La Réforme prend un coup de jeunes pour souffler ses 500 bougies

ReportageLe Festival de la jeunesse protestante mêle réflexions spirituelles et spectacles ludiques. Y compris à l’Arena.

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

En ce début d’après-midi de samedi, le parvis de l’Arena ressemble à n’importe quel sas d’entrée d’un festival de musique branché jeune, voire très jeune, public. C’est coloré et compact, on y parle fort dans toutes les langues, on se bouscule un peu et on rit passablement. Sauf que ce ne sont pas tout à fait des adolescents comme les autres qui se retrouvent là par milliers.

Elles et eux, ce sont les 4700 participants à Reformaction. Ce festival de la jeunesse protestante a débuté vendredi et s’achève dimanche par un culte célébré en la Cathédrale Saint-Pierre. Il a été organisé dans le cadre des festivités liées aux 500 ans de la Réforme.

L’Arena a été choisie pour accueillir samedi un grand rassemblement, ponctué d’animations ludiques, d’un prêche version show à l’américaine, et de plusieurs concerts donnés par des artistes d’inspiration chrétienne, dont le groupe californien à succès Switchfoot. Visiblement, et audiblement, le mélange plaît à cette jeunesse qui a la foi joyeuse et communicante.

Bien dans ses baskets

«J’adore ces moments-là où l’on est tous ensemble, explique Thelmo Schneider, un habitué de ce genre de festival en dépit de ses 16 ans. Ici, c’est comme une famille, il n’y a pas de jugement. Chacun vient comme il est.» Est-ce à dire qu’il se sent parfois mal au milieu de jeunes qui ne partagent majoritairement pas son engagement religieux? «Non, j’ai de nombreux amis et je me fiche du jugement des autres, assure le Genevois. Moi, je veux juste être ce que je suis.» La raison de sa présence est donnée sans détour: «Je suis venu pour vivre quelque chose avec Jésus. Ici, on apprend beaucoup sur Dieu et la Réforme.»

Assez parlé, il est temps de rentrer dans la grande salle, pleine jusqu’au plus haut gradin, et où l’excitation de l’attente est palpable. Nouvelle surprise: l’animation se déroule principalement en allemand, avec une traduction française. C’est que l’événement organisé par la Fédération des églises protestantes de Suisse (FEPS) en collaboration avec des associations évangéliques a attiré de très nombreux suisses alémaniques. «Certaines paroisses, surtout en Suisse alémanique, ont inclus cet événement dans l’année de préparation à la confirmation, explique Bettina Beer, la responsable du projet de commémoration des 500 ans à la FEPS. La grande majorité des participants sont du reste venus en groupe. Ce qui est plus rassurant pour nous que si on avait eu trop de jeunes de 14 à 16 ans arrivés seuls.»

Rencontres et concerts

Du haut de ses 14 ans, Nora confirme qu’elle et ses amies – arrivées de Schwarzenbuch (Berne) – sont ici dans le cadre de cette préparation. «On adore l’atmosphère de ce festival, rencontrer de nouvelles personnes et profiter des concerts, dit-elle. Je dirais que le plus important, ce n’est pas forcément la Réforme, même si nous avons suivi des ateliers qui étaient proposés.»

Dans la salle, le groupe LZ7 chauffe le public, poussant tout le monde à se lever pour danser frénétiquement quelques instants. Dans un tout autre registre, le prédicateur Andreas Boppart parvient à captiver l’attention. Passant du registre comique au très sérieux, il emmène, avec un talent certain, son auditoire là où il le veut: expliquer que coupé de Dieu, on ne peut être bien ni avec soi-même, ni avec les autres.

Un culte pour l’Europe

Cette alternance de moments jubilatoires et d’instants de recueillements est parfaitement assumée par Bettina Beer. «Oui, il y a du divertissement, mais toujours relié à quelque chose de plus profond, qui évoque évidemment la Réforme», explique-t-elle.

Le point d’orgue du festival sera toutefois le culte donné dimanche matin à la cathédrale Saint-Pierre et télédiffusé en eurovision. Une clôture à la hauteur du plus grand rassemblement de la jeunesse protestante que la Suisse ait connu.

(TDG)

Créé: 04.11.2017, 19h36

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

Caricatures

Grève: le congé accordé aux femmes par la Ville fait débat
Plus...