Radiographie des alliances

Élections fédéralesVingt-huit listes au National et dix aux États se disputeront vos suffrages cet automne. Comment s’y retrouver? Panorama.

Ce ne sont pas moins de 191 candidats, répartis sur 28 listes, qui s'affronteront dès cet automne pour gagner l'un des 12 sièges dévolus au canton.

Ce ne sont pas moins de 191 candidats, répartis sur 28 listes, qui s'affronteront dès cet automne pour gagner l'un des 12 sièges dévolus au canton. Image: Jean-Paul Guinnard

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Fumée blanche au Service des votations. Après une semaine de vérifications en tandem avec la Chancellerie fédérale, les listes déposées lundi 5 août par les partis ont été validées.

Comme annoncé la semaine passée, 191 candidats, 176 au National et 15 aux États, répartis sur 28 listes, vont s’efforcer de conquérir un des quatorze sièges (douze au National et deux aux États) désormais dévolus au canton. C’est un nombre record. Comment s’y retrouver entre toutes ces listes?

Cliquer pour agrandir

Le tableau ci-dessus vous aidera peut-être… Nous avons réparti les listes déposées en quatre catégories: la gauche et la gauche de la gauche, le centre et la droite, la droite de la droite et le reste du monde. Ces camps se dessinent d’une part en fonction de la proximité des idées de leurs composantes et d’autre part par leurs alliances électorales. Ainsi, les apparentements et les sous-apparentements conclus entre les listes, symbolisés dans le tableau par des flèches pleines pour les premiers et par des traits pour les seconds, assurent que chacune des voix reçues compte pour elles ou pour leurs alliés les plus proches, leur permettant ainsi de cumuler leurs forces et peut-être, c’est l’espoir, de gagner un siège de plus. Pour ratisser plus large, certains multiplient les listes.

C’est le cas ici d’Ensemble à Gauche! Alors que la plupart des partis se contentent de deux ou trois listes (en général, une principale et deux autres, une pour les jeunes et une pour les Suisses de l’étranger), le groupement à la gauche de la gauche en présente cinq: deux principales apparentées (EàG tendance SolidaritéS-DAL et EàG tendance Parti du Travail) puis trois rattachées sous-apparentées à la première: une féministe, une «Sans frontière» et une dernière plutôt écolo. Les listes filles ayant en général moins de succès que la liste mère, elles servent souvent à l’alimenter en voix. Et c’est ainsi qu’en pensant parfois donner sa chance à une jeune débutante sur une liste annexe, l’électeur attentionné bétonne en réalité le siège d’un vieux crocodile sur la liste principale…

Qui s’allie avec qui?

La proximité idéologique des différents alliés ne veut évidemment pas dire que leurs programmes sont identiques. Ils reconnaissent simplement faire partie d’une même famille. C’est le cas par exemple des alliances à gauche (Verts, PS et Ensemble à Gauche) et à droite (PLR et PDC). Il en va de même pour la coalition du centre formée par les Vert’libéraux, les évangéliques et Planète bleue, dont le programme sera dévoilé mercredi.

Ces alliances évoluent avec le temps. Ainsi, il n’est pas exclu et même fort possible de retrouver un jour certains de ces partis dans un autre rassemblement qu’aujourd’hui. De fait, ces alliances peuvent n’être que des mariages de raison. C’est le cas par exemple, depuis quelques années, du MCG et de l’UDC, qui n’ont plus grand-chose en commun. Enfin, il y a ceux qui n’ont pas d’alliés. C’est le cas du Parti bourgeois-démocratique, qui a raté le train des petits partis du centre en accueillant Éric Stauffer, et du Prophète.

Pour cette élection, la compétition sera un peu moins dure que d’habitude. C’est que le nombre de sièges attribué au canton a augmenté d’une unité au National, passant de onze à douze. Auparavant, il fallait 9,09% des voix pour décrocher un siège, il en faudra 8,3% désormais (16,6% pour deux sièges, etc.) et c’est ici que les apports des apparentements et des sous-apparentements prennent toute leur importance. Pour cette année, les sondages nationaux indiquent un renforcement des Verts, des Vert’libéraux et du PS, et un affaiblissement correspondant de la droite et de l’UDC. Déclinés localement, ces pronostics indiquent qu’il ne serait pas étonnant que les Verts se renforcent en prenant le siège supplémentaire genevois, les autres sièges restant stables. Mais un gain par Ensemble à Gauche n’est pas non plus complètement à exclure, ni d’ailleurs le scénario d’une élimination du MCG, malgré son alliance avec l’UDC.

Des États disputés

À la différence de l’élection au Conseil national, qui est proportionnelle, celle des États est régie par le système majoritaire. Elle se déroulera à la fin d’octobre et au début de novembre, en deux tours. Un nombre record de candidats, 15, et de listes va s’affronter pour remplacer le Vert Robert Cramer et la socialiste Liliane Maury Pasquier. Le regroupement des forces le plus large l’emportera au deuxième tour. Faute d’un rassemblement entre la droite de la droite et la droite bourgeoise, la gauche devrait donc l’emporter. Mais une bonne ou une mauvaise campagne ou une variation importante de la participation peuvent bousculer les pronostics.

Créé: 14.08.2019, 07h07

Articles en relation

L’UDC remet la criminalité sur le tapis

Elections fédérales Larguée sur le climat, l’UDC veut en revenir à ses fondamentaux. Elle dénonce l’insécurité en Suisse et les «non-intégrés». Plus...

Le PBD genevois maintient son alliance avec Eric Stauffer

Elections nationales Les réticences de Berne n'ont pas pesé lourd. Il faut dire que les listes étaient déposées. Plus...

191 candidats veulent siéger à Berne

Élections fédérales Le nombre de femmes augmente par rapport à 2015, mais la parité dans les candidatures reste éloignée. Plus...

Elections fédérales: Eric Stauffer sera candidat à Genève

Politique L'ancien patron du MCG adhère au PBD Suisse. Il se lance sur une liste «Parti citoyen démocrate Genève d'abord»; le MCG est en ligne de mire. Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.