Passer au contenu principal

Selon un rapport, Papyrus a fait tout juste, sans créer d’appel d’air

Près de 2390 clandestins sont sortis de l’ombre. L’opération n’a pas attiré de nouveaux sans-papiers.

Le 28 février 2017, le Palladium faisait salle comble lors de la soirée d’information consacrée à Papyrus.
Le 28 février 2017, le Palladium faisait salle comble lors de la soirée d’information consacrée à Papyrus.
Laurent Guiraud

Lancé en février 2017 et bouclé en décembre 2018, le projet pilote Papyrus a permis de régulariser 2390 sans-papiers actifs à Genève, alors que 744 dossiers supplémentaires sont encore en cours de traitement. Vendredi, les autorités cantonales et les associations de défense des droits des étrangers parties prenantes de l’opération ont tiré un bilan très satisfaisant, à différents titres, de l’expérience. Les craintes d’un remplacement rapide, par d’autres clandestins, des personnes régularisées n’ont ainsi pas été confirmées. De même, le recours à l’aide sociale de nombreuses personnes stabilisées n’a pas eu lieu.

Les articles ABO sont réservés aux abonnés.