les environs proches est assuré». Or, c’était bien le cas, «et par conséquent, celui-ci avait donc généralement accès aux cinémas de sa région». Et ce quand bien même le film n’était diffusé dans aucune autre salle à Genève.

Pour rappel, en 2008, Marc Glaisen se rend seul au Pathé Rialto. Bien avant, donc, l’entrée en vigueur de la nouvelle Constitution genevoise en 2013, selon laquelle tous les établissements publics doivent être accessibles aux handicapés. Le bâtiment, composé de nombreux escaliers, n’est pas adapté aux personnes en fauteuil roulant. Le paraplégique se voit alors refuser l’accès: en cas d’incendie, personne ne peut assurer sa sécurité. Ses recours ont déjà été rejetés par toutes les instances précédentes, dont le Tribunal fédéral en 2012.

«Certes, l’un des principes de la Convention des Nations Unies relative aux droits des personnes handicapées est «la participation et l’intégration pleines et effectives à la société», relève la Cour. Néanmoins, «l’article 8 de la Convention ne s’applique que dans des cas exceptionnels». Les juges admettent que pour le Genevois, «l’importance de se rendre au cinéma ne se réduit pas à la consommation d’un film […] mais implique également des échanges avec les autres». Mais concluent que d’autres cinémas étant accessibles ailleurs et que ce refus «n’a pas empêché M. Glaisen de mener sa vie de façon telle que son droit au développement personnel et son droit d’établir et d’entretenir des rapports avec d’autres êtres humains et le monde extérieur aient pu être remis en cause».

Inclusion Handicap déçue

L’association Inclusion Handicap «regrette l’issue de ce recours». Dans un communiqué de presse, elle déplore que la CEDH ne soit pas entrée en matière et n’ait finalement pas tranché la question de la discrimination. «En Suisse, les personnes handicapées restent donc largement sous-protégées contre les discriminations du fait de particuliers qui fournissent des prestations au public.»

Une interprétation juridique à nuancer au regard du communiqué de la CEDH, selon lequel la situation de Marc Glaisen «n’induit pas une discrimination contraire à la convention». L’instance strasbourgeoise estime que le Tribunal fédéral «a donné suffisamment de motifs expliquant pourquoi la situation subie par le requérant n’est pas assez grave pour tomber sous le coup de la notion de discrimination».

Inclusion Handicap se désole aussi que dans une perspective plus globale, la CEDH ne reconnaisse pas «la somme des circonstances particulières». L’association estimait pour sa part que «l’accumulation des nombreux obstacles que rencontre M. Glaisen a bel et bien des conséquences restrictives sur sa vie».

Du point de vue de l’association, l’interprétation restrictive de la discrimination par le Tribunal fédéral reste critiquable, car incompatible avec le droit international (la Convention de l’ONU relative aux droits des personnes handicapées, que la Suisse s’est engagée à respecter). «En automne 2020, le Comité des droits des personnes handicapées de l’ONU examinera la manière dont ces droits sont mis en œuvre en Suisse. Il sera très probablement amené à critiquer cette pratique.»

Pathé n’est plus concerné

Pour le directeur général de Pathé Genève, Nicolas Cumin, le problème ne se pose plus depuis longtemps: «Tous les cinémas Pathé en Suisse dont désormais équipés pour les handicapés». Dont Balexert, la seule salle encore en mains du groupe dans le canton.

Créé: 18.07.2019, 11h33

Articles en relation

Handicap: «Sion sous les étoiles» se défend

Valais L'organisateur Michael Drieberg défend le «choix de la sécurité» pour justifier les personnes handicapées refoulées durant le festival. Plus...

«Les cinémas ne pourront plus refouler les handicapés»

Nouvelle constitution genevoise Le droit des personnes handicapées est renforcé par la nouvelle Constitution genevoise. A-t-il un impact réel au tribunal? Oui et non. Plus...

Pathé tient parole et programme des séances accessibles aux handicapés

Cinéma Le film The Sessions, sur l'assistance sexuelle aux handicapés, est programmé à Balexert, et non plus au Rialto. Plus...

Un cinéma refuse l’accès aux handicapés: c’est légal

Justice Le Tribunal fédéral déboute Marc, un paraplégique qui s’était vu refuser l’accès à une salle du centre-ville. Témoignage Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.