Passer au contenu principal

Recours suisse contre le projet d’usine d’eau minérale à Divonne

Dix communes genevoises et vaudoises s’allient pour contrecarrer le projet d’usine d’embouteillage de la cité thermale.

Les promoteurs du projet, Jean-Niklas Palm-Jensen et Patrick Sabaté, entourent l’ancien maire de Divonne, Etienne Blanc, qui avait relancé l’idée de créer une usine d’embouteillage d’eau minérale (photo d’archive).
Les promoteurs du projet, Jean-Niklas Palm-Jensen et Patrick Sabaté, entourent l’ancien maire de Divonne, Etienne Blanc, qui avait relancé l’idée de créer une usine d’embouteillage d’eau minérale (photo d’archive).
Lucien Fortunati

Divonne-les-Bains est en pleine ébullition ces jours-ci. Le projet d’usine d’eau minérale de la cité thermale de France voisine a déclenché une véritable levée de boucliers des deux côtés de la frontière, à cause de son potentiel impact environnemental.

Vendredi soir, une séance d’information publique en présence du maire de Divonne et d’un des promoteurs du projet a fait salle comble. Les opposants français et suisses à la future usine étaient venus en nombre pour faire entendre leur voix. Selon certains participants, l’ambiance était «houleuse», voire «insurrectionnelle». Dans la foulée, samedi matin, le collectif «Stop embouteillage» a donné une conférence de presse à laquelle ont participé deux habitants de Vittel, venus raconter comment la commercialisation de l’eau minérale est en train d’assécher leur région.

Les articles ABO sont réservés aux abonnés.