Passer au contenu principal

Les rapports avec la police, principale préoccupation des Roms

Des chercheuses ont recueilli les récits de dizaines de Roms. Les échanges avec la police sont décrits comme «violents».

Les chercheuses ont publié aux éditions ies «Roms en Cité. Témoignages, participation et politiques publiques».
Les chercheuses ont publié aux éditions ies «Roms en Cité. Témoignages, participation et politiques publiques».
Pascal Frautschi/Tribune de Genève

«On peut affirmer que ce qui caractérise les relations entre Roms migrants et police est la violence au sens large du terme.» Ainsi débute le troisième chapitre de «Roms en Cité»*, ouvrage présenté le mois dernier par les Editions ies (Haute Ecole de travail social), qui résulte d’une étude consacrée aux migrants saisonniers roms à Genève.

Les articles ABO sont réservés aux abonnés.