Recueillement pour les victimes de l'attentat de Christchurch

GenèvePrès de 400 personnes étaient réunies sur la place des Nations mardi.

Cinquante tapis étaient posés sur la place des Nations, un par victime de l’attentat.

Cinquante tapis étaient posés sur la place des Nations, un par victime de l’attentat. Image: Laurent Guiraud

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Émotion sur la place des Nations. Environ 400 personnes se sont réunies mardi autour de cinquante tapis, un par victime des attentats de Christchurch, survenu vendredi dans deux mosquées de l’île du sud de la Nouvelle-Zélande. Sur les tapis étaient posées des roses, mais aussi des dessins, des cœurs, des peluches. Parmi les fidèles tués de l’autre côté de la terre on compte des enfants, parfois tout jeunes.

Des pancartes étaient brandies: «Stop Islamophobie», «Uni-e-s contre le racisme» ou «Ensemble contre l’extrême-droite». Plusieurs personnalités se sont jointes au mouvement, du député Pierre Vanek à Hafid Ouardiri, directeur de la Fondation de l’Entre-connaissance, en passant par Sabine Tiguemounine, l’élue écologiste qui n’a pas pu siéger au dernier Conseil municipal de Meyrin avec les autres élus en raison de son voile.

Le recueillement en l’honneur des victimes néo-zélandaises a été organisé par l’Union des organisations musulmanes de Genève et quelques autres associations. Il ne réunissait pas que des musulmans. Tous ont respecté une minute de silence, puis il y a eu des discours.

Certains ont dénoncé une «islamophobie diffuse» qui serait entretenue par des partis politiques de tous bords, mais aussi les médias qui nourriraient la méfiance à l’encontre des musulmans. D’aucuns ont pointé du doigt Facebook, le réseau social qui a permis au terroriste de filmer ses forfaits pendant 17 minutes en direct sur internet. «Je suis ici pour commémorer des victimes du terrorisme, peu importe qu’elles soient musulmanes», nous a pour sa part confié Hafid Ouardiri. «Cette haine touche tout le monde, pas seulement les musulmans.»

Beaucoup ont salué les discours dignes de la Première ministre néo-zélandaise, Jacinda Ardern, qui a promis de ne jamais prononcer le nom du terroriste pour ne pas entrer dans son jeu de propagande. Mardi, la cheffe du gouvernement néo-zélandais a assuré que la justice n’en resterait pas là. «Le terroriste fera face à la loi dans toute sa rigueur», a-t-elle dit. Jacinda Ardern a annoncé un durcissement de la législation sur les armes car cette dernière a permis au criminel d’obtenir l’arsenal ayant servi à l’attaque, y compris des armes semi-automatiques. (TDG)

Créé: 19.03.2019, 19h25

Articles en relation

Christchurch: dix-sept minutes d'horreur en direct sur Facebook

Réseau et toile La modération du réseau social est plus que jamais critiquée après que le tireur ait pu y diffuser en direct les images de la tuerie perpétrée le 15 mars dernier dans une mosquée. Plus...

Jacinda Ardern affronte la tragédie avec empathie et détermination

Drame de Christchurch À la suite de la fusillade sanglante, la première ministre néo-zélandaise veut donner une vision d’un monde meilleur. Plus...

Jacinda Ardern veut durcir la loi sur les armes

Nouvelle-Zélande Le tueur de Christchurch a pu se procurer légalement des fusils d’assaut. La première ministre va prendre des mesures. Plus...

Le tueur de Christchurch se pose en disciple de Breivik

Nouvelle-Zélande L’Australien de 28 ans s’affirme dans un manifeste comme un justicier blanc investi d’une mission. Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

Caricatures

Grève: le congé accordé aux femmes par la Ville fait débat
Plus...