Occupation du Grütli: la Ville tolère provisoirement la présence du Collectif

Mineurs non accompagnésLe collectif Lutte pour les MNA dénonce le manque de prise en charge des jeunes migrants. La Ville de Genève tolérera leur présence jusqu'au jeudi 16 janvier.

Le collectif espère que son action entraînera des actions concrètes de l'Etat en faveur des MNA.

Le collectif espère que son action entraînera des actions concrètes de l'Etat en faveur des MNA. Image: Laurent Guiraud

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Depuis lundi, le centre culturel du Grütli est occupé par une quarantaine de militants du collectif Lutte pour les mineurs non accompagnés (MNA), rejoints par quelques migrants. Ils demandent une prise en charge adaptée pour ces jeunes qui ne sont pas dans une procédure de demande d'asile. Que chaque jeune soit ainsi hébergé dans un lieu digne, qu'il puisse bénéficier d'une aide financière ainsi que du droit à la formation et d'un accompagnement pour trouver une formation.

Lundi, le collectif a rencontré Esther Alder et Sami Kanaan, respectivement conseillers administratifs de la Ville en charge de la cohésion sociale et de la culture. «Nous avons obtenu de pouvoir rester durant la nuit, le Grütli nous a accordé une salle, rapportent Nahuel* et Camille*, membres du collectif. Il est également convenu que nous soyons prévenus s'il y a un dépôt de plainte pour violation de domicile.» Une quinzaine de personnes, «dont la moitié de MNA», ont passé la nuit au Grütli, avant la tenue d'une assemblée générale qui aurait rassemblé une centaine de personnes.

Présence tolérée jusqu'à jeudi

Mardi matin, le dialogue s'est poursuivi avec la délégation de la Ville, dont le collectif espère qu'elle mette la pression sur le Canton. Les militants ont par ailleurs sollicité un rendez-vous avec la délégation aux migrations du Conseil d'État avant le 20 janvier. Il indique que l'occupation se poursuivra tant qu'il n'aura pas obtenu de garanties. Ce mercredi 15 janvier, les autorités municipales ont indiqué toléré leur présence jusqu'au jeudi 16 janvier, «date à laquelle une autre solution doit être envisagée compte tenu des activités prévues au Grütli».

«Nous sommes conscients d'occuper un lieu où il y a une effervescence culturelle, nous ne souhaitons pas déranger et nous ne comptons pas faire du Grütli un lieu d'hébergement, indiquent Nahuel et Camille. Nous sommes navrés de devoir en arriver là. Mais face à l'absence de prise en charge des MNA, dont une dizaine – à notre connaissance mais il y en a certainement davantage – dort dehors, face à la rupture de communication avec le Conseil d'État, la mobilisation plus légère ne suffit plus. Nous espérons que notre action entraînera des effets concrets. D'autant que certaines de nos revendications sont facilement applicables.» Et de citer la création d'une carte de résident de la Ville, sur le modèle de ce qui existe à Zurich, afin que le MNA puisse se légitimer devant les autorités.

En novembre, le Canton a ouvert un nouveau foyer à Malagnou, avec 20 places d'accueil. Mais c'est insuffisant selon le collectif.

Une assemblée générale à lieu ce mardi soir à 18 h 30, suivie d'une projection dès 21 h. Des repas sont par ailleurs organisés tous les jours.

* Noms d'emprunt

Créé: 14.01.2020, 14h24

Articles en relation

Quarante jeunes occupent le Grütli

Mobilisation Organisée par le Collectif Lutte des MNA, l’action dénonce le manque de prise en charge des jeunes migrants. Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

Caricatures

Genève féminise ses panneaux de signalisation
Plus...