Pourquoi les réformés ne fêtent pas la Toussaint

L’invité

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur?

La Toussaint, c’est l’une des fêtes que les protestants – en tout cas les réformés de nos contrées – ne fêtent pas… ou alors discrètement… Les raisons en sont bien connues: les protestants, proches de l’Ancien Testament et donc du judaïsme sur ce point, réservent la vénération à Dieu seul (le Nouveau Testament prolonge d’ailleurs l’Ancien sur ce point). Vénérer des êtres humains, même les «meilleurs», relève du quasi-blasphème: on dirige vers des créatures ce qui doit revenir au Créateur.

Mais voilà, les protestants sont des êtres humains comme les autres, ils ont eux aussi leurs saints: avez-vous déjà entendu dire du mal de Dietrich Bonhoeffer? Et la figure de (saint!) François d’Assise ne suscite-t-elle pas une admiration bien au-delà du catholicisme romain, y compris chez des huguenots?

Nous avons tous nos héros, plus ou moins religieux ou laïques. Mais avoir des héros et avoir des saints à qui l’on adresse des prières, de qui l’on attend une intercession, c’est encore tout autre chose. Y a-t-il dans ce refus un déficit religieux, une incapacité à se mettre à l’école de grandes figures spirituelles? Encore une fois, pas forcément, car des «maîtres» de spiritualité, les protestants en ont à foison; simplement, ils ne souhaitent pas les considérer comme autre chose que des créatures. Ce sont plutôt des «témoins».

Et Marie?

On pense parfois que les protestants n’ont que faire de la figure de Marie. Point du tout! Rien moins que Luther recommandait avec force la mère de Jésus, certes pas comme «reine des cieux» (regina coeli), mais comme cette femme du peuple qui écoute la parole que Dieu lui adresse, qui «garde» cette parole comme on garde un trésor, qui médite dans son cœur ce qui lui a été promis. Marie est la figure même de la foi, pour le réformateur allemand; c’est dire si elle a à nous enseigner!

Le cas Romero

Les saints comme guides, comme maîtres de sagesse: les protestants ne s’opposeront pas forcément à cela, tant qu’on ne fait pas de ces figures autant de «médiateurs» qui attirent sur les humains les faveurs divines ou qui confèrent «le salut». Óscar Romero, assassiné en pleine messe le 24 mars 1980, et canonisé au Vatican le 14 octobre 2018, fait sans aucun doute partie de ces personnes qui nous disent quelque chose de l’Évangile et de la «conversion» du regard et de l’attitude que ce message entraîne. De là à prier ce grand homme, il y a un pas, que la plupart des protestants ne franchiront pas.

Sainteté, moralisme et individualisme

Dans tout cela, ce que l’on oublie, c’est que dans l’Ancien comme dans le Nouveau Testament, la sainteté n’est ni une affaire de perfection morale ni une affaire individuelle: il s’agit d’une réalité qui relève d’un acte de Dieu, qui donne de participer à sa propre sainteté sans conférer une «qualité» intrinsèque aux humains, et il s’agit d’un acte qui concerne le peuple croyant tout entier, et non d’une sorte de virtuosité ou d’héroïsme spirituel propre à certains individus. C’est la communauté dans son ensemble qui est qualifiée de «sainte» – et en même temps de «pécheresse», c’est-à-dire ayant besoin de pardon et de guérison.

Enfin, paradoxalement, ceux qui ont la conscience la plus vive de leur besoin de pardon et de guérison, ce sont précisément… les saints! (TDG)

Créé: 31.10.2018, 16h25


Retrouvez ici tous les invités de la Tribune de Genève La rubrique L’invité(e) est une tribune libre (3000 signes, espaces compris) sélectionnée par la rédaction. Avant d’envoyer votre contribution, prenez contact assez tôt à courrier@tdg.ch, afin de planifier au mieux son éventuelle publication.

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

Caricatures

Papyrus: les régularisés gagnent plus et vont mieux que les illégaux
Plus...